Train pétrole Kazakhstan

Kazakhstan : Chevron et Exxon investissent 36,8 milliards de dollars pour le champ pétrolier de Tengiz

L'investissement massif des deux entreprises pourrait être le signe d'un redémarrage du secteur pétrolier kazakh. 

Tengiz Chevroil a annoncé le 5 juillet dernier qu’elle décidait d’investir 36,8 milliards de dollars pour l’extension du champ de Tengiz. Situé près d’Atyrau, à l’Ouest du Kazakhstan, ce champ de pétrole est le plus important du pays et l’un des dix plus grands du monde.

Cet investissement massif de Chevron et Exxon, les actionnaires majoritaires de l’entreprise, est le plus important depuis les deux dernières années. Des temps marqués par des crises dans le monde pétrolier dues aux bas prix du pétrole. Ces près de 37 milliards de dollars font dire aux analystes du Wall Street Journal que cela marque le début de la fin de la crise pour le pétrole et peut-être aussi pour la Kazakhstan.

Tengiz, mine d’or noir depuis 1993

Même si la première huile de l’extension de Tengiz ne devrait pas sortir avant 2022, Chevron et Exxon montrent par cet investissement leur confiance dans un maintien d’un pétrole au dessus de 50$ le baril. Mais aussi que l’attractivité du secteur pétrolier kazakh est toujours aussi forte, avec des champs matures et des possibilités d’augmenter la production pour un coût en dessous de 50$ par baril.

Lire aussi sur Novastan : L’industrie pétrolière et gazière du Kazakhstan : In oil we trust ?
Russie et Chine : levier pétrolier sur l’Asie centrale

Le champ de Tengiz a été découvert en 1979 mais seulement développé en 1993. A cette époque, il est l’objet du premier contrat de compagnies pétrolières occidentales en ex-URSS. Depuis, il est devenu l’un des plus profitables au monde, avec un coût par baril de 6,50$ pour un profit (cumulé depuis 1993 jusqu’à aujourd’hui) de 40 milliards de dollars pour Chevron (dont seulement 50% des profits lui reviennent).

Cette annonce arrive à un moment opportun pour Astana qui organise une vaste opération de communication autour de l’anniversaire de la capitale (ainsi que de son président) le 6 juillet. Le but : montrer que l’économie kazakhe est toujours dynamique et attractive, alors qu’elle traverse actuellement la plus rude crise depuis son indépendance.

Lire aussi sur Novastan : Un million d’habitants à Astana

La Rédaction



Train pétrole Kazakhstan
Luposky via Visualhunt
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *