Nur-Sultan Capitale Projet Panthéon Élites Pays

Un Panthéon national pour les élites du Kazakhstan

Le 21 avril dernier, le gouvernement kazakh a approuvé le projet final de construction d’un Panthéon national pour les élites du pays. Initiative controversée depuis ses débuts, la construction d’un tel édifice risque de coûter cher au Kazakhstan, touché de plein fouet par la crise du Covid-19.

Le 21 avril dernier, le Premier ministre kazakh Askar Mamine a approuvé les dispositions finales relatives à la construction d’un Panthéon national pour l’État le plus vaste d’Asie centrale. L’édifice sera situé à Nur-Sultan, la capitale du pays. Le document approuvé par le chef du gouvernement apporte des précisions sur la liste des personnes concernées par une inhumation dans le futur Panthéon et a été publié sur le site officiel du Premier ministre du Kazakhstan.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Les enterrements au sein du Panthéon concerneront dix catégories de citoyens. Le droit à une tombe luxueuse sera réservé aux présidents ainsi qu’à leurs familles. Mais, au-delà, de nombreuses personnalités de l’élite kazakhe pourront bénéficier d’une inhumation au sein de ce nouvel édifice : les Premiers ministres et les vice-Premiers ministres, les présidents du Parlement, de la Banque nationale, de l’administration présidentielle et de la Cour suprême, les ministres ou encore les maires des villes d’importance nationale (en l’état, Almaty et Nur-Sultan). Les citoyens décorés ou désignés par un décret spécial du président kazakh ainsi que leurs conjoints seront également concernés.

Un projet qui soulève de nombreuses questions

Bien que la disposition ait été approuvée, le document ne donne toujours pas une compréhension claire de la procédure d’inhumation. Par exemple, aucune indication n’est apportée sur ce qu’il adviendra des conjoints des personnes concernées si elles devaient mourir en premier. Le document mentionne simplement la possibilité d’inhumer les « conjoints des personnes à enterrer dans le Panthéon, décédés plus tard ». Reste également à savoir si seuls les fonctionnaires actuels y seront enterrés ou si les anciens fonctionnaires bénéficieront aussi de ce droit.

La controverse autour du projet de Panthéon au Kazakhstan est en cours depuis 2014. À l’époque, l’Union des Musulmans du Kazakhstan avait enjoint les autorités de la capitale à renoncer au projet, selon une information du média Central Asian Monitor. La plupart des questions sont relatives au coût du projet, qui a changé plusieurs fois depuis six ans. Initialement, la construction d’un « cimetière pour les élus » avait été envisagée avec un budget de 2,3 milliards de tengués (plus de 5 millions d’euros), selon le média kazakh Informburo.kz. Après de nombreuses discussions lancées sur les réseaux sociaux, les autorités ont décidé de réduire l’estimation de ce budget.

Lire aussi sur Novastan : « Au Kazakhstan, les dirigeants pensent contrôler le présent, mais ils ont perdu l’avenir »

Pour alléger le coût, il a fallu renoncer à certaines infrastructures telles que le chauffage de sol. En conséquence, lors de l’achèvement de la première phase de construction en 2019, environ 488 millions de tengués (un peu plus d’un million d’euros) avaient été dépensés pour le Panthéon, pour un coût total estimé à 958 millions de tengués (2 millions d’euros), comme le rapporte Informburo.kz.

Six années de gestation

Le gouvernement kazakh a exprimé pour la première fois l’idée de construire un Panthéon national en 2013, comme l’a rapporté le site de Kostanaï News. L’initiative a été activement soutenue par le ministre de la Culture de l’époque, Arystanbek Moukhamediouly. Selon des propos du ministre rapportés par le média kazakh Tengrinews, « le Panthéon national devrait devenir le lieu de sépulture des héros nationaux qui ont grandement contribué à la formation de l’État et au développement du pays. »

Lire aussi sur Novastan : D’Astana à Nur-Sultan : « on entre dans un degré supérieur de sacralisation de Nazarbaïev »

Suite à cela, l’administration municipale d’Astana (l’ancien nom de Nur-Sultan) a annoncé un concours d’architecture afin de choisir le meilleur projet de Panthéon national. Le concours a duré un an, mais la finale a été reportée à plusieurs reprises. Trois sociétés étrangères et quatre sociétés kazakhes ont été invitées à participer au concours, selon le récit de Tengrinews. C’est finalement l’académie de design KAZGOR, originaire d’Almaty, qui l’a remporté.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

La construction a commencé en 2015 et se poursuit depuis. Le projet de Panthéon est situé à 17 kilomètres de la capitale kazakhe et a été érigé autour du mausolée du héros national Kabanbay batyr. Plusieurs personnes ont déjà été enterrées sur ce territoire entre 2013 et 2015, avant même que les autorités n’aient annoncé la création du Panthéon. Ce fait, ajouté à la question lancinante du coût d’un tel projet, a également suscité des controverses sur les réseaux sociaux et fait l’objet de moqueries de la part de plusieurs internautes, comme l’a rapporté le site Today.kz.

À l’heure actuelle, un cinquième de l’ensemble du complexe a été construit. Alors que le Kazakhstan fait face à d’importantes difficultés économiques du fait de la crise du Covid-19, les coûts engendrés par le projet de Panthéon national risquent de susciter des levées de bouclier de la part de la société civile kazakhe.

Katerina Miloslavskaya
Rédactrice pour Novastan à Almaty

Édité par Jérémy Lonjon
Correspondant de Novastan à Almaty

Relu par Aline Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Nur-Sultan, la capitale du Kazakhstan, accueillera le futur projet de Panthéon national pour les élites du pays.
niki7mcrae
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *