Kirghizstan Tadjikistan Frontière Apaisement

Apaisement à la frontière entre le Kirghizstan et le Tadjikistan

Les conflits frontaliers entre le Tadjikistan et le Kirghizstan dans la vallée du Ferghana ont connu un regain de violence ces derniers mois avec plusieurs morts. Cependant, les autorités des deux pays semblent prendre des mesures pour apaiser la situation. Tour d’horizon des derniers développements.

Après des mois compliqués à la frontière kirghizo-tadjike, qui ont occasionné 4 morts près du village de Maksat et plusieurs autres au fil des mois près de l’enclave de Vorukh, le calme semble revenir. Les mesures de retrait pris par les deux Etats semblent avoir apporté la paix sur place, jusqu’à maintenant.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Au niveau politique, les négociations avancent. Les députés kirghiz ont discuté le 27 septembre dernier des informations fournies par le gouvernement du pays sur le conflit qui a eu lieu dans le village de Maksat dans la région de Batken au Kirghizstan et d’Ovchi-Kalach, dans la région de Soughd au Tadjikistan, les 15 et 16 septembre derniers. Les députés ont adopté une résolution secrète après la discussion, selon le média en ligne kirghiz 24.kg. Aucune explication n’a été donnée sur les raisons de cacher à l’opinion publique les décisions prises.

Lire aussi sur Novastan : Le conflit frontalier entre Tadjikistan et Kirghizstan : un défi pour la coopération régionale renaissante

Le parlement a seulement signalé qu’il avait été décidé d’intensifier les travaux de délimitation et de démarcation de la frontière. Les députés ont jugé les actions des autorités satisfaisantes, mais ont formulé un certain nombre de commentaires. Les membres de la commission de délimitation et de démarcation ont promis d’en tenir compte.

Le conflit calmé pour l’instant

Le conflit en question a opposé les citoyens des deux États autour de la construction d’installations sur un territoire contesté. Au cours de la réunion du 16 septembre, des coups de feu ont été tirés, chaque camp accusant l’autre d’avoir tiré en premier. Du côté tadjik, trois soldats ont été tués et un soldat du côté kirghiz. Le nombre de blessés des deux côtés a été d’environ 25 personnes.

Après le conflit, les ministères des Affaires étrangères des deux pays ont échangé des notes de protestation. Un groupe d’habitants de la région de Batken, dans le sud-ouest du Kirghizstan, s’est rendu à la capitale Bichkek et a exigé de consolider les terres contestées au profit du Kirghizstan. Ils ont également demandé de stabiliser la situation avec l’aide à la Russie, qui possède une base militaire au Kirghizstan comme au Tadjikistan.

Lire aussi sur Novastan : 4 militaires kirghiz et tadjiks tués après des échanges de tirs à la frontière

Après le conflit, les Premiers ministres du Tadjikistan et du Kirghizstan ont eu des pourparlers, où il a été annoncé que le côté kirghiz démolirait sa tour et que le côté tadjik abandonnerait la construction prévue de son propre mirador. Le 26 septembre, le média kirghiz Turmush rapportait que la tour du poste frontière de Maksat avait bel et bien été démolie. Cependant, il a été précisé que cela n’était pas dû à l’accord, mais aux dommages que la tour a subi lorsqu’elle a reçu des tirs de mortier.

Un pont de l’amitié ouvert par les deux pays

Symboliquement, les deux Etats ont ouvert un « Pont de l’amitié » le 30 septembre dernier. La construction a été financée par deux pays à moitié chacun, a rapporté le média tadjik Asia-Plus.

La cérémonie d’ouverture du pont entre le district tadjik de Gafurov et le district kirghiz de Leilek a été co-présidée par le gouverneur de la région de Soughd du Tadjikistan Rajabboy Ahmadzoda et le celui de la région de Batken au Kirghizstan, Akram Madoumarov.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Les deux responsables politique locaux ont appelé les citoyens à vivre dans en bons voisins et de manière paisible. « Nous avons appelé ce pont le « Pont de l’amitié ». Nous espérons qu’il n’y aura plus de conflits et que les habitants des deux camps vivront pacifiquement et à l’amiable », a déclaré Rajjaboy Ahmadzoda.

Lire aussi sur Novastan : Les frontières en Asie centrale : importation du système européen

L’ancien pont du site s’était effondré en octobre 2017 sous le poids d’un camion transportant 20 tonnes de charbon. Le camion était conduit par un citoyen kirghiz, transportant des marchandises en provenance de la ville kirghize de Sulyukta. Le camion a été tiré de la rivière par les Tadjiks, comme un symbole de l’unité des deux côtés de la frontière en cas d’accident. Ce pont était important pour le transport du charbon du Kirghizstan et de la nourriture du Tadjikistan.

Plus largement, la situation à la frontière entre les deux Etats reste assez tendue, avec un grand nombre de territoires contestés et des conflits réguliers entre les habitants des deux pays. Cependant, les voisins semblent continuer de montrer leur bonne volonté, malgré les difficultés d’application sur place.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Les conflits à la frontière entre Tadjikistan et Kirghizstan commencent à s’apaiser. Ici, un « Pont de l’amitié » a été ouvert entre les deux pays.
Asia-Plus
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *