Kazakhstan Jambyl Eau Irrigation Réservoirs Travaux Economie Ecologie Agriculture

Kazakhstan : l’irrigation promue tous azimuts dans la région de Jambyl

24,7 milliards de tengués (environ 54 millions d’euros) vont être investis afin d’améliorer le système d’irrigation de la région de Jambyl, dans le sud du Kazakhstan. Ce grand projet s’inscrit dans la ligne directrice agricole annoncée par le président Kassym-Jomart Tokaïev visant à améliorer les conditions de vie des agriculteurs mais aussi les capacités de production agricole du pays.

La région de Jambyl est en pleine reconstruction de son système d’irrigation. Comme le rapporte le média kazakh Kazinform, un plan général de reconstruction des systèmes d’irrigation de la région  est en cours, financé par un prêt de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) à hauteur plus de 24,7 milliards de tengués (environ 54 millions d’euros).

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Selon le service de presse de l’Akimat (gouvernement local) de la région de Jambyl, la région a reçu, le 16 mai dernier, la visite du ministre de l’Écologie, de la géologie et des ressources naturelles du Kazakhstan, Magzum Mirzagaliev. Ce dernier a été accompagné dans son déplacement par Berdibek Saparbaïev, un akim (gouverneur) de la région, afin de se familiariser avec les projets hydriques en cours.

Selon des propos rapportés par Kazinform, ces projets permettront de réduire significativement le déficit en eau et augmenter la superficie des terres irriguées de la région. Lors de son déplacement, Magzum Mirzagaliev, a notamment rappelé la volonté du président Kassym-Jomart Tokaïev d’augmenter la superficie des terres irriguées de 1,6 à 3 millions d’hectares au cours des dix prochaines années, rapporte Kazinform. Les pénuries d’eau sont des problèmes récurrents dans le pays, notamment dans les régions du sud du Kazakhstan. Ce programme d’irrigation est ainsi étroitement lié au programme de développement du complexe agro-industriel du pays pour la période 2017-2021, qui prévoit des mesures visant à accroître l’efficacité du fonctionnement de l’infrastructure des ouvrages hydrauliques.

Des travaux ambitieux pour la région de Jambyl

Actuellement, le système d’irrigation de Jambyl permet de dispenser de l’eau à 114 000 hectares de terres agricoles, rapporte le média russe Sputnik. Dans le cadre des travaux de rénovation et d’entretien, des mesures gouvernementales ont été prises afin de remettre la gestion de ces terres irriguées à l’État et de transférer les installations d’eau des propriétés communales aux propriétés étatiques. L’objectif affiché est d’obtenir 200 000 hectares de terres irriguées, selon Kazinform

Après la reconstruction des systèmes d’irrigation, ce chiffre devrait atteindre au moins 180 000 hectares. Au total, 310 objets de gestion de l’eau des systèmes d’irrigation et de drainage seront reconstruits dans la région rapporte le service de presse de l’Akimat de Jambyl

Irriguer, irriguer et encore irriguer

Le groupe de travail a visité le réseau de canaux principaux du Rais dans la région. 3 098 hectares de terrain sont suspendus à ce système de canaux mais seulement 1 766 hectares sont utilisés. Une fois les réparation terminées, ce déficit hydrique sera entièrement résolu affirme le service de presse de l’Akimat. La situation est similaire en ce qui concerne le canal principal d’Ismail dont la longueur avoisine les 8,4 kilomètres. Une fois celui-ci reconstruit, 798 hectares de terres cultivables seront à nouveau irriguées. De plus, le projet général est constitué d’une deuxième phase qui permettra la réhabilitation des systèmes d’irrigation et de drainage sur une superficie de 5 000 hectares rapporte le service de presse

“En plus de réparer les canaux, il est également nécessaire de construire des puits et, si possible, de bétonner tous les canaux existants. Cela coûtera un peu plus cher, mais durera beaucoup plus longtemps et réduira considérablement les pertes d’eau”, a également souligné Berdibek Saparbayev, rapporte le service de presse de la région. 

Les barrages : un enjeu économique et géopolitique

En parallèle des travaux de rénovation des canaux d’irrigation et des réservoirs existants, il est également prévu de construire au moins trois nouveaux réservoirs, rapporte Kazinform. Ceci permettra d’offrir un afflux continu d’eau aux agriculteurs de la région ainsi que de diminuer la dépendance hydrique du pays vis-à-vis des autres pays. 

Lire aussi sur Novastan : Cinq conflits autour de l’eau en Asie centrale

Le problème de la pénurie d’eau dans la région de Jambyl sera également résolu par la construction de plusieurs réservoirs. « Nous avons discuté avec le chef de la région des plans de construction de plusieurs réservoirs. Un groupe de travail conjoint sera créé pour la mise en place des installations, une étude de faisabilité sera développée. Tous ces projets contribueront à l’approvisionnement en eau stable de la région », a écrit Magzum Mirzagaliev sur Twitter. Ces réservoirs seront respectivement construits sur la rivière Yrgayty, sur la rivière Kalgutty et le long de la rivière Talas à la frontière du district de Talas, au nord du Kirghizstan et du district de Bayzak au sud de la région de Jambyl. « Après la mise en service de ces installations, l’efficacité de la distribution d’eau d’irrigation augmentera de 34,5 milliers d’hectares de terres irriguées », selon les propos rapportés par Kazinform de la part de Berik Nydmashev, le chef du département agricole de la région de Jambyl. 

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Le réservoir qui doit être construit le long de la rivière Talas, nommé réservoir “Akmola”, fait l’objet d’une attention toute particulière. Ce réservoir aura une capacité de stockage de 11 millions de mètres cubes et devrait coûter 4,8 milliards de tengués (environs dix millions d’euros), rapporte le service de presse de l’Akimat de Jambyl. Ce projet permettra de fournir de l’eau d’irrigation le long de la rivière Talas, qui prend sa source au Kirghizstan, et de couvrir le déficit hydrique particulièrement important lors de la saison de croissance des cultures. De même, après révision du plan originel, le réservoir devrait prendre la forme d’une cascade afin de pouvoir également produire de l’électricité. 

Quelles sont les conséquences environnementales ?

Les conséquences sur l’environnement de ces différents projets ne sont pas bien définies. Ces travaux visent principalement à réduire les pertes d’eau, mais ils peuvent également être perçus comme une suite à la logique de développement et de surexploitation des systèmes d’irrigation qu’ont entamé l’ensemble des pays d’Asie centrale depuis la chute de l’URSS. L’un des cas les plus frappants de cette surexploitation étant celui du rétrécissement de la mer d’Aral en quelques décennies. 

Lire aussi sur Novastan : Non, il n’y a pas de “renaissance” de la mer d’Aral

Le Kazakhstan est régulièrement pointé du doigt dans son implication dans la surexploitation des ressources hydriques. Bien que le pays participe à la résolution de plusieurs problèmes environnementaux, notamment celui de la mer d’Aral, il est aussi l’un des pays, qui, depuis les années 1990 ne cessent d’étendre leurs cultures très demandeuses en eau, notamment celle du coton. 

Tanguy Martignolles
Rédacteur pour Novastan

Relu par Anne Marvau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Des travaux de construction et de rénovation de canaux d’irrigation sont en cours dans la région de Jambyl, dans le sud du Kazakhstan (illustration).
Service de presse de l'Akimat de la région de Jambyl
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *