Noursoultan Nazarbaïev Kazakhstan Démission Président Asie centrale Diplomatie

Noursoultan Nazarbaïev encensé par ses voisins centrasiatiques

Les Etats voisins du Kazakhstan ont été très vocaux sur la démission de Noursoultan Nazarbaïev. Une communication minutieusement orchestrée pour ne surprendre personne parmi les principaux partenaires stratégique du Kazakhstan et rester sur la scène internationale.

Les voisins centrasiatiques du Kazakhstan n’ont pas attendu longtemps avant de réagir à la démission du président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, le 19 mars dernier. Et pour cause : Noursoultan Nazarbaïev a discuté avec de nombreux présidents de sa décision de quitter la présidence du Kazakhstan avant de l’annoncer officiellement. Une annonce réservée aux présidents d’ex-Union soviétique, montrant son attachement pour ses partenaires de cet espace, dont il était le dernier président en exercice à avoir été un des dirigeants sous l’URSS.

Le jour même, les autorités ouzbèkes ont ainsi annoncé qu’une communication téléphonique avait eu lieu entre Noursoultan Nazarbaïev et son homologue ouzbek Chavkat Mirzioïev. Le président ouzbek a notamment évoqué la contribution de Noursoultan Nazarbaïev au développement des relations entre les deux pays et a souligné que sous sa direction, un État multi-ethnique et multi-religieux avait été créé avec une économie de marché moderne, l’un des 50 pays développés. Chavkat Mirzioïev n’a jamais caché son admiration pour Noursoultan Nazarbaïev par le passé, évoquant même dans une vidéo officielle que « chaque rencontre avec Noursoultan Nazarbaïev était (pour lui) un enseignement« .

Lire aussi sur Novastan : Mirzioïev : « chaque rencontre avec Noursoultan Nazarbaïev est un enseignement pour moi »

Chavkat Mirzioïev a souhaité à Noursoultan Nazarbaïev « bonne santé, bien-être et succès dans ses futurs services à la population du Kazakhstan et a exprimé sa confiance dans la poursuite des relations amicales« , selon l’agence de presse officielle ouzbèke, Uza.uz.

« Un éminent homme politique et réformateur » pour le président kirghiz

Le président kirghiz, Sooronbaï Jeenbekov, lors d’une conversation téléphonique le 19 mars avec Noursoultan Nazarbaïev, a déclaré qu’il était un homme politique éminent de notre époque, un réformateur, « un architecte des processus d’intégration dans la région, une personne non seulement à l’échelle nationale mais également à l’échelle mondiale ».

Novastan est le seul site en français et en allemand sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Sooronbaï  Jeenbekov a souligné le rôle particulier de Noursoultan Nazarbaïev dans le développement et l’approfondissement des relations entre les deux pays dans un esprit d’alliance, de partenariat stratégique et de bon voisinage et lui a souhaité « de très bonnes et longues années de vie« , selon le service de presse du président kirghiz.

Pas de coups de téléphone avec le président turkmène, mais la presse turkmène dithyrambique 

Tous les pays centrasiatiques n’ont pas été logés à la même enseigne. Aucun coup de fil n’a été annoncé entre l’ancien président kazakh et le président tadjik Emomalii Rahmon. De même, aucune communication annoncée avec le président du Turkménistan, Gourbangouly Berdimouhamedov, pourtant voisin direct du Kazakhstan. Cela tend à confirmer les relations difficiles entre les deux pays et leaders, en effet, le président turkmène à plusieurs fois évité de se rendre à Astana, notamment pour le premier sommet des chefs d’Etat d’Asie centrale en mars 2018.

Lire aussi sur Novastan : Astana : un sommet pour rien ?

Cependant la presse turkmène, notamment le média en ligne Orient.tm, contrôlé par les autorités turkmènes, a été dithyrambique sur Noursoultan Nazarbaïev et sa décision de quitter le pouvoir. Appelant Noursoultan Nazarbaïev, « l’Aksakal (la barbe blanche – figure respectée et d’autorité, ndlr) de la politique centrasiatique« . Plus surprenant, l’article met en avant la décision de démissionner du président kazakh : « La démission suggère encore une fois que Noursoultan Nazarbaïev est un homme très courageux. Quitter la scène politique à l’apogée de sa carrière, cela le caractérise le mieux possible. Mais l’essentiel est que cette étape soit nécessaire au bien-être de la population du Kazakhstan, puisque Noursoultan Nazarbaïev n’a jamais pris de décision spontanée.« 

Les regrets d’Alexandre Loukachenko

Noursoultan Nazarbaïev a également voulu rassurer ses partenaires stratégiques. Il s’est ainsi entretenu avec le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan et avec le président de Biélorussie, Alexandre Loukachenko. Ce dernier, selon son service de presse, a appelé lui-même Noursoultan Nazarbaïev et a exprimé ses regrets devant la décision de partir.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Dans le même temps, ils ont décidé de se rencontrer au sommet de l’Union économique Eurasiatique, au cours de laquelle Noursoultan Nazarbaïev représentera le Kazakhstan en tant que président du Conseil de sécurité du pays, poste qu’il conserve et qui lui confère ainsi encore des prérogatives importantes sur la scène diplomatique.

Une démission réglée comme du papier à musique

Le principal allié stratégique du Kazakhstan la Russie, a également été prévenu avant la décision, et Noursoultan Nazarbaïev a discuté de cette décision avec le président russe Vladimir Poutine. Même si les relations avec le président russe n’ont pas toujours été faciles, notamment sur les questions énergétiques, Noursoultan Nazarbaïev fait office de patriarche respecté au sein des anciens pays soviétiques, y compris pour Vladimir Poutine.

Lire aussi sur Novastan : Le Kazakhstan s’apprête-t-il a mener une guerre du pétrole à la Russie ?

Les hommes politiques ont « décidé de poursuivre leurs contacts réguliers à l’avenir« , montrant ainsi que le départ de Noursoultan Nazarbaïev n’est pas total sur la scène diplomatique, selon le site du service de presse du chef du Kazakhstan.

De fait, le départ de la présidence de Noursoultan Nazarbaïev ne signifie absolument pas qu’il quittera le devant de la scène internationale. Noursoultan Nazarbaïev, âgé de 78 ans, continuera de participer aux sommets internationaux en sa qualité de président du Conseil stratégique du Kazakhstan.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

L’ancien président kazakh Noursoultan Nazarbaïev a été très précautionneux avec ses partenaires stratégiques avant d’annoncer sa démission.
Akorda
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *