Uranium Kirghizstan Interdiction Extraction

Voisin du plus grand producteur au monde, le Kirghizstan dit non à l’uranium

DECRYPTAGE. Alors que le Kazakhstan est le premier producteur d’uranium au monde depuis près de 10 ans, son voisin, le Kirghizstan est sur le point d’interdire toute extraction d’uranium sur son sol. Marqué par les différents sites d’exploitation d’uranium ouverts sous l’URSS, hautement radioactifs, le parlement du Kirghizstan vient de voter la loi sur l’interdiction de l’extraction d’uranium. Dans une région dominée par les industries extractives, c’est une première qu’un pays interdise l’exploitation d’un minerai, surtout si son exploitation est rentable.

Comment alors expliquer cette interdiction de l’extraction d’uranium au Kirghizstan, alors que son voisin le Kazakhstan l’exploite à pleine puissance et que l’Ouzbékistan attend également beaucoup de ses gisements d’uranium ? Décryptage d’une décision politique opportuniste, mais qui n’est pas sans fondement économique.

………………………………………………

Ces deux paragraphes ne sont que le début de notre décryptage hebdomadaire réservé à nos membres, envoyé tous les mardis matins directement dans leur boîte mail. Pour le recevoir dans votre boîte, vous pouvez devenir membre de Novastan à partir de 2 euros par mois ou en adhérant à notre association. Pour en savoir plus sur notre philosophie, nous vous avons tout expliqué par ici. Une question, une demande ? Notre email : novastan.france@novastan.org.

Le Kirghizstan veut interdire l’exploitation d’uranium. Ici, les débris du gisement de Mailu-Suu.
IAEA Imagebank
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *