La maison de prière de Rot-Front

La communauté villageoise allemande de Rot-Front

Eine deutsche Version dieses Artikels erschien in der Deutschen Allgemeinen Zeitung : Die Deutsche Dorfgemeinschaft von Rot-Front

Cet article est d'abord paru en allemand dans la Deutsche Allgemeine Zeitung (Almaty). Nous en présentons la traduction avec l'aimable autorisation du journal. 

 

Environ 90 Allemands ethniques vivent dans la vallée de Tchouï au Kirghizstan. Artur Ditenbier est étudiant de l'Université nationale Kirghize pour les ponts et chaussées. Après une excursion à Rot-Front (« Front rouge » en français), il nous raconte l'histoire de ce village allemand au Kirghizstan. 

A ce jour, environ 90 Allemands ethniques vivent encore à Rot-Front, un petit village dans la vallée de Tchouï, situé entre Kant et Tokmok. Les premiers colons, venus depuis la région de Talas, s'y sont installés en 1927 et ont appelé le village « Bergtal » (« Vallée de montagnes »). La plupart d'eux étaient Mennonites et travaillaient dans le secteur agricole. Aujourd'hui ils vivent dans une petite commune auto-organisée, où les habitants s'aident mutuellement.

Les maisons de ce village allemand sont encore très prisées parmi la population locale

En tout, ce sont environ 8000 allemands ethniques qui résident au Kirghizstan. En 1985, un des derniers recensements de l'Union Soviétique établissait la minorité allemande du Kirghizstan à plus de 200.000 personnes. Qu'est ce qui a amené tant d'allemands à s'établir au Kirghizstan? La réponse à cette question a été trouvée à l'occasion d'une excursion à Rot-Front.

La Bible, tout comme le Coran, interdit par principe de tuer d'autres Hommes. Au XVIIIe siècle, Frédéric-Guillaume II, le roi de Prusse, a révoqué les privilèges accordés aux Mennonites sur son territoire souverain. Antérieurement, Frédéric II avait garanti la liberté de culte aux membres de cette communauté protestante strictement pacifiste, tout en les exemptant de service militaire. Son successeur, Frédéric-Guillaume II, a annulé ces privilèges. A cette même période, l'Impératrice russe Catherine II avait conquis de grandes parties de l'empire Ottoman, qu'il s'agissait alors de peupler. Elle promettait donc des terres arables, la liberté de taxes et de culte, ainsi qu'une exemption du service militaire aux colons qui voudraient s'y installer. Beaucoup de Mennonites, entre autres, ont répondu à cet appel. Toutefois, en 1871, le Tsar Alexandre II imposa une obligation générale de service militaire à sa population. C'est ainsi que beaucoup de descendants des premiers colons allemands ont migré vers les nouveaux territoires d'Asie Centrale avec l'accord de la cour du Tsar afin de contourner encore cette injonction. Les premiers villages allemands dans la région de Talas sont apparus en 1882. Le climat clément et les terres fertiles ont amené davantage de familles à s'établir dans la vallée de Tchouï au début du siècle passé.

Rot Front

Les habitants d'origine allemande œuvrent au développement de la communauté. Aujourd'hui encore, des représentants de la minorité allemande vivent au Kirghizstan. Un de leurs villages est Rot-Front. Ce n'est qu'après la réunification de l'Allemagne que beaucoup d'entre eux sont partis s'installer en Allemagne.

Les biens qu'ils ont laissé derrière eux sont très prisés parmi les autochtones. Leurs maisons, qu'ils ont construites, entretenues, étendues et décorées dans les décennies où ils y vivaient, ont été attribuées à de nouveaux propriétaires. Mais tous les allemands n'ont pas trouvé leur bonheur dans leur nouvelle-ancienne patrie. Certains émigrés sont de nouveau retournés à Rot-Front, préférant la communauté villageoise et la vie familiale de Bergtal.    

 

Artur Ditenbier
Auteur pour la Deutsche Allgemeine Zeitung
Etudiant à l'Université Kirghize des Ponts et Chaussées

Traduit de l'allemand par Florian Coppenrath

 

Cet article parait dans le cadre du partenariat de Francekoul.com/ Novastan.org avec la Deutsche Allgemeine Zeitung, l'hebdomadaire germano-russe en Asie Centrale (Almaty)

Deutsche Allgemeine Zeitung

La maison de prière de Rot-Front
Artur Ditenbier
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *