Kazakhstan Kassym Jomart Tokaiev Président Kazakh

Kassym-Jomart Tokaïev, le diplomate devenu président

Élu dimanche sans surprise avec 70,76% des suffrages, le nouveau président kazakh est investi ce mercredi 12 juin. Avec Kassym-Jomart Tokaïev et après 30 ans de Noursoultan Nazarbaïev, la présidence kazakhe a un nouveau visage.

Le parcours de Kassym-Jomart Tokaïev est loin de ressembler à celui de son prédécesseur, fils de berger devenu président. Né en 1953 à Almaty, alors capitale de la République socialiste soviétique, le nouveau président kazakh vient d’une famille reconnue. Son père, Kemel Tokaïev, héros de guerre durant le second conflit mondial, est devenu écrivain à succès par la suite. Sa mère, Tourar Chabarbaïeva, quant à elle, travaille à l’Institut pédagogique des langues étrangères d’Almaty. L’environnement dans lequel il grandit l’oriente vers une carrière internationale.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

A la suite de brillantes études secondaires, Kassym-Jomart Tokaïev intègre le prestigieux MGIMO, dont sont sortis l’inamovible ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, ou encore le président azéri, Ilham Aliyev. Ces études moscovites lui ouvrent alors les portes d’une carrière de diplomate au sein l’Union soviétique.

Des ambassades soviétiques aux institutions kazakhes naissantes

Ses études achevées, Kassym-Jomart Tokaïev est envoyé à Singapour, où il gravit les échelons jusqu’à occuper le poste de deuxième secrétaire du ministère des Affaires étrangères soviétique. Par la suite, il est affecté à l’ambassade de l’URSS en République populaire de Chine entre 1985 et 1991, devenant Premier secrétaire de l’ambassade en pleine période de réchauffement des relations sino-soviétiques. Cette affectation lui permet de parfaire sa connaissance du mandarin. Polyglotte, il parle le kazakh, le russe, l’anglais, le français et le mandarin.

Lire aussi sur Novastan : Kassym-Jomart Tokaïev est le nouveau président (par intérim) du Kazakhstan

Avec la chute de l’URSS en 1991, celui qui est devenu père d’un petit Timur retourne au Kazakhstan. Dès 1992, Kassym-Jomart Tokaïev est nommé vice-ministre des Affaires étrangères, puis ministre des Affaires étrangères de la République du Kazakhstan en 1994. Son ascension au sein des institutions kazakhes naissantes le mènera jusqu’au poste de  Premier ministre de Noursoultan Nazarbaïev en 1999, dix ans après l’arrivée au pouvoir du “premier président”. Après trois ans passés au côté d’Elbasy, le “leader de la nation”, Kassym-Jomart Tokaïev démissionne en 2002 au profit d’Imangali Tasmagambetov et retourne au ministère des Affaires étrangères. Un départ  qui permet un large remaniement ministériel, avec la nomination de dix nouveaux ministres.

L’ONU, parenthèse multilatérale

Après son retour au ministère, Kassym-Jomart Tokaïev s’y installe (presque) définitivement. Survivant à deux nouveaux remaniements, le natif d’Almaty profite d’un troisième pour devenir président du Sénat en 2007.  On le croit alors dans son élément. Pourtant, le 12 mars 2011, celui qui occupait également le poste de président de la Fédération kazakhe de tennis de table est nommé Secrétaire général adjoint des Nations unies et Directeur général de l’Office des Nations unies à Genève par Ban Ki-moon. Kassym-Jomart Tokaïev doit alors démissionner de la présidence du Sénat et devient ainsi le premier représentant asiatique à occuper ce poste. « Je n’ai pas proposé ma candidature, mais je dois admettre que je voulais faire partie de la famille des Nations unies », admettra le nouveau Secrétaire général adjoint au journal russe spécialisé sur la Suisse, Nasha Gazeta.

Kazakhstan Kassym Jomart Tokaiev ONU Président Kazakh

A Genève, Kassym-Jomart Tokaïev se concentre sur les questions de désarmement. Dès ses débuts onusiens, il présente la Conférence du désarmement basée dans la ville suisse comme l’un de ses objectifs principaux. Pour cela, comme il le décrit à Nasha Gazeta, il compte sur « ses relations étroites avec la Chine » et avec les Etats-Unis, Kassym-Jomart Tokaïev ayant de « nombreux amis au Congrès et au Sénat. » Pour autant, les intentions  du nouvel arrivé à l’ONU ne parviennent pas au stade des actes et en janvier 2013, Ban Ki-moon siffle la fin de la partie suisse. « Il est essentiel de sortir de l’impasse dans laquelle se trouve la Conférence [du désarmement] pour éviter de compromettre sa crédibilité et celle des mécanismes du désarmement », déclare alors très officiellement le Secrétaire général.

Héritage et continuité d’Elbasy

A son retour au Kazakhstan, le diplomate de carrière  reprend la présidence du Sénat qu’il avait quitté pour Genève. La constitution kazakhe fait alors de lui le successeur désigné de Noursoultan Nazarbaïev, si ce dernier venait à démissionner au cours de son mandat. Le 19 mars dernier, ce cas de figure devient réalité et Kassym-Jomart Tokaïev devient président par intérim. Son discours d’investiture est marqué par la proposition de renommer la capitale et ainsi de sacraliser le nom du premier président du pays : Astana devient Nur-Sultan. De fait, Kassym-Jomart Tokaïev poursuit l’œuvre de Noursoultan Nazarbaïev, qui veille et continue d’avoir un rôle prépondérant.

Lire aussi sur Novastan : Noursoultan Nazarbaïev, le dernier des Soviets

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Rapidement, le parti présidentiel Nour Otan se réunit pour décider qui le représentera pour l’élection à venir. Le 23 avril, Kassym-Jomart Tokaïev est désigné, Noursoultan Nazarbaïev qualifiant son successeur de « candidat le plus digne ». Choisi par le parti, adoubé par Elbasy, Kassym-Jomart Tokaïev est le candidat de la continuité,dans l’offre politique comme dans les pratiques. Durant la campagne, les affichent soutenant sa candidature sont omniprésentes. Les moyens alloués surpassent ceux de l’opposition, cette dernière étant largement muselée. Les jeux semblent être faits, le candidat de Nour Otan ne participant pas à l’unique débat télévisé de la campagne. Le 9 juin, après une journée d’élection marquée par l’arrestation de plus 500 personnes, Kassym-Jomart Tokaïev l’emporte avec plus de 70% des voix.

Kazakhstan Kassym Jomart Tokaiev Président Kazakh Noursoultan Nazarbaiev Nour Otan

Le départ du Noursoultan Nazarbaïev, au pouvoir ces 30 dernières années, ne semble pas marquer l’arrivée des réformes. Un exemple pour s’en convaincre :  à l’automne 2001, le pouvoir kazakh voit naître un mouvement contestataire mené par un groupe d’hommes d’affaires, de fonctionnaires, de parlementaires et de personnalités publiques. Face au “Choix démocratique du Kazakhstan”, le nom du mouvement, c’est le Premier ministre Kassym-Jomart Tokaïev qui prend les choses en main. Dans un discours, il demande la destitution des leaders du mouvement de leurs fonctions. Le danger est écarté et le mouvement est définitivement interdit en 2004. Aujourd’hui, si le nouveau président parle d’instaurer un “dialogue” avec la jeunesse kazakhe, la plus vocale dans sa contestation du régime en place, la tentation pourrait être forte de garder les bonnes vieilles traditions.

La rédaction

 

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Elu le 9 juin et intronisé le 12, Kassym-Jomart Tokaïev est le deuxième président kazakh depuis 1991.
Akorda.kz
Kassym-Jomart Tokaïev, Secrétaire général adjoint des Nations unies entre 2011 et 2013, aboutissement de sa carrière de diplomate.
US Mission in Geneva
Kassym-Jomart Tokaïev, introniser candidat par le parti présidentiel Nour Otan et par Noursoultan Nazarbaïev.
Akorda.kz
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *