Kazakhstan Khorgos Coronavirus Epidémie Quarantaine

Coronavirus : le Kazakhstan suspend ses liaisons avec la Chine jusqu’à nouvel ordre

En quelques jours, le gouvernement du Kazakhstan a déployé un certain nombre de mesures visant à éviter la propagation du coronavirus au sein de ses frontières. Parmi elles, la suspension du centre économique de Khorgos, la délivrance de visas électroniques pour les citoyens chinois, ainsi que les liaisons ferroviaires, aériennes et par bus vers la Chine.

Ce mercredi 29 janvier, une nouvelle commission gouvernementale s’est rassemblée à Nur-Sultan et a pris la décision de couper les liaisons en bus, en avion et en train avec la Chine. La suspension des liaisons en bus prend effet immédiatement, tandis que les liaisons ferroviaires seront suspendues dès le 1er février. La suspension des liaisons aériennes prendra quant à elle effet le 3 février. Le gouvernement kazakh n’a fait mention d’aucune date de fin concernant ces suspensions de transports avec la Chine.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre actif par ici.

Cette mesure n’est que la dernière prise par les autorités kazakhes face à l’émergence du coronavirus chez leur puissant voisin. Le 26 janvier dernier, le Premier ministre du Kazakhstan Askar Mamine a dirigé une réunion visant à définir les mesures censées éviter la propagation du coronavirus au Kazakhstan, selon l’agence de presse Kazinform. Ces mesures concernent toutes directement les relations entre le pays et la Chine, où sont recensés 5 974 cas et 132 morts au 29 janvier.

Parmi les mesures mises en place par le gouvernement, la suspension temporaire des opérations menées dans le Centre de coopération transfrontalière de Khorgos. Ce port terrestre fait figure de symbole de coopération entre les deux pays au sein du projet de la Belt and Road Initiative ou « Nouvelles routes de la soie ».

Des mesures de restrictions migratoires

Par ailleurs, le gouvernement kazakh a suspendu sa récente mesure octroyant aux citoyens chinois un séjour de 72 heures au Kazakhstan sans visa. Cette mesure était applicable depuis le 1er janvier dernier et se retrouve finalement mise sur la touche après moins d’un mois d’effectivité.

Outre cette mesure, le gouvernement a imposé aux citoyens chinois de fournir un certificat médical pour obtenir un visa en entrant sur le territoire kazakh. En outre, le Premier ministre kazakh a également demandé au gouvernement chinois que les 230 étudiants kazakhs de Wuhan, considérée comme l’épicentre de l’épidémie et en situation de quarantaine, soient rapatriés en urgence.

D’autres précautions pour palier l’inquiétude liée à l’épidémie

A l’heure actuelle, à en croire les propos du ministre kazakh de la Santé Yeljan Birtanov, rapportés par Kazinform, plus de 25 000 personnes ont franchi la frontière en provenance de la Chine depuis le 6 janvier dernier. 23 d’entre elles ont été déclarées fiévreuses et quatre étaient suspectées d’avoir une infection respiratoire qui pourrait s’apparenter aux symptômes du virus en question. Ces quatre personnes ont été hospitalisées.

Le Kazakhstan s’est d’ores et déjà préparé à l’hospitalisation de personnes pouvant être soupçonnées d’avoir été contaminées par le coronavirus. À Almaty, capitale économique et ville la plus peuplée du pays, des chambres en quarantaine ont été prévues à l’aéroport et dans les gares, comme le rapporte le média kazakh tengrinews.kz. Les pharmacies et hôpitaux ont quant à eux été pourvus de dispositifs appropriés et des masques sont disponibles pour la population, toujours selon tengrinews.kz.

Des répercussions y compris au niveau sportif

Ces mesures prises par l’État kazakh démontrent à quel point le pays veut se prémunir au maximum de la propagation de l’épidémie sur son territoire. Mais il n’est pas le seul dans ce cas. Parmi ses voisins, on peut mentionner le Kirghizstan qui a lui aussi déployé très récemment un certain nombre de mesures. Notamment la suspension des vols en provenance de la Chine vers le Kirghizstan, depuis le 23 janvier dernier, en particulier le vol principal Ürümqi-Bichkek. L’ouverture d’une permanence téléphonique au ministère kirghiz de la Santé est également mentionnée par le média kirghiz Kaktus.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Les restrictions de déplacement en Chine en raison de l’épidémie ont eu un autre impact sur le Kazakhstan. Le pays le plus vaste d’Asie centrale s’est vu attribuer l’accueil du premier tour de Fed Cup Asie / Océanie, initialement prévu à Dongguan en Chine. La compétition devait alors avoir lieu à Nur-Sultan du 4 au 8 février 2020, toutefois le 29 janvier le gouvernement kazakh a fait part de son refus d’accueillir les matchs de Fed Cup, selon Kazinform.

Victor Nicolas
Rédacteur pour Novastan

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Le Kazakhstan a fermé temporairement le port terrestre de Khorgos, son principal lien économique avec la Chine.
Kazinform
Partager avec
Commentaires
  • Bonjour avez vous des nouvelles concernant le passage des frontières terrestres de la Chine vers le Kazakhstan?
    Merci

    27 février 2020

Ecrire un commentaire

Captcha *