Il est plus facile de faire du business au Kazakhstan qu’en Belgique

Selon la Banque mondiale et son rapport phare « Doing Business » de l’année 2017, le Kazakhstan arrive à la 35ème place mondiale, 1er des pays de l’ex-Union soviétique et loin devant la Belgique (42ème), l’Italie (50ème) ou le Luxembourg (59ème).

C’est une publication qui fait l’effet d’une petite bombe. Le 25 octobre dernier, la Banque mondiale a classé le Kazakhstan à la 35ème position dans son classement « Doing Business ». Le Kazakhstan a connu une des plus fortes progressions du monde dans ce classement très respecté dans les milieux d’affaires internationaux, grâce à des réformes qui simplifient la vie des entrepreneurs comme la facilitation d’enregistrement de petites et moyennes entreprises qui « ne prend qu’une heure à partir de la soumission des documents nécessaires », selon le site de la Banque mondiale.

La corruption pas prise en compte

Le rapport Doing Business reconnaît cependant que ne sont pas pris en compte plusieurs éléments, notamment « l’incidence de pots de vins et de corruption » ainsi que « la stabilité macroéconomique ». De toute évidence, cela bénéficie au Kazakhstan, bien classé par rapport à des pays comme la Belgique (42ème) ou l’Italie (50ème) moins bien classés. En effet le Kazakhstan est classé 123ème  (sur 168 pays) dans l’index de perception de la corruption de 2015 produits par l’ONG Transparency International.

Le Kazakhstan survole l’Asie centrale et l’ex-URSS

Le Kazakhstan arrive tout de même en tête de l’ensemble des pays de l’ex-URSS, 5 places avant la Russie, et loin devant le premier pays d’Asie centrale représenté dans le classement, le Kirghizstan classé 75ème. L’Ouzbékistan (87ème) et le Tadjikistan (128ème) sont quant à eux les pays d’ex-URSS les moins bien classés. Le Turkménistan, quant à lui, ne figure même pas dans le classement.

Lire aussi sur Novastan : La vie sans dollars : crise en Asie centrale

La position du Kazakhstan dans ce classement représente bien l’écart qui se creuse économiquement, mais aussi socialement, entre le Kazakhstan et les autres pays d’Asie centrale. La crise économique qui frappe la région a plutôt ralenti la progression des pays de la région dans ce classement depuis deux ans. À l’exception du Kazakhstan qui, malgré de lourdes difficultés (crise de la monnaie nationale, le tengué, et manque de revenu à cause de la chute des cours des matières premières), continue de réformer son économie, notamment pour favoriser les entrepreneurs.

La Rédaction

Le Kazakhstan obtient la 35ème place au classement « Doing Business » de l’année 2017
Dan Lundberg
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *