astana Pyramide Kazakhstan Palais

Le Kazakhstan veut s’imposer comme leader du dialogue interreligieux

Partager avec

La sixième édition du Congrès des religions mondiales et traditionnelles s’est tenue les 10 et 11 octobre derniers à Astana. Plus de 80 délégations venues du monde entier ont répondu présentes à l’invitation du président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev.

Intitulée Les responsables religieux pour un monde sûr, la sixième édition du Congrès des religions mondiales et traditionnelles a réuni les hauts représentants du catholicisme, de l’islam, du judaïsme, du bouddhisme, de l’hindouisme, mais aussi du taoisme, du shintoïsme, ou du zoroastrisme, les 10 et 11 octobre dernier à Astana, la capitale kazakhe.

L’objectif de ce sommet : souligner l’importance des religions dans l’entente entre les peuples. Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, au pouvoir depuis 1989, été à l’initiative de cette rencontre internationale en 2003. Le Kazakhstan compte aujourd’hui une cinquantaine de religions différentes.

Dans la foulée des attentats de 2001, le président kazakh a en effet déjà souhaité faire de son pays un laboratoire en faveur dialogue inter-confessionnel, en s’inspirant de la Journée mondiale de prière pour la paix, initiée par Jean-Paul II en 1986.

L’OSCE et le président serbe ont fait le déplacement

Quarante-six Etats ont envoyé des délégations officielles dans la capitale kazakhe. Le cardinal Francesco Coccopalmerio a représenté le Vatican, tandis que le moine boudhiste Chun Yi, est venu promouvoir le boudhisme à la chinoise. Le président du Patriarcat de Moscou, Hilarion, était présent, ainsi que le cheikh Mohsen Araghi, imam iranien. L’OSCE, a également envoyé son émissaire, en la personne de Thomas Greminger, tandis que le président serbe Aleksandar Vucic a aussi fait le déplacement.

Novastan est le seul site en français et en allemand sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Une déclaration finale consensuelle

Ces quatre demi-journées de travail se sont conclues par une déclaration, paraphée par chacun des participants. Ses auteurs y rappellent « rejeter toutes les formes de manipulation de la religion dans les conflits politiques« , et « considérer le problème terrorisme comme un nouveau challenge, dans un monde globalisé, chaque Etat devant combattre l’extrémisme religieux et le terrorisme international« .

Plus loin, les représentants religieux s’engagent sur 23 différents points. On y retrouve « la nécessité de promouvoir l’idée d’une coexistence pacifique entre les différents dignitaires » ou celui de « soutenir les institutions ou les initiatives encourageant le dialogue inter-religieux« .

Anna Bellocq
Journaliste pour Novastan à Bichkek

Roxane Poulain
Rédactrice en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Cette pyramide doit représenter l’entente entre les différentes religions
Ken and Nyetta
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *