Journal Langue Alphabet

Le Kazakhstan passe à l’alphabet latin : bonne ou mauvaise idée ?

Le kazakh sera écrit en alphabet latin à partir de 2025. Le nouvel alphabet a été présenté en septembre 2017. Le projet divise aujourd’hui la société au Kazakhstan. Aperçu des arguments soutenant ou dénonçant cette nouvelle initiative du pouvoir.

Novastan traduit un article initialement paru sur Open Asia.

C’est désormais confirmé par le Président kazakh lui-même : d’ici 2025, le kazakh sera écrit en alphabet latin. Jusqu’ici écrite dans un alphabet cyrillique légèrement adapté, la langue officielle du plus grand pays d’Asie centrale sera donc modifiée d’ici peu et cette réforme s’appliquera à l’ensemble des correspondances officielles, dans les manuels scolaires et dans les journaux. Partie intégrante de la Stratégie Kazakhstan-2050 adoptée par le Kazakhstan, le projet de nouvel alphabet a été présenté en septembre 2017 pour la première fois aux citoyens kazakhs.

Lire aussi sur Novastan : Le kazakh, bientôt en lettres latines ?

Bien qu’il semble peu probable que ce changement puisse être désormais ajournée, le sujet divise les Kazakhs. Ainsi, si l’auteur de best-sellers kazakh, Kanat Tassibekov s’enthousiaste à l’idée d’utiliser l’alphabet latin, Mourat Telibekov, président de l’Union des Musulmans du Kazakhstan, n’approuve pas cette nouvelle réforme.

Kanat Tassibekov : « Je suis pour l’introduction de l’alphabet latin »

Pour l’écrivain kazakh, il y a trois raisons qui le poussent à soutenir l’initiative présidentielle de changement d’alphabet. Tout d’abord, l’utilisation de l’alphabet latin règle définitivement les problèmes de terminologie : près de 8 000 mots ont intégrés la langue kazakhe contemporaine et viennent d’autres influences linguistiques. Ces nouvelles terminologies seront mieux intégrées en kazakh en passant à l’alphabet latin, sans avoir à utiliser le russe déjà fortement influencé lui-même par l’utilisation de mots étrangers, essentiellement issus de l’anglais.

De plus, selon Kanat Tassibekov, « la langue kazakhe a besoin d’être modernisée. Il existe de nombreux mots que personne n’est en mesure d’épeler correctement, faute d’une réforme linguistique sérieuse qui aurait dûe être menée il y a longtemps. » L’auteur rappelle que le passage à l’alphabet latin permettra enfin de mener cette réforme de la langue et de mettre en place des standards linguistiques enfin acceptés par tous.

Projet Alphabet Langue Septembre

La troisième raison avancée est essentiellement pratique. Les pays utilisant l’alphabet cyrillique sont très peu nombreux en comparaison avec ceux utilisant l’alphabet latin. Il serait également particulièrement contraignant d’écrire en kazakh avec l’alphabet actuel à l’aide d’un clavier : l’utilisation des caractères spéciaux, uniquement disponibles sur le pavé numérique, oblige l’usager à changer les réglages en permanence. Kanat Tassibekov donne en exemple les claviers français ou allemand qui permettent également l’utilisation de caractères spéciaux, mais de façon plus intuitive. Pour lui, l’utilisation de l’alphabet latin pour écrire le kazakh permettra également de régler cet inconvénient.

Lire aussi sur Novastan : Nazarbaïev veut changer le nom du Kazakhstan

Pour ce qui est de l’« important coût financier » qu’impliquerait cette réforme, l’écrivain kazakh se veut rassurant : « Tout ce qui a déjà été écrit restera en alphabet cyrillique. Les nouvelles générations continueront d’apprendre le russe et à le lire en alphabet cyrillique. Il n’y a aucun risque de disparition à terme de l’héritage culturel kazakh. »

Mourat Telibekov : « Une réforme qui va contre toute forme de bon sens »

Mourat Telibekov, président de l’Union des Musulmans du Kazakhstan, estime que les raisons d’une telle réforme de l’alphabet sont politiques et non culturelles. Le Kazakhstan chercherait à se placer dans l’orbite occidentale, en tout cas à entretenir de bonnes relations à la fois avec l’Occident et avec la Russie. Pour Mourat Telibekov, il s’agit donc d’un geste anti-russe et d’un signal en direction de l’Occident. Mais le Kazakhstan, selon lui, a beaucoup à y perdre.

Mourat Telibekov est convaincu de la futilité d’une telle réforme et que le bon sens prévaudra, amenant les autorités à abandonner le projet. Il cite en exemple l’Ouzbékistan qui est depuis longtemps passé à l’alphabet latin. Cela n’aurait créé aucun sursaut intellectuel dans le pays, aucune amélioration du système éducatif, aucune avancée dans le domaine scientifique. De plus, Mourat Telibekov estime que le coût engendré par la réforme, notamment pour retranscrire de nombreux livres en alphabet latin, sera très important et entraînera de graves conséquences pour la population kazakhe.

Lire aussi sur Novastan : Kazakhstan : derrière les feux des projecteurs, la réalité

Amer, il estime qu’il ne s’agit là que d’un débat visant à remplir le vide politique et idéologique dans lequel se trouve le plus grand pays d’Asie centrale aujourd’hui.

Traduit du russe par Jérémy Lonjon
Rédacteur en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Dans un journal daté de 1937, la langue kazakhe s’écrivait en alphabet latin.
Wikimedia Commons
Le projet d’alphabet latin pour la langue kazakhe présenté en septembre 2017
Vlast.kz
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *