Kazakhstan Kachagan Pétrole Total

Total dément vouloir vendre ses parts dans Kachagan

Le 24 mai dernier, Reuters annonçait que Total cherchait à vendre un tiers de ses parts dans le projet Kachagan. Contactés, ni Total, ni le ministère de l’Energie du Kazakhstan n’avait apporté des précisions, préférant ne pas commenter. Ces derniers jours, les deux acteurs ont décidé de clarifier la situation : les parts de Total dans Kachagan ne sont pas à vendre.

Qu’allait faire Total de ses parts dans le plus important champ pétrolifère mondial ? Cette question revenait en boucle depuis une semaine et l’annonce par l’agence Reuters de la volonté de Total de vendre un tiers de ses parts dans le projet kazakh. Ces deux derniers jours, le ministère de l’Energie kazakh et Total ont souhaité faire taire les rumeurs : Total n’est pas vendeur.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Ainsi, le PDG de Total Patrick Pouyanné a déclaré le 29 mai dernier à des journalistes, lors de l’assemblée générale du groupe pétrolier français, que la participation de Total dans le champ de Kachagan n’était pas à vendre. Cette sortie vient confirmer ce que le ministère de l’énergie Kazakhstan qui affirmait que Total France ne négocie pas la cession de sa participation dans le consortium exploitant le champ de Kachagan, rapportait l’agence Interfax.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Kanat Bozoumbaïev, ministre kazakh de l’Energie, a ajouté que « la première fois que j’en ai entendu parler, je l’ai appris par la presse. Il y a une semaine, le président pour l’exploration et la production de Total, Arnaud Breuillac, était au Kazakhstan, il a été reçu par le Premier ministre. Il n’y a pas eu de négociations sur la vente d’une action. » En effet, selon les lois kazakhes, les entreprises vendant leurs parts dans de tels projets ne peuvent les vendre à des tiers que si le gouvernement choisit de ne pas les acheter, les négociations doivent donc se faire d’abord avec le gouvernement kazakh.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Total aurait voulu vendre un tiers de ses parts. Une information démentie (Image d’illustration).
Michiel1972 via Wikimedia Commons
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *