Mannequin Alla Ilitchoun Christian Dior Kazakhstan France

Un film sur la vie d’Alla Ilitchoun, icône de la mode, projeté à Paris, Nur-Sultan et Almaty

L’équipe de l’association des Kazakhstanais en France a permis la projection d’un film sur la vie d’Alla Ilitchoun, premier modèle aux traits asiatiques à monter sur les podiums européens dans les années 1950.

Un nouveau documentaire sur Alla Ilitchoun a été réalisé et projeté le 18 février dernier lors de séances privées à Paris, Nur-Sultan et Almaty. Ces projections ont été rendues possibles par l’association des Kazakhstanais en France (AKF) et de son président, Berlin Irichev. Selon le média kazakh Caravan, Berlin Irichev avait déjà publié une biographie intitulée « Qui êtes vous, la muse de Dior, Alla Ilitchoun ? ».

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre actif par ici.

La réalisation du film « Alla – perle orientale de Dior » a requis un travail d’historien. Le version russe de RFI rapporte que c’est en tombant par hasard sur un portrait de la mannequin, Berlin Irichev a été frappé par ses traits kazakhs. Il a alors débuté ses recherches jusqu’à retrouver la tombe d’Alla Ilitchoun. Son équipe est par la suite entrée en contact avec Marc de Dulmen, l’unique fils du comte polonais Mike de Dulmen et d’Alla Ilitchoun. Le tableau a depuis été racheté et exposé au musée Kasteïev à Almaty.

De Harbin à Paris : l’ascension d’une icône de la mode

Enregistrée comme citoyenne chinoise à son arrivée selon le média kazakh Vlast, le parcours d’Alla Ilitchoun a été semé d’embûches. Son père, fils d’un propriétaire terrien kazakh et ingénieur pour la compagnie ferroviaire chinoise d’Harbin, aurait été fusillé ou envoyé au goulag peu après la fuite de sa femme et de sa fille en France au milieu des années 1930. Le média kazakh Tengrinews écrit qu’elle aurait été employée de restaurant puis engagée dans la résistance française pendant la guerre tandis que sa mère, aristocrate russe, aurait chanté dans des cabarets.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

En 1947, Alla Ilitchoun passe un casting pour la maison Dior et retient immédiatement l’attention du couturier. Elle devient le premier modèle aux traits asiatiques à monter sur les podiums européens et popularise le maquillage « œil de chat ». Inspirant également Yves Saint-Laurent, elle était connue pour son franc-parler, ses frasques amoureuses et sa grande intelligence. On dit qu’elle parlait couramment 6 langues et n’hésitait pas à donner un avis sur les vêtements créés pour elle. Alla Ilitchoun est morte en 1989 d’une crise cardiaque à 63 ans sous le nom d’Alla Mukhin.

Agathe Guy
Rédactrice pour Novastan

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Originaire du Kazakhstan, Alla Ilitchoun a été une icone de la mode à Paris.
Collage Alla Ilitchoun et Christian Dior
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *