scorpion réchauffement climatique kazakhstan climat changement

Scorpions et flamands roses en plein hiver au Kazakhstan, signes du réchauffement climatique

Le sud du Kazakhstan est en train de connaître l’un des hivers les plus chauds de son histoire alors que plus généralement, les températures moyennes des 100 dernières années augmentent plus vite en Asie centrale que dans le reste du monde. Tour d’horizon des effets de ce réchauffement climatique très visible cet hiver dans le plus grand pays d’Asie centrale.

Dans le sud du Kazakhstan, les températures clémentes de cet hiver ont entraîné une forte hausse des piqûres de scorpions, alors que ces derniers sont censés hiberner jusqu’au printemps. Les flamands roses voient aussi leur mode de vie modifié, car ils passent désormais toute l’année dans cette région, les températures douces de l’hiver du sud du Kazakhstan ne les poussant plus à migrer vers le sud. Un signe visible de ce changement climatique.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

La carte des températures mondiales pour le mois de janvier dernier, publiée par le Scientific American, montre que le sud du Kazakhstan a connu des records de chaleur en plein hiver, pourtant d’habitude rude dans la steppe kazakhe. Début février dans la région de Manguistaou, dans le sud-ouest du Kazakhstan, les températures ont été largement au-dessus de zéro, entre 2 et 5 degrés Celsius, alors que selon les données historiques du Weather Atlas, la moyenne se situe entre -6°C et +1°C. L’hiver 2019-2020 est en effet en passe de devenir le plus chaud jamais enregistré sur la planète, et l’Asie centrale est un de ses points chauds.

Cet hiver clément est loin d’être anecdotique. Selon un article scientifique paru dans le Journal of Geographical Sciences en 2019, l’augmentation des températures médianes en Asie centrale dans la seconde moitié du XXème siècle a augmenté bien plus rapidement que sur le reste du globe et même que dans l’hémisphère nord, d’environ 1,5°C environ. Un autre article scientifique publié en 2019 également sur le MDPI précise que ce sont surtout les températures maximales qui augmentent le plus. Des données confirmées en Ouzbékistan, où le climat se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale.

La faune et la population directement touchées

Ces températures qui augmentent ont des effets concrets. Dans la région de Manguistaou, une dizaine de cas de piqûres de scorpions ont été recensé début février, selon les informations du média local kazakh Lada.kz, alors même que durant cette saison, ces derniers devraient hiberner. Selon le directeur du département de l’exotarium du zoo d’Almaty, Aleksandr Gournev, cité par le média kazakh local InAktau, les scorpions se réveillent à cause des hausses de température de leur environnement.

Un autre signe de ce réchauffement, toujours au sud du Kazakhstan est visible non loin de la ville d’Aktaou sur les bords de la mer Caspienne. Là-bas, les flamands roses qui autrefois s’y installaient de façon temporaire dans le cadre de leur migration annuelle, y sont cette année présents même en hiver, selon le reportage de la télévision nationale kazakhe Khabar 24. Cela est dû au fait, comme le rappelle le reportage, que les températures dans la région sont plus hautes que la normale cette année. Cela risque de se reproduire de plus en plus souvent.

Le réchauffement climatique continue d’être de plus en plus visible au Kazakhstan, comme dans le reste de la région, l’hiver comme l’été. L’année passée, l’été a battu des records de chaleur avec des températures dépassant largement les 40°C pendant plus de dix jours à certains endroits. Avec des conséquences importantes, comme des feux de forêts dans le nord du pays ainsi qu’une augmentation des cas d’attaques cérébrales ou de crises cardiaques, plus fréquentes à cause de la chaleur inhabituelle.

Les autorités kazakhes ne montrent que peu d’intérêt

Malgré l’ensemble de ces faits, pourtant visibles par la population, la lutte contre le réchauffement climatique est loin d’être une priorité pour les autorités kazakhes ainsi que pour  les autres pays d’Asie centrale. Bien que les autorités kazakhes aient annoncées consacrer en 2020 et 2021 quelque 240 milliards de tengués (environ 590 millions d’euros) aux changements climatiques, ces fonds sont une collection de programmes distribués dans différents ministères et administrations, et sont loin d’être la priorité du pays.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Ce pays, dont l’économie est basée principalement sur l’extraction pétrolière et minière et qui possède notamment la plus grande mine de charbon à ciel ouvert du monde à Ekibastuz, n’a pas vraiment intérêt à mettre en avant ce thème.

La rédaction

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Les scorpions sortent de leur hibernation en plein hiver kazakh à cause des températures record pour un hiver (illustration).
Pixabay
Partager avec
Commentaires
  • Encore la technique foireuse du cherry picking, qui ne signifie rien, sauf la mauvaise foi de ses auteurs. Ce qui a du sens, ce sont les mesures satellitaires UAH, qui montrent que, depuis près de 20 ans , il n’y a quasiment plus de réchauffement global, la tendance n’étant plus que de +0,1°C/décennie, ce qui n’a rien d’alarmant.

    27 février 2020
    • Vous devriez élargir vos sources et faire un tour du côté des rapports du GIEC qui dressent un bilan beaucoup plus préoccupant de ce réchauffement climatique qui est bien prouvé et présent.

      5 avril 2020

Ecrire un commentaire

Captcha *