Antilopes Saïga Kazakhstan Braconnage Chasse Disparition Environnement

Kazakhstan : le Saïga menacé par une épidémie

Les antilopes Saïga sont elles vouées à disparaître? Une épidémie mystérieuse les tue en masse. Ces ongulés rares sont des herbivores particuliers de la steppe kazakhe. Des experts allemands recherchent la cause de cette épidémie fatale.

L'antilope-saïga est menacée de disparition. Depuis mi-mai, des milliers de Saïga ont péri d'une maladie infectieuse aux origines inconnues. D'après les données du ministère de l'agriculture de la République du Kazakhstan, au moins 85.000 antilopes sont concernées.

Des chercheurs du monde entier se penchent sur le cas. « Nous sommes encore en train de compter, mais on estime que plus de 100.000 animaux ont déjà péri, », précise Steffen Zuther de la Société Zoologique de Francfort (ZGF).

Un nombre particulièrement élevé de cadavres a été découvert dans les régions de Kostanaï et Aqmola. « C'est une catastrophe, » dit Zuther. Avant cette extinction de masse, la population d'antilopes avait même augmenté dans ces régions. « Ça nous avait vraiment réjoui, » ajoute le géoécologue et directeur de projets pour la ZGF.

Avec ses collègues, il examine les causes de l'épidémie mystérieuse auprès du Ministère de l'agriculture kazakhstanais et de l'Institut Vétérinaire Royal de l'Université de Londres. Des médias kazakhs ont lié l'extinction des antilopes au récent crash d'une fusée Proton.

L'accident s'était produit le 16 mai sur le terrain du cosmodrome de Baïkonour. « Kostanaï, Aqmola et Aktobe sont très éloignés du site du crash. Nous pensons qu'il n'y a pas de lien direct avec l'extinction de masse », assure Maibek Moldabekov, vice-directeur de l'agence spatiale kazakhstanaise.

Au gouvernement, on soupçonne une autre cause. L'épidémie pourrait être provoquée par des bacilles Pasteurella selon le vice ministre de l'agriculture Erlan Nysanbayev.

Les experts de la Société Zoologique de Francfort ne partagent pas cette certitude. « Nous ne savons pas encore de quoi les animaux sont morts », explique le porte-parole du ZGF Michael Brombacher. Le bacille est uniquement nuisible pour l'organisme lorsque les animaux sont déjà affaiblis par les conditions météorologiques ou une mise-à-bas. En 2014, on comptait encore 217.000 Saïgas dans lé région de Betpak.

Lire aussi sur Novastan: Le mystérieux virus de Schmallenberg aux portes du Kazakhstan

Ce n'est d'ailleurs pas la première épidémie non-résolue qui hante ces rares ongulés de la steppe. Au début des années 1990, des Saïgas ont péri massivement près de la mer d'Aral. Des experts rendaient alors la fièvre charbonneuse responsable. A l'époque soviétique, l'ancienne île de la mer d'Aral abritait un laboratoire secret pour l'essai d'armes chimiques. Des chercheurs y effectuaient notamment des tests avec la pathogène de la maladie du charbon. Les bactéries dangereuses ont ensuite été enterrées sous l'île, qui a rejoint la terre ferme en 2008.

Cet article a d'abord été publié dans la Deutsche-Allgemeine-Zeitung, hebdomadaire germano-russe du Kazakhstan. Nous le reprenons avec l'aimable autorisation de la rédaction.

Dominik Vorhölter
Rédacteur-ifa, Deutsche Allgemeine Zeitung
Almaty

Traduit de l'allemand par Florian Coppenrath

 

Les antilopes saïgas sont recherchées pour leurs cornes, très utilisées dans la médecine chinoise.
Igor Shpilenok/ Flickr
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *