Affiche Citoyens Vote Almaty Kazakhstan Présidentielle Politique

Kazakhstan : Kassym-Jomart Tokaïev envahit les rues d’Almaty

L’élection présidentielle au Kazakhstan du 9 juin prochain est caractérisée par une campagne officielle relativement timide, essentiellement basée sur l’affichage. De ce point de vue, le candidat du pouvoir dispose d’un avantage certain. Témoignage dans les rues d’Almaty, l’ancienne capitale du pays.

Le 9 juin prochain, les Kazakhs seront appelés aux urnes pour la première élection présidentielle sans Noursoultan Nazarbaïev. L’ex-président kazakh, au pouvoir depuis 1989, a annoncé sa démission à la surprise générale le 19 mars dernier après une trentaine d’années au pouvoir. Pour lui succéder à la plus haute marche de l’État, un homme est tout désigné : Kassym-Jomart Tokaïev, président par intérim depuis le 20 mars et candidat officiel du parti présidentiel Nour-Otan. Un sort qui ne semble pas faire de doute pour les citoyens du plus grand pays d’Asie centrale.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Le résultat semble d’autant plus acquis que la campagne électorale n’est pratiquement pas un sujet de discussion, alors même que la date fatidique approche. Dans les rues, seules les affiches laissent deviner l’imminence du scrutin. Et les moyens alloués à la candidature de Kassym-Jomart Tokaïev sont largement supérieurs à ceux des autres candidats dans ce domaine.

Kassym-Jomart Tokaïev omniprésent

Chaque jour, des milliers de Kazakhs de la région d’Almaty, dans le sud-est du pays, se rendent au travail dans l’ancienne capitale. Au volant de leurs voitures, ils peuvent apercevoir le long du boulevard périphérique Al-Farabi de grands panneaux mobiles et affiches ultra-modernes vantant les mérites de tel ou tel produit de grande consommation ou l’annonce d’événements locaux à ne pas manquer.

Affiches Tokaïev Rues Almaty Kazakhstan Présidentielle

Or, depuis un mois et l’annonce de la tenue d’élections présidentielles suite à la démission de l’indéboulonnable leader, Noursoultan Nazarbaïev, ces affichages sont entièrement consacrés à l’échéance politique qui consacrera la succession du président kazakh en place depuis l’époque soviétique. Seuls deux visages et deux noms apparaissent successivement, de façon presque entêtante : Noursoultan Nazarbaïev et son successeur désigné, Kassym-Jomart Tokaïev.

Lire aussi sur Novastan : Kassym-Jomart Tokaïev en bonne voie pour remporter l’élection présidentielle kazakhe

Les conducteurs peuvent donc admirer les slogans promettant la prospérité, la garantie de la continuité du travail effectué par le leader de la nation, sur un fond bleu d’une teinte très similaire au bleu du drapeau kazakh. Si l’on peut apercevoir, au détour des rues, différentes affiches à l’effigie des sept candidats en lice pour le scrutin du 9 juin, force est de constater la disproportion des moyens alloués aux différents protagonistes.

Tokaïev a remplacé les indicateurs météo et les taux de change en temps réel sur ces affiches modernes Nazarbaïev Affiche Successeur

Un débat à l’image de la campagne

Car, au-delà des affiches et professions de foi placardées à proximité des bâtiments officiels, la campagne sur le terrain reste pratiquement invisible, comme l’a d’ailleurs souligné l’OSCE dans un rapport daté du 27 mai dernier.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Hormis un débat télévisé ayant opposé les candidats le 29 mai dernier sur la chaîne officielle Khabar, les joutes politiques restent largement absentes de la campagne. Il est d’ailleurs intéressant de noter que trois des candidats ont choisi d’envoyer des représentants de leurs partis respectifs au débat télévisé, à défaut de défendre eux-mêmes leurs programmes et leurs visions.

Lire aussi sur Novastan : Présidentielle au Kazakhstan : un « débat » en direct à l’image de la campagne

C’est notoirement le cas du favori, Kassym-Jomart Tokaïev, qui a défendu son absence en arguant du fait qu’il souhaitait donner leur chance aux autres candidats, leur offrir davantage de visibilité. Une justification qui parvient mal à cacher le fait que l’ancien ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan a choisi de donner à son parti, Nour-Otan, carte blanche pour ce qui est du déroulement de la campagne et des actions à mener. Il reste lui-même largement en retrait.

Affiche Candidat Akhmetbekov

Les autres candidats sont également clairement désavantagés en termes de temps. Si la succession de Noursoultan Nazarbaïev a été organisée de longue main par les autorités, l’ensemble des prétendants au poste présidentiel ne disposent que de deux mois pour se faire connaître et promouvoir leurs idées.

Par ailleurs, le doute n’est plus permis quant à l’utilisation des « ressources administratives » par le parti Nour-Otan. La collusion entre l’administration kazakhe et le candidat du pouvoir est visible jusque sur les affiches appelant au vote. Qu’il s’agisse du candidat ou de l’appel au vote, les deux affiches sont affublées d’un grand signe rouge appelant à cocher pour le bon candidat, c’est-à-dire le successeur officiel, Kassym-Jomart Tokaïev.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Une affiche officielle appelant les citoyens au vote à Almaty, l’ancienne capitale du Kazakhstan.
Kamshat Toleuliyeva
Les affiches de Kassym-Jomart Tokaïev ont envahi les rues d’Almaty, l’ancienne capitale kazakhe
La rédaction
Le centre d’Almaty n’est pas épargné par la campagne
Kamshat Toleuliyeva
Tokaïev a remplacé les indicateurs météo et les taux de change en temps réel sur ces affiches modernes
La rédaction
Noursoultan Nazarbaïev partage l’affiche avec son successeur désigné.
La rédaction
L’affiche du candidat communiste, Jambyl Akhmetbekov
La rédaction
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *