Crise économique Asie centrale Kirghizstan Tadjikistan Remittances Envois de fonds depuis l'étranger Emigration Russie

Avec la baisse des envois de fonds depuis l’étranger, une crise économique majeure attend l’Asie centrale

DÉCRYPTAGE. Les envois de fonds des émigrés vers le pays d’origine est un indicateur a priori secondaire. Pourtant, dans le cas de l’Asie centrale et notamment du Kirghizstan et du Tadjikistan, ces envois représentent un tiers de la richesse nationale. Problème : avec le coronavirus, les montants ont diminué entre -20 % et -60 %. De quoi créer une véritable crise économique dans ces pays et causer des troubles dans la région entière.

Malgré une réponse rapide des Etats face à cette situation, la crise risque d’être très puissantes, préviennent plusieurs économistes et chercheurs à Novastan. Sans moyens de travailler à nouveau avant de longs mois, sans filet de sécurité socio-économiques, les migrants de retour au pays pourraient être un déclencheur d’une large crise sociale. Décryptage. 

………………………………………………

Ces deux paragraphes ne sont que le début de notre décryptage hebdomadaire réservé à nos soutiens, envoyé tous les mardis matins directement dans leur boîte mail. Pour le recevoir, vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Pour en savoir plus sur notre philosophie, nous vous avons tout expliqué par ici. Une question, une demande ? Notre email : novastan.france@novastan.org.

Avec la baisse des envois de fonds depuis l’étranger en Asie centrale, la région s’attend à une crise sans précédent (illustration).
Maïté Elorza via Visual Hunt
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *