Drapeaux ukrainien et kazakh

Kazakhstan : pourquoi les Ukrainiens s’y installent ?

Plus de 400 000 Ukrainiens vivent au Kazakhstan, majoritairement dans les services. Malgré la crise économique qui touche le Kazakhstan, les ukrainiens continue d’être attiré par des salaires plus élevés que sur leurs terres natales. 

Delo.ua a demandé à des Ukrainiens travaillant au Kazakhstan pourquoi ils avaient choisi de s’y installer et quelles répercussions avait la crise économique sur leur vie. Novastan a traduit cet article du russe.

En août 2015, la monnaie nationale kazake – le tengé – a été dévaluée de 30%. La crise, conséquence de l’effondrement du cours du pétrole, dont le pays tire un revenu considérable, a touché de nombreuses personnes, et notamment les expatriés.

Marketing et communication : les secteurs où travaillent les ukrainiens au Kazakhstan

La majorité des Ukrainiens vivant au Kazakhstan travaillent dans la publicité, la production ou l’informatique. Beaucoup de spécialistes ukrainiens travaillent dans la sphère du numérique, et notamment dans le marketing et l’informatique. Un grand nombre est dans la restauration. Le gros des « troupes » ukrainiennes travaille dans le marketing et la communication d’entreprise. 

Andreï Tchebotarev est directeur des relations publiques à Astana. Il est arrivé au Kazakhstan il y a un an pour y exercer le métier de manager accélérateur de business de start-ups informatiques. Après y avoir travaillé moins d’une année, il a démissionné mais est resté au Kazakhstan – il s’y est marié et y a eu un fils.

« Il y a beaucoup d’Ukrainiens au Kazakhstan. Nombreux sont ceux qui travaillent dans le secteur tertiaire, et plus particulièrement dans la restauration. La sphère des relations publiques est également très populaire parmi les Ukrainiens. Presque tous ceux qui travaillent dans les relations publiques, la communication ou à Beeline sont d’anciens collaborateurs de Kyivstar – la plus grande compagnie de télécommunication en Ukraine. Les compagnies kazakhes s’adressent à des Ukrainiens pour la conception de sites ou le marketing internet. Les plus grandes compagnies de marketing internet au Kazakhstan sont ukrainiennes », nous confie Andreï. 

« Nombreux ont quitté le pays à cause de la crise »

La crise a bien évidemment eu des répercussions sur le nombre d’Ukrainiens travaillant au Kazakhstan, assure Andreï. « Nombreux ont quitté le pays à cause de la crise. Les premiers à partir ont été ceux qui travaillaient dans le service. Après la dévaluation en Ukraine, cela valait la peine de travailler ici. Mais quand le tenge s’est effondré, les deux monnaies sont devenues équivalentes. Ceux qui n’étaient pas payés en dollar n’avaient plus vraiment de raisons de travailler au Kazakhstan. Seuls restent ceux qui n’ont pas la possibilité de rompre leur contrat ou qui ne veulent pas abandonner des projets intéressants. Aujourd’hui, le flux d’expatriés ukrainiens est bien moindre qu’auparavant », nous dit Andreï Tchebotarev.

Denis Pupkevitch est peintre et créateur à Almaty depuis un an. Alors qu’il vivait en Thaïlande, il a rencontré des Kazakhs qui l’ont invité dans leur pays. Avec sa compagne, ils ont décidé de créer leur marque de vêtement à Almaty. 

« Je suis créateur de vêtements, mais en réalité, je suis créateur tout court », nous dit Denis. 

« Au début, il y avait beaucoup d’Ukrainiens. Aujourd’hui, nombreux quittent le Kazakhstan. Je dirais que 30% sont partis », estime Denis Pupkevitch.

Le Kazakhstan un pays néanmoins attractif pour les ukrainiens

D’après Denis, les raisons qui ont poussé les Ukrainiens à venir au Kazakhstan sont les suivantes: des salaires plus élevés (aujourd’hui, la différence est moins flagrante mais tout de même notable), de bonnes conditions de vie, des relations favorables avec les Ukrainiens et un environnement paisible.

Sur Facebook, les expatriés ukrainiens peuvent échanger dans le groupe « Ukrainiens au Kazakhstan ». Il compte 500 membres. Ekaterina Kabakova est à l’origine de la création du groupe. Elle travaille dans les médias et la publicité à Almaty. Il y a deux ans, on lui a proposé de prendre la tête du très populaire et unique site de photo-reportage du Kazakhstan : VoxPopuli.kz.

« Au départ, quand on m’a proposé de travailler au Kazakhstan, j’ai pensé : « Mais où se trouve le Kazakhstan ? » Peu de gens connaissent le pays et sa place sur le marché. J’ai étudié le projet, qui m’a semblé très intéressant et offrait de bonnes perspectives. C’est la raison pour laquelle j’ai accepté », se rappelle Ekaterina.

D’après elle, en Ukraine, à partir de 2014, un grand nombre de compagnies internationales et d’investisseurs ont quitté le pays. C’est pourquoi beaucoup d’Ukrainiens se sont mis à chercher de nouveaux marchés, notamment au Kazakhstan. 

Se remémorant la création du groupe « Ukrainiens au Kazakhstan », Ekaterina nous dit : « Tout  a commencé quand une connaissance m’a présenté sa soeur, Olia, qui arrivait de Kiev et s’installait au Kazakhstan à peu près au même moment que moi. Il s’est trouvé que nous étions voisines. J’ai commencé à discuter avec Olia et nous avons compris qu’il y avait beaucoup d’Ukrainiens ici. Nous avons formé un groupe de 10 personnes et Olia a proposé de créer un groupe sur Facebook. Nous avons crée le groupe et des gens l’ont peu à peu rejoint. Au départ, nous étions un vingtaine. Nous nous rencontrions souvent, allions à la montagne, passions notre temps libre et les fêtes ensemble. Puis le groupe a commencé à grandir et, naturellement, les membres ne venaient plus uniquement d’Almaty. Aujourd’hui, nous sommes plus de 500 et il est difficile de rassembler tout le monde. Mais il reste tout de même un noyau dur de 10-15 personnes qui sont là depuis le début. Nous sommes restés très proches, et je suis heureuse d’avoir trouvé de tels amis, prêts à tout quitter pour s’installer dans un autre pays.  Cela demande un certain goût du risque. »

Comme l’a annoncé Delo.UA, les salaires en Ukraine sont plus bas que les salaires en Russie, au Kazakhstan, en Biélorussie ou encore en Azerbaïdjan.

Version originale en russe de cet article sur delo.ua traduit pour Novastan par Alexia Choffat.

Drapeaux ukrainien et kazakh
Flickr
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *