Patinage Artistique Universiades Almaty Kazakhstan

Kazakhstan : les Universiades d’Almaty ou les « petits Jeux olympiques d’hiver »

Partager avec

Ce sont les « Jeux olympiques des étudiants ». Les Universiades réunissent tous les deux ans des athlètes de pointe du monde entier. Des jeunes sportifs de 57 pays différents, âgés de 17 à 28 ans se sont rassemblés entre le 29 janvier et le 8 février 2017 à Almaty. 2 000 athlètes se sont affrontés dans 12 disciplines et dans 8 endroits différents d’Almaty, ancienne capitale du Kazakhstan, pour la victoire et pour des médailles.

La rédaction de Novastan traduit ici un article de Julia Boxler paru sur Deutsche Allgemeine Zeitung.

« Le Kazakhstan rêvait depuis longtemps de pouvoir inviter des sportifs du monde entier. » : voilà les mots prononcés par le consul général d’Allemagne lors de l’accueil de la délégation allemande pour les Universiades. Almaty a été mise à l’épreuve pendant onze jours : il n’y avait jamais eu un événement comme les Universiades de 2017 au Kazakhstan. C’est un test d’organisation pour le Kazakhstan avant l’exposition universelle (EXPO 2017) à Astana et un clin d’œil aux Jeux olympiques d’hiver de 2022, dont l’attribution au Kazakhstan n’est pas passée loin.

« Jeux olympiques des étudiants »

Dans un monde empli de crises, de méfiance et d’incertitude, le consul général d’Allemagne, Jörn Rosenberg, voit un tel événement sportif comme « politiquement important ». Un « forum de rencontres du monde entier » unissant « des humains de tous les continents, d’ethnies et de religions différentes, venus de pays aux contextes politiques différents ».

Une opinion qui montre le Kazakhstan comme un pays neutre soutenant la paix, notamment grâce à sa politique étrangère multi-vectorielle. Cette réputation est de plus en plus reconnue, le pays se retrouve de plus en plus sous les projecteurs internationaux.

Lire aussi sur Novastan : Syrie : pourquoi les pourparlers de paix se tiennent-ils à Astana ?

Pays d’accueil, ouvert à tous

La ville d’Almaty s’est méticuleusement préparée : les étudiants étaient aidés de milliers de bénévoles, les routes principales étaient éclairées des décorations célébrant la nouvelle année, de grandes affiches embellissaient l’environnement urbain, la sécurité était assurée par un grand nombre de policiers et on s’était débarrassé auparavant des animaux laissés en liberté.

L’événement a été préparé sur mesure. Il semblerait presque que le Kazakhstan a cherché à prouver qu’il était capable d’accueillir les Jeux olympiques d’hiver. Cela se ressent notamment par la construction de nouvelles installations sportives au premier plan. Chacun de ces investissements entre également en compte pour les prochaines candidatures au Jeux olympiques d’hiver.

Lire aussi sur Novastan : Malgré la crise, le Kazakhstan multiplie les grands chantiers de développement ?

Un rassemblement plutôt qu’une compétition

Ces efforts comprennent également la construction d’un village entier réservé aux athlètes, ce qui a surpris positivement de nombreuses délégations internationales. En accord avec l’image kazakhe d’une nation multiethnique, les équipes de toutes les nations se sont rassemblées afin de vivre dans cette ambiance amicale avant et après les compétitions.

Le skieur de fond allemand Andreas Weishäupl, qui a déjà participé à deux Universiades, a exprimé son étonnement face au village construit pour les athlètes à Almaty : « Ça a un charme particulier. On a l’impression d’être dans un village olympique. »

Saut Ski Universiades Almaty Kazakhstan

Cependant, il a souligné un inconvénient d’Almaty au niveau sportif : les lieux accueillant les compétitions sont parfois très éloignés de la ville. Le sentiment de grandes Universiades où il est possible de rencontrer des athlètes de toutes les disciplines permet pourtant d’effacer cet inconvénient.

Un défi urbain

Indépendamment de la planification détaillée de l’événement, certains éléments ont suscité l’étonnement. A-t-on fait assez de publicité pour ces Universiades ? Certes, les billets pour assister aux épreuves finales ont tous été vendus, mais les tribunes, lors des épreuves régulières, étaient à moitié vides.

Le trafic routier est, en effet, un défi propre à Almaty. Et les autorités ont fait tout leur possible pour le relever. Malgré les embouteillages récurrents de la plus grande ville du Kazakhstan, la bonne organisation des transports pour les Universiades a rendu la distance entre les différents lieux sportifs moins importante, comme le dit le chef de l’équipe allemande Dirk Killian.

Les Universiades d’Almaty se sont donc achevées sur une note plutôt positive. Les autorités kazakhes se tournent maintenant vers l’organisation de l’EXPO 2017 qui aura lieu à Astana dans un peu plus d’une centaine de jours.

Julia Boxler

Journaliste du Deutsche Allgemeine Zeitung à Almaty (Kazakhstan)

Traduit de l’allemand par Clara Merienne pour Novastan

L’épreuve de patinage artistique lors des Universiades 2017 à AlmatyDAZ
L’épreuve de saut à ski lors des Universiades 2017 à AlmatyDAZ
Commentaires
  • Seulement que ça ne ressemblait pas à un village olympique, mais à un grand complexe immobilier, privé, construit juste avant les jeux et dont tous les appartements avaient déjà été vendus avant l’arrivée des jeux. Par contre, ç’a permis effectivement beaucoup plus d’échanges que dans une autre Universiades.

    15 février 2017

Ecrire un commentaire

Captcha *