Roman Vassilenko Jean-Baptiste Lemoyne France Kazakhstan Diplomatie Rencontre

Kazakhstan : vers une visite d’Emmanuel Macron « dans un futur proche » ?

Durant une rencontre entre les diplomaties française et kazakhe après les funérailles de Jacques Chirac, la possible visite du président français a été abordée. Nur-Sultan pousse pour une visite officielle depuis plusieurs mois. 

A l’occasion des funérailles de Jacques Chirac le 30 septembre dernier, la diplomatie française a repris contact avec celle du Kazakhstan. Le 1er octobre dernier, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne a rencontré le vice-ministre des Affaires étrangères kazakh, Roman Vassilenko. Ce dernier entretien a été particulièrement productif, si l’on en croit la presse officielle kazakhe.

Comme le rapporte Kazinform, les échanges entre Jean-Baptiste Lemoyne et Roman Vassilenko ont notamment porté sur la visite du président français Emmanuel Macron au Kazakhstan. Celle-ci devrait intervenir « dans un futur proche » selon le média officiel kazakh, et devrait donner « un nouvel élan à la coopération » franco-kazakhe. Contacté par Novastan, le quai d’Orsay n’a pas souhaité répondre sur une prochaine visite, redirigeant vers l’Elysée, qui n’a pas répondu pour confirmer ou infirmer cette information.

La visite du président français est en préparation depuis près de deux ans. Annoncée pour la fin de l’année 2018, elle a finalement été reportée après l’émergence des gilets jaunes. En août dernier, le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev a dit « attendre » la visite de son homologue français par un tweet. La diplomatie française, contactée à ce moment-là par Novastan, n’avait pas souhaité faire de commentaires.

Paris et Nur-Sultan, partenaires économiques d’importance

Au-delà de cette visite, prioritaire pour le gouvernement kazakh, les deux ministres ont pu aborder les relations économiques entre la France et le Kazakhstan. Comme l’a rappelé Kazinform, Paris est l’un des cinq plus gros investisseurs au Kazakhstan avec près de 50 milliards de dollars d’échanges commerciaux mutuels durant les dix dernières années. Les capitaux français sont présents dans 130 entreprises au Kazakhstan, les plus importantes étant Total, Orano (ex-Areva), Danone, Alstom ou Vicat.

Lire aussi sur Novastan : « Le Kazakhstan est le premier partenaire de la France en Asie centrale », affirme Jean-Baptiste Lemoyne

Durant la rencontre, Jean-Baptiste Lemoyne et Roman Vassilenko ont exprimé leur souhait de renforcer leur coopération dans « les transports, l’énergie, le nucléaire et l’aérospatial », rapporte Kazinform. De son côté, une source diplomatique contactée par Novastan affirme que Jean-Baptiste Lemoyne « s’est félicité de la nouvelle impulsion donnée à nos relations économiques, en particulier dans les secteurs de l’agroalimentaire, des nouvelles technologies et des énergies renouvelables, à la suite de la visite du ministre de l’Economie et des finances à Nur-Sultan, le 30 juillet dernier ».

Lire aussi sur Novastan : Orano va raser une forêt protégée pour exploiter une mine d’uranium au Kazakhstan

Lors de sa visite, Bruno Le Maire avait mis en avant dans ses déclarations à la presse les partenariats existants dans les domaines de l’énergie nucléaire, des énergies fossiles avec Total et de l’aéronautique avec Airbus. La visite avait également permis de débloquer un sujet crucial pour Orano, qui a pu obtenir l’autorisation de raser une forêt d’arbres protégés pour lancer une nouvelle mine d’uranium dans le pays.

2014, dernière visite présidentielle française

Les enjeux économiques et stratégiques de la relation franco-kazakhe sont importants, notamment parce que le Kazakhstan est le premier fournisseur d’uranium de la France, qui dépend à plus de 70% de ce combustible pour produire son électricité.

La dernière visite d’un chef d’Etat français à Astana remonte à décembre 2014. Elle avait été marquée par la photo de François Hollande habillé en costume traditionnel kazakh par son homologue Noursoultan Nazarbaïev, ce qui avait provoqué de nombreuses moqueries en France. Jacques Chirac, qui a donné l’opportunité aux deux diplomaties de se rencontrer et qui a été décrit comme un « homme politique extra-ordinaire » par Kazinform, ne s’est jamais déplacé dans la région. Reste à savoir si Emmanuel Macron se rendra effectivement dans le pays le plus vaste d’Asie centrale.

Etienne Combier
Rédacteur en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Le vice-ministre des Affaires étrangères kazakh Roman Vassilenko (à gauche) s’est entretenu avec le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne.
Kazinform
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *