Fleuve Ili Kazakhstan Chine tension eau

Tensions sur l’utilisation de l’eau des fleuves transfrontaliers entre Chine et Kazakhstan

Lors d’une audition parlementaire, les députés kazakhs ont alerté sur les menaces qui pèsent sur le Kazakhstan du fait de prélèvements d’eau toujours plus importants de la Chine dans les fleuves Ili et Irtych.

Le député kazakh Kairat Kojamjarov a alerté sur la réduction du débit des fleuves Ili et Irtych du fait des prélèvement d’eau de la Chine, parlant même de « menace pour le pays », a rapporté le média kazakh, Vlast.kz. Ce discours s’est tenu lors d’une audition parlementaire le 27 novembre au Sénat kazakh. Un projet d’accord sur l’utilisation de ces eaux entre la Chine et le Kazakhstan est en cours de négociation, mais le député pointe également la nécessité d’avancer rapidement afin que l’industrie et l’agriculture kazakhe ne soit pas durement impactée par le manque d’eau.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

« Les problèmes avec la Chine sont associés à une réduction significative du ruissellement des rivières Ili et Irtych en raison de la croissance démographique active et du développement économique de la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Elle menace également le niveau d’eau du lac Balkhach et les grandes installations industrielles de l’Irtych, qui constituent la base de l’industrie de notre pays. Par conséquent, il est important d’achever les négociations sur le bassin hydrographique avec la Chine et de résoudre les différends sur certains articles du projet d’accord », a déclaré le député kazakh Kairat Kojamjarov.

Selon lui, la solution des problèmes controversés est en train d’être retardée, notamment en raison du changement fréquent des spécialistes kazakhs au sein de la commission, qui ne connaissent tout simplement pas l’historique de la question. « Il est nécessaire de donner à la commission du Kazakhstan un statut spécial, de coordonner chacun de ses membres à un niveau politique élevé », a affirmé le député. Démontrant ainsi que la question est encore peu prise en main au Kazakhstan, alors que les problèmes concrets commencent à se concrétiser.

Des problèmes de pollution et de réduction du débit avec la Russie

Au-delà du problème spécifique entre la Chine et le Kazakhstan sur l’Ili et l’Irtych, 44 % du débit de tous les fleuves kazakhs sont partagés avec ses voisins dont la Chine, la Russie, le Kirghizstan ou l’Ouzbékistan. Les accords bilatéraux sur les eaux transfrontalières signés il y a 10 à 20 ans sont en vigueur avec tous ces États mais nécessitent une mise à jour et une concrétisation dans des zones clé selon Kairat Kojamjarov. La Chine est le sujet le plus urgent selon lui, mais il n’est pas le seul.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

En ce qui concerne l’avancement des discussions autour des fleuves transfrontaliers avec la Russie, le député kazakh a rappelé qu’en 2016, un accord intergouvernemental avait été signé pour préserver l’écosystème du fleuve Oural. Un programme commun est en cours d’adoption pour l’améliorer, pour prévenir l’épuisement et la pollution des voies navigables. Cependant des problèmes importants demeurent autour du fleuve, un des plus importants en termes de débit d’eau au Kazakhstan, entre pollution et réduction de son débit.

Des problèmes autour de l’irrigation avec le Kirghizstan et l’Ouzbékistan

Selon le député kazakh il existe également des désaccords sur des projets de traités avec l’Ouzbékistan et le Kirghizstan, qui concernent principalement « les problèmes du secteur agricole pendant la saison d’irrigation« . C’est notamment ce problème en particulier qui continue de prolonger le désastre de la disparition de la mer d’Aral.

Lire aussi sur Novastan : Non, il n’y a pas de « renaissance » de la mer d’Aral

« Ici, nous devrions également nous tourner vers l’expérience européenne, selon laquelle le principe fondamental est d’éviter que les États voisins ne subissent des dommages liés à l’utilisation conjointe de l’eau. » Citant l’exemple du partage des eaux du Danube, le député a appelé ses collègues à étudier la question plus en avant afin d’éviter l’approfondissement des problèmes lié au manque d’eau.

La rédaction

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Le fleuve Ili au Kazakhstan qui est frontalier avec la Chine et qui fait l’objet de ponction importante menaçant le lac Balkach au Kazakhstan et l’industrie qui s’y trouve.
Edmon2004 (Wikimedia)
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *