Pays Asie Manque Essence

Le Kazakhstan interdit les importations d’essence russe

Le Kazakhstan va mettre en place une interdiction d’importation d’essence en provenance de Russie pour les trois prochains mois, alors que celle-ci représentait 40% du marché kazakh en 2017.

Novastan reprend et traduit un article initialement publié par le média spécialisé sur l’Asie centrale et basé en Russie, Fergana.ru.

C’est dans le journal officiel, « Kazakhstanskaya Pravda« , qu’a été publié le 15 août dernier l’ordonnance d’interdiction pour trois mois de l’importation d’essence en provenance de Russie. Le document entrera en vigueur 10 jours après la date de publication officielle, soit le 25 août prochain.

L’interdiction s’applique au sans-plomb 92 et au sans-plomb 98, précise le site d’information kazakh, Kolesa.kz. Elle ne concerne que les importations par transport ferroviaire, qui constituent l’essentiel des importations.

Lire aussi sur Novastan : Le Kazakhstan a augmenté légèrement sa production de pétrole

Comme le ministre de l’Energie Kanat Bozoumbaïev l’a déjà affirmé, cette décision serait liée au surplus d’essence sur le marché kazakh. Selon les prévisions officielles, il y aurait un excédent de 500 000 tonnes de ce type de carburant dans le pays après la mise en service de la nouvelle unité de production de la raffinerie de Chimkent, dans le sud du pays.

Une décision attendue par la Russie

Pour le vice-ministre de l’Energie, Bolat Akchoulakov, cette décision n’est pas une surprise pour ses collègues russes. « Cela ne les dérange pas et ils ne considèrent pas cela comme une restriction. Au contraire, ils sont heureux de pouvoir vendre ces volumes de produits pétroliers sur des marchés tiers, avec des prix plus avantageux ». En effet, l’essence vendue au Kazakhstan par la Russie l’est à des prix le plus souvent préférentiels et plus bas que les prix des marchés mondiaux.

Les exportations d’essence en Asie centrale, un moyen de pression pour la Russie

Cependant, le sujet reste sensible. Depuis l’indépendance, des situations de pénurie d’essence au Kazakhstan, où se trouvent pourtant trois raffineries de pétrole, sont régulières. En 2017, la part de l’essence russe dans le volume total des ventes de carburant au Kazakhstan a atteint 40% des ventes totales.

Lire aussi sur Novastan : Pénuries de pétrole en Ouzbékistan ; l’indépendance énergétique à tout prix ?

Plus largement, les ventes d’essences raffinées à Omsk sont un des moyens de pression régulier de la Russie sur le Kazakhstan, mais aussi sur le Kirghizstan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan.

Traduit du russe par la rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

L’Asie centrale en manque d’essence ?
wilhei
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *