La récolte de blé en 2018 au Turkménistan avec des portraits du président sur les moissonneuses.

Le Turkménistan importe de nouveau des céréales du Kazakhstan

Partager avec

Le Turkménistan a acheté des céréales au Kazakhstan selon un média kazakh, alors que les médias officiels turkmènes vantent depuis les années 1990 l’indépendance alimentaire du pays.

Novastan reprend et traduit un article initialement publié par le média spécialisé sur l’Asie centrale et basé en Russie, Fergana.ru.

Le média kazakh Khabar a annoncé le 12 septembre dernier que le Turkménistan faisait de nouveau partie des importateurs de ses céréales. L’article détaille avant tout les exportations de céréales kazakhes en général et indique « qu’après une longue pause, le Turkménistan est revenu au nombre d’acheteurs ». Le pays a acheté environ 100 000 tonnes de céréales au Kazakhstan. Combien de temps « la pause » a duré n’est pas spécifié par Khabar.

Les autorités turkmènes ne font traditionnellement pas de publicité pour les achats de céréales à l’étranger et affirment régulièrement que le pays a une indépendance alimentaire. Dans les médias officiels, il est affirmé que le pays répond pleinement aux besoins essentiels de sa population et permet même l’abondance. « En plus d’une large gamme de stands de fruits et légumes du marché, les centres commerciaux et les magasins sont remplis de lait, différentes sortes de fromage, le fromage, le yogourt, la crème glacée, le beurre, la mayonnaise, différentes variétés de viandes, de poulet, de saucisses, de pains et confiserie, de produits en conserve et de la pêche, divers types de jus et de nombreux autres produits » rapportait en juin dernier un article du site d’information officiel Turkmenistan.ru.

Inflation des prix alimentaire et pénurie de farine au Turkménistan selon les médias d’opposition

Selon les médias indépendants, dont l’accès est interdit au Turkménistan, la situation est bien différente. L’année dernière, ils ont régulièrement signalé une augmentation du prix de la nourriture et même des pénuries ainsi que de longues files d’attente. Le 11 septembre dernier, Azatlyk, la branche turkmène de Radio Free Liberty, a publié une lettre anonyme d’un résident de la région de Mary, dans le sud du Turkménistan. Il se plaint de la pénurie et de la hausse du prix de la farine. Selon lui, au moment de la publication, un sac de farine coûterait 120 manats (29,4 euros), alors qu’il y a un an, le prix était de 45 manats (11 euros). Le prix du pain aurait augmenté de 300% durant la même période selon l’auteur anonyme. « Nous nous attendions à ce que la farine soit moins chère après la récolte des céréales, mais le pain était encore plus cher« , affirme l’auteur de la lettre.

Lire aussi sur Novastan : La chute du second Koweït : le Turkménistan en pleine crise alimentaire

Cette année, après avoir largement couvert les premiers semis de blés, les médias publics n’ont pas réellement couvert la fin de la récolte. Fortuitement, ces médias ont mentionné que la récolte de cette année serait de «plus d’un million de tonnes» de blé. Officiellement, le plan de collecte de blé au Turkménistan au cours des dernières années a toujours été de 1,6 million de tonne, donc bien supérieur à ce qui a été mentionné cette année. En 2017, ce plan n’avait également pas été rempli et plusieurs responsables avaient alors été sanctionnés par le chef de l’Etat. Selon les médias officiels, les plans ont été remplis et la récolte a été un succès.

Traduit du russe par la rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

La récolte de blé en 2018 au Turkménistan s’est faite avec des portraits du président Gourbangouly Berdimouhamedov sur les moissonneuses.
TDH
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *