Asie Centrale Société Esclavage Moderne Travail Forcé

360 000 esclaves en Asie centrale

40,3 millions de personnes seraient victimes d’esclavage moderne dans le monde, dont 24,9 millions victimes de travail forcé. L’Asie centrale n’échappe pas à ce fléau.

Tous les deux ans, The Walk Free Foundation, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé et l’Organisation internationale du travail (OIT), délivrent un rapport sur l’esclavage dans le monde. En 2018, le « Global slavery index », aboutissement du travail des organisations précédemment mentionnées, affirmait qu’il y avait 360 000 esclaves en Asie centrale.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

L’esclavage moderne est un des « crimes cachés » qui affecte tous les pays du monde, rapportait le média Kaktakto le 21 mai dernier. Il est présent dans de nombreux secteurs d’activité, comme la pêche en Thaïlande, la récolte de coton en Ouzbékistan et au Turkménistan, ou encore l’industrie de la construction au Qatar. L’esclavage moderne se définit comme toute situation d’exploitation humaine au moyen de menaces, de violence, de coercition, d’abus de pouvoir ou de tromperie.

Asie Centrale Société Esclavage Moderne Travail Forcé

D’après cet index global de l’esclavage dans le monde, l’Ouzbékistan est le pire pays centrasiatique en la matière. Environ 160 000 personnes y vivraient dans des conditions d’esclavage moderne.

Une situation qui a tendance à s’améliorer

Néanmoins, la situation s’est améliorée en Ouzbékistan. En 2016, la précédente édition du Global slavery index soulignait que plus d’1,2 million de personnes vivaient dans de telles conditions. La différence frappante entre les deux chiffres peut être expliquée grâce à la réduction du travail forcé lors des récoltes de coton, ces dernières étant supervisées par l’OIT. Parallèlement, le gouvernement et les entreprises cessent, peu à peu, de s’approvisionner en biens et services produits par le travail forcé. Néanmoins, bien que des mesures aient été prises pour lutter contre le travail forcé dans l’industrie du coton, le gouvernement ouzbek continue de soumettre chaque année ses citoyens au travail forcé lors de la récolte du coton.

Lire aussi sur Novastan : Trafic humain : la situation empire en Asie centrale

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Pour autant, tous les pays d’Asie centrale ne sont pas dans la même dynamique que l’Ouzbékistan. C’est au Turkménistan que l’on trouve le rapport population – personnes vivant dans des conditions d’esclavage le plus important de la région. Selon les données, le pays compte 11 esclaves pour 1 000 personnes.

Asie Centrale Société Esclavage Moderne Travail Forcé

Le rapport note et compare ainsi les réponses apportées par les gouvernements au problème d’esclavage moderne. Alors que le Kirghizstan et l’Ouzbékistan progressent, tous les deux, d’un rang, le Kazakhstan, le Tadjikistan et le Turkménistan stagnent dans leurs efforts pour contrer ce fléau. Le Turkménistan récoltant au passage une des plus mauvaises notes.

                                                 Pierre-François Hubert et la rédaction  

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Malgré d’importante diminution, notamment du travail forcé, l’esclavage moderne reste important en Asie centrale.
G.S. Matthews
Selon le Global Slavery Index, en 2018, 360 000 esclaves vivaient en Asie centrale.
Novastan
Le Turkménistan possède le rapport population/nombre d’esclave le plus élevé d’Asie centrale.
Novastan
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *