À Bichkek, rencontre avec les enfants de l’indépendance

Partager avec

Dans les prochaines semaines, Novastan vous emmène à la rencontre de la jeunesse de la capitale kirghize à travers une série de portraits. À l’approche de l’élection présidentielles, quelles sont les interrogations, les espoirs et les rêves des enfants de l’indépendance ?

Ils ont aujourd’hui la vingtaine. Contrairement à leurs parents, les enfants de l’indépendance kirghize de 1991 n’ont pas connu les silences, privations et contraintes de l’Union soviétique. Nés dans les années 1990, ils ont grandi, traversant changements politiques et révolutions, et peuvent aujourd’hui glisser leur voix dans l’urne. Le 15 octobre, cette jeunesse devra, comme les autres générations, choisir son président. Une élection qui fait déjà couler beaucoup d’encre et occupe à Bichkek autant les murs et panneaux que les esprits.

Novastan vous propose de nous suivre à la rencontre de la jeunesse d’un pays qui n’a pas encore la trentaine et regarde vers un avenir incertain.

portrait chambre kirghize

De quoi rêvent les enfants de l’indépendance aujourd’hui ? Comment s’amuse-t-on, aime-t-on, vit-on, quand on a 20 ans à Bichkek ? Comment la jeunesse s’arrange-t-elle joyeusement d’un quotidien parfois morose, dans un pays encore en développement ?

Une série réalisée en collaboration avec la photojournaliste suisse Valérie Baeriswyl du Kolektif 2D.

Clara Marchaud
Rédactrice en chef adjointe de Novastan

Anastasiia Shevtsova
Stagiaire à Novastan

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *