Uranium Kazakhstan Kazatomprom Orano Katco Gisement Développement Suspension

Uranium : la suspension du développement des nouveaux gisements au Kazakhstan, un risque pour la France ?

DÉCRYPTAGE. Alors que les mesures de confinement lié à l’épidémie de Covid-19 au Kazakhstan ont amené la production d’uranium dans le pays au plus bas, c’est au tour de la prospection de nouveaux gisements d’être affectée. Le premier producteur mondial, avec en tête de proue la co-entreprise Katco entre Kazatomprom et le français Orano, voit le développement de nouveaux gisements s’arrêter. Ce qui risque de poser des problèmes pour l’approvisionnement en uranium sur le moyen long terme à cause des retards pris qui s’accumulent pour le premier fournisseur d’uranium à la France.

Suite aux problèmes liés à la destruction d’une forêt protégée que Novastan avait révélé en août dernier, la pandémie pourrait bien mettre sous pression une des entreprises les plus impliquée dans les relations entre la France et le Kazakhstan. Novastan tente de décrypter l’importance de Katco pour cette relation et sa situation au jour de la pandémie et de la crise économique.

………………………………………………

Ces deux paragraphes ne sont que le début de notre décryptage hebdomadaire réservé à nos soutiens, envoyé tous les mardis matins directement dans leur boîte mail. Pour le recevoir dans votre boîte, vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Pour en savoir plus sur notre philosophie, nous vous avons tout expliqué par ici. Une question, une demande ? Notre email : novastan.france@novastan.org.

Katco, la co-entreprise franco-kazakhe entre Orano et Kazatomprom, a suspendu pendant trois mois le développement de ses gisements (illustration).
Choihei / Wikimedia Commons
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *