Asie centrale produits typiques

20 produits typiquement centrasiatiques

« Open Asia Online » a fait un classement des produits typiques qui font la fierté de chaque pays d’Asie centrale, Turkménistan excepté. Un classement subjectif, potentiellement contesté mais comprenant des produits authentiques.

Novastan reprend et traduit ici un article publié initialement sur Open Asia Online.

  • Kirghizstan

1. Les haricots « fassol »

L’une des découvertes les plus précieuses que le Kirghizstan ait fait avant le reste du monde est le haricot de Talas. Sa popularité a commencé à exploser après l’indépendance du Kirghizstan, en 1991. Dès lors, ces haricots sont devenus un véritable symbole kirghiz. Ils sont très demandés en Turquie, en Bulgarie, en Serbie, en Géorgie, en Macédoine, en Irak, en Angola et au Monténégro. Le « Talas d’or » est idéal pour les amateurs de pizzas et de pâtes. Récemment, l’Italie a d’ailleurs commencé à importer des quantités importantes de haricots kirghiz que l’on peut désormais trouver dans les supermarchés italiens.

Lire aussi sur Novastan : Que mange-t-on au Kirghizstan ?

2. La truite

La truite a longtemps été la marque de fabrique du Kirghizstan. Ce type de truite se trouve dans les rivières de montagne mais elle est généralement élevée dans des fermes piscicoles spéciales qui constituent le plus grand réservoir d’Asie centrale. Il y a quatre ans, l’homme d’affaires kirghiz Mirlan Myrzakanov et le kazakh Ruslan Imanov se sont associés pour ouvrir leur propre pisciculture. Ils ont commencé l’élevage de truites norvégiennes dans le réservoir Kurpsai de la centrale hydroélectrique de Toktogul, sur le plus grand fleuve d’Asie centrale : le fleuve Naryn. Ce fleuve prend sa source dans les glaciers des montagnes du Tien Shan, à plus de 3000 mètres d’altitude.

Désormais, les poissons sont envoyés directement depuis ce réservoir situé à Toktogul jusqu’aux magasins de Bichkek et d’Almaty, mais également à la célèbre épicerie fine française Petrossian. La dynastie Petrossian a ouvert son premier magasin de spécialités de poisson et de caviar à Paris en 1920. Aujourd’hui, il en est le plus grand fournisseur en Europe et aux États-Unis.

3. La marque Yummy

L’histoire de la marque de vêtements pour femmes Yummy a commencé il y a dix ans, quand Elgiza Bekenova a ouvert son premier magasin à Bichkek. Peu après, cette marque a fait son apparition au Kazakhstan. Sept ans plus tard, Elgiza Bekenova parvient à imposer sa marque sur le marché international en ouvrant son premier magasin à Cape Town, en Afrique du Sud.

Lire aussi sur Novastan : La mode, l’avenir économique du Kirghizstan ?

Ainsi, la rue la plus prisée de la capitale sud-africaine, Long Street, a accueilli les tenues les plus sophistiquées et tendances du Kirghizistan. La marque est très populaire en raison de son minimalisme et de son originalité.

4. Les modèles d’assemblage de yourte

Si vous avez déjà dû ramener un cadeau du Kirghizstan, alors vous connaissez ce sentiment : il faut quelque chose qui soit à la fois beau, original mais qui représente également la culture nationale. Le modèle « LEGO Yourte » est un bon exemple : il permet de construire un modèle d’authentique yourte.

Lire aussi sur Novastan : La yourte, fierté des nomades

Ainsi, grâce à l’idée originale de son créateur Nourlan Asakeev, on peut se souvenir de ce qu’est une yourte tout en apprenant beaucoup sur ce symbole de la culture nomade du peuple kirghize. Actuellement, ce genre de souvenirs peut être acheté non seulement à Bichkek et à Almaty, mais également à Astana, Moscou, Saint-Pétersbourg, au Canada et à Londres.

5. Jarylma


Dans la vie de tous les jours, on est sans cesse sous le coup de l’anxiété et du stress. Pour y mettre un terme, il existe deux antidépresseurs naturels et prouvés sans effet secondaire : un pot de crème glacée et du papier bulle à éclater ! L’idée de commercialiser du papier bulle à des fins relaxantes a été trouvée par Amantour Alymbekov, il y a deux ans. Ainsi est né son projet « Jarylma (Zharylma)» : la vente d’un assortiment de relaxation, constitué de plusieurs bandes de papier bulle enroulées autour d’un ruban.

En plus de ce rouleau de papier bulle, Amantour Alymbekov propose un texte d’accompagnement qu’il convient de lire. Ce texte permet à quiconque le lira d’être immédiatement transporté au bord de l’Issyk-Koul. En fermant les yeux, on peut alors imaginer les sensations éprouvées : le sable fin, la beauté de l’eau dont le reflet scintille grâce à un soleil flamboyant, la vue sur les montagnes, les nuages à portée de vue, la brise légère…

  • Kazakhstan

6. Le chocolat Rakhat

Le chocolat noir de l’usine Rakhat, qui se nomme simplement « Kazakhstan » est communément appelé « chocolat kazakh ». Il mérite peut-être même le premier prix du label « Fabriqué au Kazakhstan ».  Il y a plusieurs raisons à cela. L’usine elle-même est l’une des plus anciennes du pays. Les premières confiseries ont été produites en 1942, dans les anciens locaux d’une distillerie et grâce aux équipements évacués pendant la guerre. Finalement, après la chute de l’URSS, cette usine a continué à fonctionner. Son activité est rendue évidente par les odeurs qu’elle diffuse : des arômes vertigineux de cacao, de caramel et de mélasse qui se propagent sur un rayon de trois kilomètres autour de cette usine du centre historique d’Almaty.

Lire aussi sur Novastan : À Bichkek, une certaine idée de la pâtisserie

Les Kazakhs sont très friands des bonbons de cette marque. Pour cette raison, ils sont souvent offerts comme cadeaux du Nouvel An et sont accueillis par les acclamations des enfants comme des étrangers (qui les apprécient tout autant que les plus jeunes !). On peut également trouver des magasins de cette marque dans cette ville russe et les produits rencontrent un certain succès, même si ce marché s’appuie plutôt sur des consommateurs réguliers.

Les marchandises sont également exportées vers l’Ouzbékistan et le Kirghizstan. Pour finir, ce chocolat est un symbole du pays et le souvenir le plus populaire. Quand on pose la question suivante à des Kazakhs : « Que doit-on apporter comme souvenir emblématique lorsqu’on se rend à l’étranger ? » La réponse qui arrive toujours en premier est la suivante : une tablette de chocolat Rakhat. Par ailleurs, ce chocolat est systématiquement acheté comme souvenir par les touristes. De plus, l’emballage reprend le flamboyant drapeau national du Kazakhstan.

7. Le lait sans conservateur


À l’époque soviétique, plus que les nombreuses polycliniques qui peuplaient la république, on trouvait énormément d’usines laitières au Kazakhstan. Après l’effondrement de l’URSS, celles-ci ont fermé une à une et la recherche de lait pour les bébés est devenue un véritable problème. Il y a huit ans, l’Académie de la Nutrition Kazakhe a donc ouvert l’usine Amiran. Cette dernière élabore des produits à partir de lait entier naturel (non reconstitué et donc sans conservateurs).

Lire aussi sur Novastan : Le lait de jument, « or blanc » de la steppe kazakhe

Dans un premier temps, le lait, le yaourt, la smetana, le tvorog, et le kéfir Amiran ne pouvaient être achetés que dans le magasin de l’Académie et dans quelques autres points de vente. Mais aujourd’hui, les citoyens d’Almaty peuvent en acheter dans les supermarchés, les pharmacies et d’autres magasins de la ville. De toute évidence, les stocks s’écoulent très vite et les produits ne peuvent pas être conservés très longtemps du fait de l’absence de conservateurs. Si les produits Amiran sont utilisés pour l’alimentation des nourrissons, ils sont tellement délicieux que des adolescents aux grands-parents en passant par les parents, personne ne peut arrêter d’en manger.

8. La crème glacée traditionnelle obtenue grâce aux recettes soviétiques


Asen Jaksylykov est l’homme qui a relancé l’ancienne marque Gormolzavod, dans la ville de Kökşetaw (qui se trouve au centre du Kazakhstan, à environ 300 km d’Astana) et qui produit désormais le véritable plombir, une glace typiquement soviétique.

Pourquoi est-il nécessaire de préciser « véritable » quand on parle de plombir ? Si vous parlez avec quelqu’un de plus âgé du vaste sujet des crèmes glacées, la conversation tournera indubitablement en évocation nostalgique du plombir soviétique, d’une qualité telle qu’on s’en souvient encore et qu’on regrette qu’il ne soit plus produit. Mais, il semblerait que le plombir soit de nouveau fabriqué et avec un goût identique ! Le produit fini est emballé dans des emballages de 450 grammes. En 2016, l’usine a produit uniquement des glaces à la crème et au chocolat. Mais le prochain projet de production comporte des crèmes glacées aux fruits. Pour ce faire, ils ont déjà acheté les équipements italiens adéquats. En outre, Gormolzavod a prévu d’ouvrir un salon de crème glacée à Kökşetaw. La crème glacée du Kazakhstan est très populaire dans d’autres pays, comme par exemple, au Kirghizstan voisin.

9. Les voitures


Le Kazakhstan attache une grande importance au développement de son industrie automobile. Toutes les pièces nécessaires à la construction automobile ne sont pas produites sur le territoire national, mais elles sont toutes assemblées au Kazakhstan et la gamme de modèles est en expansion. La plus populaire des marques de « Kazakh jasal » est bien sûr la LADA. L’année dernière, le modèle « Local Lad » s’est vendu à plus de 8.280 exemplaires.

Lire aussi sur Novastan : Renault débarque officiellement au Kirghizstan

Quand on évoque cette marque, l’éternel débat surgit : peut-on en être fier ? Et des dizaines d’anecdotes (plus ou moins fantaisistes) alimentent la culture populaire existant autour des Ladas. En deuxième position des marques produites, on trouve Hyundai (qui a vendu 1.812 unités) et Kia (qui en a vendu 1.729). Pour finir, le Kazakhstan exporte même en Russie et en Biélorussie.

10. La marque de vêtements Zibroo


Lorsque les athlètes se produisent aux Jeux olympiques ou à l’occasion d’autres compétitions, ils représentent alors l’ensemble du pays. Des millions de téléspectateurs à travers le monde regardent non seulement leurs performances mais également leurs tenues. L’équipe nationale du Kazakhstan porte fièrement une tenue produite sur le territoire national. La seule marque sportive du pays, Zibroo, est apparue il y a 20 ans. À cette époque, il s’agissait seulement d’un petit magasin pour les robes de couture. Aujourd’hui, dans les trois ateliers de confection de l’entreprise (qui représentent 70 employés chacun) environ 300 combinaisons de sport sont produites chaque jour.

Lire aussi sur Novastan : Pyeongchang 2018 : le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Kirghizstan représenteront l’Asie centrale

La première grande victoire de la marque a été le statut de fournisseur officiel de vêtements pour les VIIèmes Jeux asiatiques d’hiver à Astana et Almaty. Pour y parvenir, la fondatrice de la marque Elena Svechnikova a dû se battre contre des géants mondiaux de l’industrie textile du sport comme Umbro, Nike et la compagnie russe Bosco Sport. Puis deux autres triomphes olympiques ont suivi : l’équipe nationale a joué aux Jeux d’hiver 2014 à Sotchi et l’été 2016 à Rio de Janeiro dans des tenues entièrement conçues par Zibroo. Ces tenues sont le fruit d’une production 100% kazakhe. Il est intéressant de souligner qu’avant le véritable envol de la marque, les vêtements étaient dessinés par des designers locaux mais fabriqués en Chine et en Turquie. Maintenant, ce n’est plus le cas.

  • Tadjikistan

Lorsque les Tadjiks partent à l’étranger, ils n’ont pas énormément d’options quant aux souvenirs à emporter avec eux pour se faire ambassadeurs de leur pays. Le plus souvent, les habitants du Tadjikistan emportent avec fierté des fruits, des agrumes et de l’alcool. Mais dans ce classement, il n’y aura pas d’alcool.

11. Les citrons


Si vous avez au moins un bon ami du Tadjikistan, alors vous avez sans doute déjà goûté au citron tadjik, car un Tadjik quitte rarement sa république sans emporter des citrons. Au Tadjikistan, on en cultive une variété spéciale : le citron Meyer. Cet agrume, hybride de citron et d’orange a été nommé d’après l’explorateur américain Franz Meyer, qui l’a ramené de Chine en 1908. C’est un agrume exceptionnellement savoureux et parfumé, cultivé dans plusieurs régions du sud du Tadjikistan et dont les Tadjik sont très fiers.

Lire aussi sur Novastan : Où est passé le vin tadjik ?

12. Les abricots secs enrobés de chocolat


Dans le nord du Tadjikistan, il y a depuis quelques années une nouvelle spécialité nationale : les abricots. Plus précisément, la culture et la production de divers produits à partir d’abricots, notamment la fabrication d’abricots secs. Grâce à ces abricots secs, le Tadjikistan figure parmi les trois premiers fournisseurs de ce produit sur l’immense marché russe. Ainsi, en plus des citrons, il est devenu habituel d’offrir à ses amis étrangers ces délicieux abricots secs qui sont parfois enrobés de chocolat.

Dans la légendaire usine Shirin de Douchanbé, on produit des chocolats artisanaux et on y fabrique une spécialité : les abricots aux noix enrobés de chocolat, qui sont emballés dans une jolie boîte. Cette usine était le fleuron de l’industrie alimentaire au Tadjikistan pendant l’URSS : sa capacité de production était de 30.000 tonnes de bonbons par an et le catalogue comportait plus de 100 produits différents ! Puis avec l’effondrement de l’URSS et la guerre civile qui s’en est suivie, l’usine Shirin a beaucoup souffert mais a survécu. Aujourd’hui, son activité continue et constitue une fierté pour les Tadjiks.

13. L’eau minérale


Un autre motif de fierté au Tadjikistan est l’eau. Son goût est vraiment savoureux et ce n’est pas une simple fierté sentimentale, cela a été reconnu de manière officielle : l’eau du Tadjikistan a en effet de grandes qualités organiques et une faible teneur en sel, d’où son goût excellent.

Lire aussi sur Novastan : Cinq conflits autour de l’eau en Asie centrale

Par exemple, l’eau minérale et de table Obi Zulol, qui est produite dans le nord du pays, était bue par les soldats de l’OTAN en intervention en Afghanistan. Et quand une eau entre dans le régime officiel des soldats occidentaux ce n’est pas à prendre à la légère : les produits Obi Zulol ont en effet subi une batterie de tests pour pouvoir être acceptés et approuvés par l’OTAN.

14. La marque iamdifferent


En dehors de la nourriture, de nombreux autres produits du Tadjikistan sont des fiertés nationales, à commencer par la marque de vêtements iamdifferent. Cette marque est sur le marché depuis plus de dix ans, la qualité des vêtements est la même que celle des produits importés et l’efficacité en termes de production n’a pas d’équivalent.

Lire aussi sur Novastan : Les derniers visages nomades

Les concepteurs de cette marque ont réussi une savante combinaison des goûts nationaux et des tendances actuelles. Les Tadjiks la portent donc avec plaisir tout comme les étrangers.

15. Les chaussettes en laine


Au Tadjikistan, elles sont appelées « jurabs ». Ce sont des chaussettes hautes (elles montent presque jusqu’au genou), extraordinairement colorées et très chaudes. Ces chaussettes sont tricotées dans le Pamir à partir de la laine d’agneau ou de chèvre. Les artisans tadjiks disent qu’il est pratiquement impossible d’en trouver deux paires identiques. Les tisserands utilisent des symboles aryens anciens ainsi que des motifs végétaux et animaliers. Le ministère de la Culture du Tadjikistan a préparé un dossier pour faire classer les jurabs au patrimoine culturel immatériel du pays, mais il n’a pas encore présenté de demande officielle à l’UNESCO.

  • Ouzbékistan

16. Les melons


En Ouzbékistan, l’une des plus célèbre spécialité est le melon Jannat taom (littéralement « délicatesse céleste »). Un dicton existe même au sujet de ce melon : « Il rend les joues roses, les dents fortes, les cheveux soyeux et redonne jeunesse aux yeux ! » Le philosophe et médecin originaire d’Asie centrale, Avicenne, a noté les propriétés bénéfiques de ces fruits.

Lire aussi sur Novastan : Comment vivent les Tadjiks d’Ouzbékistan ?

Depuis des temps immémoriaux jusqu’à aujourd’hui, les agriculteurs ouzbeks cultivent 160 variétés différentes de melons. Par exemple, ils cultivent le fameux melon Mirzachul qui peut mesurer jusqu’à un demi-mètre et peser 15 kg. Chaque année, en Ouzbékistan un jour férié y est consacré : le « Kovun sayli » (qui signifie littéralement « Fête du melon »). Cette fête honore les agriculteurs et la dernière récolte des melons arrivés à maturation. Les melons ouzbeks se dégustent en Russie, dans l’Union européenne et également aux États-Unis.

17. Les voitures


La première usine de production de voitures en Ouzbékistan a ouvert il y a 22 ans : elle s’appelait Uz-Daewoo Auto Co. Le pays le plus peuplé d’Asie centrale avait besoin de voitures bon marché et les produits de l’usine automobile étaient alors très demandés. La voiture ouzbèke est connue de la majorité des habitants des pays de la Communauté des Etats indépendants (CEI) grâce aux marques de mini-fourgonnettes Nexia, Tico et Damas.

Lire aussi sur Novastan : PSA s’implante en Ouzbékistan

À ce jour, plus de 500.000 véhicules ont été produits et assemblés dans le pays. Nexia et Damas ont donné des emplois à des centaines de milliers de familles ouzbèkes en tant que taxis et chauffeurs de minibus, et pour cette raison, ces entreprises sont des fiertés nationales. A l’heure où Open Asia écrivait cet article, l’usine produit une nouvelle génération de Nexia-3, et pour l’acheter, les gens se sont inscrits sur une longue liste d’attente.

 

18. Le fabricant d’électroménager Artel


En Ouzbékistan, il n’y a pratiquement pas de familles où personne n’a travaillé au sein du groupe Artel. L’entreprise existe depuis sept ans et comprend environ 20 co-entreprises avec le Sud-coréen Samsung, le groupe italien Gloria et le Chinois Midea. La marque est devenue populaire auprès des jeunes en raison des téléphones mobiles relativement bon marché.

D’ici à 2020, la société prévoit la production d’environ un million de téléphones portables et de 600.000 téléviseurs et réfrigérateurs. Les produits Artel s’exportent principalement vers le Kazakhstan, le Turkménistan, la Russie, l’Ukraine et le Kirghizstan.

19. La céramique de Richtan


La poterie typique de l’Ouzbékistan est la céramique Richtan. Elle est produite par les artisans d’une petite ville dans le sud de la vallée de Ferghana, entre Ferghana et Kokand, près de la frontière séparant l’Ouzbékistan et le Kirghizstan. Richtan est aujourd’hui une ville d’artisans et également le centre mondialement reconnu de la céramique émaillée et des poteries.

Lire aussi sur Novastan : Quelle place en Kirghizie pour la poterie ?

Dans sa fabrication et son design, la céramique de Richtan a ses propres caractéristiques singulières. Ces céramiques sont en effet ornées d’un motif spécial, une harmonie des couleurs et bien sûr, un émail unique appelé « ishkor ». C’est pour cette raison que les céramiques sont souvent appelées « ishkorova ». Pour distinguer les authentiques céramiques de Richtan des contrefaçons, il suffit d’observer attentivement les motifs végétaux et les tons bleu turquoise.

20. Le Khan-atlas


« Khan-atlas » est une expression ouzbèke utilisée pour décrire de la soie somptueuse, tissée d’une façon particulière et possédant des couleurs uniques. Ce tissu est devenu depuis longtemps une carte de visite de l’Ouzbékistan avec sa légende. Au maître qui avait créé le Khan-atlas, on demanda : « Comment avez-vous fait ? » Ce à quoi il répondit : « J’ai pris le feuillage vert, j’ai ajouté des pétales de tulipe, le vermillon de l’aurore, le bleu du ciel nocturne et l’éclat des yeux de ma fille bien-aimée…»

Le processus de fabrication est très complexe et demande un temps considérable. Si l’on décide de le faire selon la tradition entièrement manuelle, il faudra alors suivre quarante étapes. Malgré son épaisseur, le Khan-atlas garde le frais en période de grande chaleur. C’est également une des raisons expliquant sa popularité en Ouzbékistan, connu pour ses étés étouffants. Une pièce du tissu Khan-atlas est un élément incontournable de la dot de n’importe quelle jeune fille ouzbèke sur le point de se marier. De nos jours, le noble matériau est réclamé partout dans le monde et par tous les créateurs de mode. Chaque année, en Ouzbékistan, le festival du Khan-atlas prend place : durant cet événement, des dizaines de jeunes designers à la pointe de la mode présentent une collection de vêtements réalisés à partir de ce tissu national.

Ivan Yanouchkevitch
Journaliste pour Open Asia Online

Traduit du russe par Clara Durand

Edité par Daisy Lorenzi

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

20 produits typiques venus d’Asie centrale.
Open Asia Online
Le « Talas d’or » est idéal pour les amateurs de pizzas et de pâtes.
Open Asia Online
Les truites sont envoyées directement depuis le réservoir de Toktogul jusqu’aux magasins de Bichkek et d’Almaty.
Open Asia Online
Yummy est très populaire en raison de son minimalisme et de son originalité.
Open Asia Online
Le « LEGO Yourte » permet de construire un modèle d’authentique yourte.
Open Asia Online
L’assortiment de relaxation « Zharylma » est constitué de plusieurs bandes de papier bulle enroulées autour d’un ruban et d’un texte.
Open Asia Online
À l’époque soviétique on trouvait énormément d’usines laitières au Kazakhstan.
Open Asia Online
Si vous parlez crèmes glacées avec une personne âgée, la conversation tournera indubitablement en évocation nostalgique du plombir soviétique.
Open Asia Online
La plus populaire des marques de « Kazakh zhasal » est la Lada.
Open Asia Online
L’équipe du Kazakhstan a joué aux Jeux d’hiver de 2014 et d’été 2016 dans des tenues conçues par Zibroo.
Open Asia Online
Cet agrume est un hybride de citron et d’orange.
Open Asia Online
Dans la légendaire usine Shirin de Douchanbé on y fabrique une spécialité : les abricots aux noix enrobés de chocolat.
Open Asia Online
L’eau Obi Zulol était bue par les soldats de l’OTAN en intervention en Afghanistan.
Open Asia Online
Les concepteurs de cette marque ont réussi une savante combinaison des goûts nationaux et des tendances actuelles.
Open Asia Online
Les artisans tadjiks disent qu’il est impossible de trouver deux paires identiques.
Open Asia Online
Les agriculteurs ouzbeks cultivent 160 variétés différentes de melons.
Open Asia Online
La voiture ouzbek est connue de la majorité des habitants des pays de la CEI grâce aux marques de mini-fourgonnettes Nexia, Tico et Damas.
Open Asia Online
Artel est devenue populaire auprès des jeunes en raison des téléphones mobiles relativement bon marché.
Open Asia Online
Ces céramiques sont en effet ornées d’un motif spécial, une harmonie des couleurs et un émail unique appelé « ishkor ».
Open Asia Online
Le Khan-Atlas est depuis longtemps une carte de visite de l’Ouzbékistan.
Open Asia Online
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *