kazakhstan mer caspienne ciel satellite nuage côtes

Mer Caspienne : les 5 Etats frontaliers signent un protocole pour protéger l’environnement

L’Azerbaïdjan, l’Iran, le Kazakhstan, la Russie et le Turkménistan ont signé le 20 juillet dernier un protocole les engageant à surveiller l’impact environnemental de leurs projets de développement sur l’écosystème de, et autour de la mer Caspienne. Un premier pas vers la signature de la nouvelle convention historique, attendue en août prochain.

Il s’agit d’une signature historique : le 20 juillet dernier, les cinq États bordant la mer Caspienne (Azerbaïdjan, Iran, Kazakhstan, Russie, Turkménistan) se sont engagés à Moscou à surveiller l’impact de leurs projets industriels et énergétiques sur la faune, l’eau, les sols et la santé humaine. Le protocole a été adopté dans le cadre de la convention de Téhéran, signée en 2003. L’objectif est de protéger davantage les écosystèmes de la Caspienne. Le protocole entrera en vigueur trois mois après sa ratification par les Parlements de chacun des pays signataires.

« Il est fantastique de voir les États côtiers de la mer Caspienne s’unir et s’engager pour le futur de ce bijou de la région et son écosystème unique. Je suis convaincu que ce sera une grande victoire pour l’environnement de la région, son économie et sa sécurité sur le long-terme », s’est félicité le chef du Programme des Nations unies pour l’environnement, Erik Solheim.

Lire aussi sur Novastan : Mer Caspienne : le futur sommet à Aktau tiendra-t-il ses promesses ?

Cette signature intervient alors qu’un sommet est prévu le 12 août prochain à Aktau, au Kazakhstan, qui devrait donner lieu à la signature d’une convention réglant une bonne fois pour toutes le statut de la mer Caspienne. Ce statut devrait permettre à des projets de gazoducs et d’exploitations d’hydrocarbure de voir le jour. Avec ce protocole environnemental, l’installation de raffineries de pétrole et de centrales électriques, ainsi que les programmes majeurs de déforestation, seront réglementés. L’Etat susceptible de subir un impact environnemental du fait d’un projet conduit par son voisin aura l’opportunité d’intervenir en amont. Si le projet est maintenu, l’Etat conduisant le projet devra fournir un ensemble d’éléments concrets indiquant que l’impact environnemental sur son voisin a été pleinement pris en compte lors des études préalables.

L’exploitation des ressources naturelles en mer Caspienne

Ce protocole est d’autant plus crucial que les réserves en énergies fossiles de la mer Caspienne sont parmi les plus importantes du monde, avec près de 48 milliards de barils de pétrole, soit l’équivalent des réserves des États-Unis. Son écosystème marin est ainsi particulièrement exposé aux rejets des activités industrielles liées aux hydrocarbures et à la pollution engendrée par la production de gaz.

Par ailleurs, la mer Caspienne est la première source de production de caviar au monde, bien que la population d’esturgeons souffre grandement de la surpêche comme des diverses pollutions subies par les eaux marines.

Lire aussi sur Novastan : Le futur des projets énergétiques de la Caspienne

A ce jour, le statut non résolu de la mer Caspienne empêche le Turkménistan, quatrième réserve de gaz au monde, de construire un gazoduc transcaspien qui lui permettrait notamment de vendre son gaz à l’Europe en contournant la Russie et en passant par l’Azerbaïdjan. Toutefois, ce protocole permettrait à l’un des États côtiers de s’opposer au projet pour des raisons environnementales. Ce projet transcaspien a donc désormais peu de chances de voir le jour, même si le statut de la Caspienne venait à se préciser le 12 août.

Protection environnementale autour de la Caspienne

La convention de Téhéran, signée en 2003, est le premier traité international sur l’environnement signé entre les cinq Etats côtiers. Il s’agit d’un succès notable, alors que les accords et les coopérations géopolitiques, diplomatiques et énergétiques autour de la mer Caspienne sont parfois délicates.

Lire aussi sur Novastan : Turkménistan : Les garde-côtes ont ouvert le feu sur un bateau iranien

La convention de Téhéran aspire à instituer une meilleure protection et préservation de la mer Caspienne, son écosystème et ses ressources naturelles : elle astreint les Etats signataires à prévenir et réduire la pollution créée par leurs activités, à user des ressources de manière responsable et à coopérer pour la protection de l’environnement.

Elle n’est cependant pas le seul texte environnemental autour de la Caspienne. En juillet 2016, le protocole Aktau, adopté en 2011, est entrée en vigueur. Il établit l’obligation pour les Etats de la convention à prévenir les marées noires et autres incidents de pollution liés au pétrole. En 2012, les cinq Etats ont également adopté le protocole pour la protection de la mer Caspienne contre la pollution provenant de sources et d’activités terrestres.

En plus du protocole signé à Moscou, un nouveau texte en cours de négociation devrait instaurer l’obligation pour les Etats à collecter, rapporter et partager les données relatives à l’environnement et l’écosystème marin de la Caspienne.

Tiphaine Gaudin
Rédactrice pour Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

La mer Caspienne au large du Kazakhstan vue d’un satellite de la NASA.
NASA's Marshall Space Flight Center on VisualHunt.com / CC BY-NC
Partager avec
Commentaires
  • Merci pour cette article!Pourriez vous me dire les sources de cette information? Il n’a pas beaucoup d’info dans la presse sur cette occasion. Merci

    25 juillet 2018
  • Bonjour,

    Merci pour cette information.

    Si je comprends bien, cet accord est indépendant de celui-ci qui doit être signé en aout?

    Il me semble qu’un des points encore en négociation du projet d’accord est justement +/- lié à l’impact des différents programme prévu, et à l’établissement d’un cahier des charges a respecter pour chaque état…

    25 juillet 2018

Ecrire un commentaire

Captcha *