Marine du Kazakhstan

La flotte du pays des steppes

En plein développement, les forces navales kazakhstanaises fêteront leur dixième anniversaire cette année.

Vu sur un planisphère, le Kazakhstan semble être un pays continental par excellence. Pour beaucoup de gens, l’idée même d’une marine de guerre kazakhstanaise prête à sourire. Et pourtant ! Actuellement commandées par le contre-amiral Jandarbek Janzakov, fortes de 3000 hommes et de dizaines de patrouilleurs, les forces navales du Kazakhstan auront bientôt dix ans puisqu’elles ont été officiellement créées le 7 mai 2003, même si elles existaient déjà de fait depuis avril 1993. Elles sont avant tout chargées de mener des missions de protection et de défense des installations stratégiques dans le secteur kazakhstanais de la mer Caspienne (27 % des eaux) : les ports d’Aktaou, de Bautino et de Kuryk ; les îles artificielles (secteur de Kashagan), les pipelines, plates-formes offshores et autres gisements d'hydrocarbures.

« D’ici 2015 la mer Caspienne pourrait devenir l’une des régions les plus instables au monde » : voilà ce qu’a déclaré Rafik Tairov, expert du centre des études militaro-stratégiques du Ministère de la Défense kazakhstanais. Il est vrai que la mer Caspienne est le centre d’une très forte concurrence internationale tant pour le développement des gisements offshore que pour la maîtrise des voies d’accès aux ressources pétrogazières. On constate de nombreuses divergences entre les cinq pays riverains (Russie, Kazakhstan, Azerbaïdjan, Turkménistan, Iran), y compris sur le statut même de la Caspienne (mer ou lac, posant la question de la répartition des eaux), qui se traduisent par un renforcement des flottes de guerre, si ce n’est une course aux armements locale.

Carte pointant les richesses en ressources de la mer Caspienne.

Il est donc logique que le Kazakhstan développe ses défenses maritimes sur la Caspienne. Le 19 octobre 2012, le ministre de la Défense Adilbek Djaksybekov a rappelé que « la région de la Caspienne est une zone d’importance stratégique globale », et que « l’Etat doit prendre des mesures pour former suffisamment de troupes ici, dotées d’armes et d’équipements modernes, capables d’assurer la sécurité militaire dans la région de la Caspienne, que ce soit en mer, sur terre ou dans les airs ». Une nouvelle base aérienne a été construite près de la ville portuaire d'Aktaou, qui est aussi le quartier général de la marine naissante, en manque de logements pour les marins qui sont parfois contraints de dormir à même des navires qui n’ont pas été prévus pour cela. En septembre 2012 le Kazakhstan, vedette d’appui-feu de fabrication locale, est entré en service. Deux bâtiments semblables sont prévus pour 2013. Ils devraient être suivis par un navire de 600 tonnes en 2014, qui pourrait être le premier d’une série de six.

De plus, le Kazakhstan a bien l’intention de ne pas se limiter à sa production domestique – descendante de celle de l’URSS (différents type de navires sont construits à l’usine Zénit dans la ville d’Oural) – et de profiter du savoir-faire « occidental » en acquérant bateaux de patrouille et technologie navale auprès de la Corée du Sud et en envoyant ses cadets de la marine en formation à l’étranger, notamment en Turquie. A noter que le Kazakhstan a aussi témoigné de l’intérêt pour le récent missile antinavire français MBDA – Exocet MM40 Block 3, qui pourrait équiper ses unités de défense côtière et ses forces navales.

Néanmoins sur le terrain la proximité avec les Russes reste incontournable. Ainsi en juin 2012 a eu lieu un exercice russo-kazakhstanais, au cours duquel l’ennemi imaginaire était manifestement l’Iran. Il faut dire que la Russie, le Kazakhstan et l’Azerbaïdjan sont d’accord pour considérer la Caspienne comme une mer et ont signé un accord tripartite de répartition de leurs eaux territoriales, alors que l’Iran considère la Caspienne comme un lac où les eaux doivent être divisées également en cinq. A l’heure actuelle, si un « coup dur » devait se produire avec l’Iran, qui déclare régulièrement vouloir exercer sa souveraineté sur « ses » 20 % d’eaux, la flotte kazakhstanaise ne pourrait qu’épauler la flottille russe de la Caspienne et non faire face seule. Mais c’est de loin avec Bakou et non avec Astana que Téhéran a le plus de dissensions.

Autre dimension à prendre en compte, la menace terroriste. A l’automne, d’autres exercices navals russo-kazakhstanais ont porté sur des scénarios d’interventions anti-terroristes sur des plates-formes offshore, et pour cause : si un commando terroriste parvenait à s’emparer de l’une d’elles, il pourrait prendre en otage ses travailleurs, parmi lesquels de nombreux Occidentaux, et déclencher une catastrophe écologique de grande ampleur. Les terroristes pourraient venir du Caucase voisin, mais pas seulement : rappelons qu’en 2011 et 2012 de nombreux attentats à la bombe ou à l’arme à feu, considérés comme « terroristes » et dirigés contre les structures des forces de l’ordre, ont eu lieu dans l’Ouest du Kazakhstan, notamment à Atyrau, sur les rives de la Caspienne. La population locale peine à profiter de l’argent du pétrole tandis que des extrémistes religieux – souvent salafistes – tentent de gagner la jeunesse à leur cause. Les premiers coups de feu tirés par des marins kazakhstanais pourraient bien l’être contre des compatriotes.

L emblème et le drapeau des forces navales kazakhstanaises

Forces en service

– 5 vedettes d’appui-feu dont 3 sud-coréennes de classe Sea Dolphin/PKM, 1 turque et 1 de fabrication locale (navire d’artillerie lance-missiles projet 250 Bars-Mo / projet 20970 Katran) (cf détails ci-dessus). Les trois patrouilleurs légers d’appui-feu Sea Dolphin / PKM / classe Chamsuri ont été cédés au Kazakhstan par la Corée du Sud en 2006 au prix symbolique de 100 $ chacun : ils sont en service sous les dénominations 031 Shapshan, 032 Batyr et 033 Izet. Déplacement : 150 tonnes ; vitesse : 37-38 nœuds ; armement : un canon de 40 mm, deux canons de 20 mm, canons anti-aérien type Oerlikon ou Bofors
– 4 navires de débarquements américains
– 57 petits bâtiments (estimation haute) dont :
– 7 classe Bukrit de fabrication locale (projet 0200 Bukrit/Grif)
– 2 avisos de patrouille de classe Bars (projet 0300) de fabrication locale (bâtiment de patrouille projet 0300)
– 3 classe FC-19 de fabrication locale (projet FC-19)
– 3 classe SAFE Boats International américains
– 1 classe Dauntless américain
– 3 avisos allemands type 369
– 3 classe Karlygach de fabrication locale (KS-701)
– 1 classe Chagala de fabrication locale
– 16 classe Sapsan de fabrication locale (Sapsan, Sapsan-М, Sapsan-2М)
– 4 classe Sunkar de fabrication locale (Sunkar / Kalkan)
– 15 aéroglisseurs Airboat américains

De plus, sont basés à la base aérienne n°612 d’Aktau récemment ouverte :
– 2 Su-27 ;
– 12 hélicoptères de combat, probablement Mi-24.
– En outre quelques Mi-8 et Mi-2 seraient basés à Atyrau et à Aktau.

Bâtiments dont l’acquisition est prévue ou la construction envisagée :

– 2 vedettes d’appui-feu de fabrication locale similaires au Kazakhstan (navire d’artillerie lance-missiles projet 250 Bars-Mo / projet 20970 Katran) pour 2013  mais avec un armement amélioré.
– un « puissant navire de 600 tonnes » est prévu pour 2014 (il s’agit vraisemblablement du premier classe Tornado – cf ci-après, dérivé des corvettes russes de classe Buyan)
– 6 patrouilleurs lance-missiles de fabrication locale de classe Tornado (navire d’artillerie lance-missiles projet 21632 Tornado)
– 7 classe Aïbar (projet 0210 / projet 12200 Sobol)
– 2 avisos de patrouille de classe projet 0300 de fabrication locale (bâtiment de patrouille projet 0300)
– 2 classe FC-19 de fabrication locale (projet FC-19)
– 1 classe Sagym de fabrication locale (projet 190)
non confirmé : 3 patrouilleurs lance-missiles sud-coréens de classe Yoon Young-ha / PKG / classe Gumdoksuri (modernes et bien armés : 4 missiles anti-navires, 1 canon de 76 mm, 1 canon bi-tube de 40 mm, missiles SAM)

François Salviat
diplômé de Sciences Po Bordeaux, master franco-russe IEDG, et diplômé de l'Université russe de l'Amitié des Peuples, magistère de politologie comparée

Sources :

• Fiche technique officielle du projet 20970 Katran : http://www.almaz-kb.ru/projects/20970.pdf
• Site officiel de la firme Zenit : http://zenit.kz/

• Mise à l’eau du navire de guerre Kazakhstan  (25/04/2012) : http://www.zakon.kz/4487179-v-uralske-na-vodu-spustili-boevojj.html
• Des missiles anti-navires pour défendre la zone kazakhstanaise de la Caspienne (11/05/2012) : http://tengrinews.kz/kazakhstan_news/kazahstanskuyu-chast-kaspiya-zaschityat-kryilatyie-raketyi-213810/
• Mise à l’eau de la première vedette d’appui-feu du Kazakhstan construite localement (25/04/2012) : http://www.armstrade.org/includes/periodics/news/2012/0425/155012650/detail.shtml
• A la défense des côtes (06/04/2012) : http://www.kazpravda.kz/c/1333659304
• Encore une mise à l’eau d’un aviso de patrouille « Sunkar » (18/10/2004) : http://www.lenta.kz/news/?article=190837
• Etat des Forces navales du Kazakhstan (en incluant les patrouilleurs des gardes-frontières) au 1er juillet 2012 (données récoltées sur sources ouvertes) : http://military-kz.ucoz.org/index/katalog_sudov_vms_rk/0-51 ; http://military-kz.ucoz.org/index/voenno_morskie_sily_vms/0-24
• Le Kazakhstan va augmenter sa présence en mer Caspienne (19/10/2012) : http://www.kursiv.kz/topnews/1195234036-kazaxstan-usilivaet-voennoe-prisutstvie-na-more-druzhby.html
• Dépêches Interfax-Kazakhstan septembre-novembre 2012
• Jane’s Navy International du 12/09/2012
• L’usine Zénith d’Ouralsk a reçu une commande du ministère de l’Intérieur pour une nouvelle vedette d’appui-feu (20/11/2009) : http://www.newskaz.ru/economy/20091120/365142.html
• Le Kazakhstan fera l’acquisition de 6 vedettes d’appui-feu « Tornado » auprès de la Russie (30/10/2008) : http://army.lv/ru/proekt-21632-tornado/356/14656

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *