Kairat Almaty Football Kazakhstan Stade

Football, URSS et Kazakhstan : le Kairat Alma-Ata (3/5)

Le 14 juin 2018 débutera en Russie la Coupe du Monde de football. À cette occasion, et malgré le fait qu’aucun pays centre-asiatique ne soit parvenu à se qualifier, Novastan partage une série d’articles sur l’histoire du football en Asie centrale produite par notre partenaire Footballski, média spécialisé sur le Football en Europe de l’Est.

Novastan reprend et partage un article paru initialement sur Footballski. Retrouvez la première et la deuxième partie.

L’hiver 1959-60 est marqué d’un événement important dans la vie sportive de l’Union Soviétique. Les protagonistes principaux sont les membres du Comité Sportif de l’URSS qui viennent encore de chambouler le fonctionnement du championnat. En l’occurrence, en décidant de l’augmentation des membres de la ligue supérieure du football soviétique. La « Classe A » passe de 12 clubs à 22, avec l’arrivée des clubs champions de leurs Républiques. C’est ainsi que déboulent des clubs divers et variés tels que le Kairat Alma-Ata, le Pakhtakor Tachkent, le Kalev Tallinn, ou encore l’Admiralteets Leningrad.

Seuls les champions des Républiques d’Ukraine, de Géorgie, de Moldavie, du Tadjikistan, du Turkménistan et du Kirghizstan ne sont pas admis dans ce championnat dans lequel le nombre d’équipe a presque doublé par rapport à l’année précédente.

Une montée en classe A peu méritée 

L’occasion de voir les « célèbres maîtres de la balle de cuir » est enfin apparue pour de nombreux habitants des Républiques de l’Union, qui n’avaient jusqu’alors pas pu voir de matchs de Classe A. À ce moment là, le football était alors devenu très populaire en URSS. Trois ans auparavant, l’équipe nationale de football était devenue championne olympique. En 1960, elle était également devenue la première détentrice de l’Euro. Le vacarme procuré par cette excitation générale est bien arrivé jusqu’au sud du Kazakhstan, où l’on attend avec une grande excitation la nouvelle saison.

Pourtant, le Kairat ne méritait pas une telle promotion. Quatre ans auparavant, le club entamait tout juste une renaissance sous l’égide du leader de la République, Dinmoukhamed Kounaïev. Le changement de nom en Kairat (Puissance) est acté en 1956 lors d’une session plénière du Conseil des ministres qui n’a pas retenu les noms Yeginshi (Cultivateur), Onim (Récolte), Altyn Dan (Grain d’Or) ou Dala Burkiti (Aigle des Steppes). Pyotr Zenkin est nommé coach et sous sa direction, l’équipe passe quatre années moyennes en Classe B. C’est ainsi que lors de la saison 1959, le Kairat joue en sixième zone de Classe B (cette dernière étant composée de sept zones d’environ une demi-douzaine d’équipes chacune). Dans cette zone six, les Jaune et Noir affrontent toutes les équipes d’Asie centrale et plusieurs équipes de l’Oural. Pas flamboyants, les Kazakhs se font surtout remarquer pour leur manque de régularité, jonglant entre des bons matchs et des échecs retentissants (défaite 0-2 contre les Tadjiks de l’Achgabat Kolkhozchiyon au stade central d’Almaty après cinq victoires d’affilée, puis contre le Metallurg Nizhny Tagil, 0-4).

Lire la suite de l’article : Le Football dans les RSS : Le Kazakhstan – La première épopée en classe A du Kairat Alma-Ata 

Cet article est la suite de celui consacré à la victoire du Kairat en Coupe Internationale des syndicats de chemins de fer. Il sera suivi d’articles sur un homme (Vladimir Lisitsyn) et d’un point sur vingt-six années de football après l’indépendance.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire. 

Le stade du Kairat d’Almaty, club devenu mythique au Kazakhstan.
Wikimedia Commons
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *