Kazakhstan Kachagan Pétrole Total Vente

Kazakhstan : Total pourrait se retirer partiellement de Kachagan

Total chercherait à vendre un tiers de ses parts dans le champ pétrolifère kazakh de Kachagan.  Néanmoins, la compagnie française ne se désengagerait pas complètement du projet situé en mer Caspienne et garderait une participation à hauteur de 11%.

Total souhaiterait diminuer sa participation dans Kachagan, l’un des principaux champs pétrolifères au Kazakhstan. L’agence Reuters, citant quatre sources bancaires, a affirmé le 24 mai dernier que le groupe français cherchait à lever 4 milliards de dollars (un peu plus de 3,5 milliards d’euros). Total possède actuellement 16,8% de Kachagan et désir vendre un tiers de ses parts dans le plus grand champ pétrolifère mondial. Situé en mer Caspienne, dans l’ouest du Kazakhstan, Kachagan devrait produire 400 000 barils par jour dans les mois à venir.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

En vertu des lois kazakhes, les entreprises vendant leurs parts dans de tels projets ne peuvent les vendre à des tiers que si le gouvernement choisit de ne pas les acheter. Reuters souligne que le groupe français a entamé des négociations avec une compagnie pétrolière chinoise au cours des derniers mois, mais les parties n’ont pas réussi à s’entendre sur le prix de vente. Interrogé par l’agence de presse, Total a affirmé ne pas avoir « de processus de vente en cours pour sa participation dans Kachagan ».

Lire aussi sur Novastan : Le Kazakhstan a augmenté légèrement sa production de pétrole

L’ensemble de la participation de Total dans le projet serait estimé à 9 milliards de dollars (8 milliards d’euros). Kachagan est la plus grande découverte de pétrole depuis des décennies et est également le projet le plus coûteux. 50 milliards de dollars ont été nécessaires pour le développer et lancer la production en 2016. Pour autant, Kachagan n’a cessé de connaître des problèmes techniques qui l’ont empêché d’atteindre sa production théorique. Actuellement, outre Total, le champ est exploité par la North Caspian Operating Company, Eni, Royal Dutch Shell, Inpex, la China National Petroleum Corp, l’américain Exxon Mobil et KazMunayGas.

Un Projet tardant à prendre forme

La découverte du premier flux pétrolier en 2000, à 80 kilomètres de la ville côtière d’Atyraou, a véritablement lancé la prospection pétrolière et gazière sur le plateau de la mer Caspienne, marquant le début d’une nouvelle étape dans l’histoire de l’industrie pétrolière kazakhe. En 2004, le premier budget de sa mise en valeur, était de 10 milliards de dollars (8,2 milliards d’euros), loin des 50 milliards de dollars (44,6 milliards d’euros) finaux.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

De fait, les difficultés d’exploitation se sont accumulées, la pression, la composition des sols, la profondeur de 5 200 mètres ainsi que le gel en hiver a participé à l’augmentation des coûts. Parallèlement, depuis sa mise en service, les opérations de maintenance se succèdent, augmentant là encore les coûts de production.

Un changement de stratégie de la part de Total

Cette augmentation des coûts de production va à l’encontre de la stratégie de Total. Reuters rapporte ainsi que Patrick Pouyanne, le PDG du groupe Total, a indiqué que l’entreprise vendrait probablement les parts de sa production au coût le plus élevé, cherchant à abaisser son seuil de rentabilité afin de rester rentable même si le prix du pétrole tombe en dessous de 30 dollars le baril.

Lire aussi sur Novastan : Le futur des projets énergétiques de la Caspienne

La vente d’une partie des parts de Kachagan pourrait être motivée par la volonté de l’entreprise française de continuer à se tourner vers l’Afrique, et ainsi financer l’achat d’actifs à Occidental Petroleum. Le ministère de l’énergie du Kazakhstan n’a pas pu être contacté par Reuters. Quant à Total, contacté par l’agence Agefi-Dow Jones, n’était pas disponible, dans l’immédiat, pour commenter ces informations.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Total souhaiterait vendre un tiers de ses parts dans le projet kazakh Kachagan.
Laurent Vincenti
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *