Falling Walls Concours Science

Avec Falling Walls, le concours de pitch international débarque à Bichkek

Partager avec

La capitale du Kirghizstan accueillera le 30 septembre prochain un concours international pour permettre aux diplômés de l’enseignement supérieur de présenter leurs idées. Novastan a rencontré les organisateurs.

Novastan reprend ici un article paru initialement dans notre version allemande.

Le 30 septembre prochain, le concours « Falling Walls » sera organisé à Bichkek, la capitale du Kirghizstan. Ce concours international permet à de jeunes diplômés de l’enseignement supérieur de présenter leurs idées.

Cette initiative rappelle celle organisée en France par le CNRS, « ma thèse en 180 secondes ». Pour Falling Walls, les participants ont également trois minutes pour faire leur pitch, mais les candidats ne sont pas limités à des doctorants. Les gagnants pourront aller en finale à Berlin. Novastan avons discuté avec les organisateurs de ce concours.

Novastan.org : Qu’est-ce que Falling Walls exactement, et d’où vient cette compétition ?

Yves Tauschwitz : Le nom de Falling Walls vient de la chute du mur de Berlin. L’idée est de donner la possibilité aux jeunes scientifiques engagés, mais aussi aux hommes d’affaires, de présenter leur projet en trois minutes. Nous associons á l’image des murs qui tombent l’idée d’une rupture. Et c’est cette chance – celle d’une rupture –  que nous souhaitons donner aux participants.

Qui peut participer ?

Le projet s’adresse à des étudiants de tous niveaux. Cela va de l’étudiant en licence de 18 ans jusqu’aux doctorants. Les diplômés qui ont terminé leurs études depuis un certain temps déjà peuvent également participer.

Est-ce que les personnes qui ne sont pas diplômées de l’enseignement supérieur et qui ont une bonne idée peuvent participer à Falling Walls?

Malheureusement, dans le cadre de ce projet, non. Mais il y a des concours qui sont tout à fait accessibles à tous.

Falling Walls correspond-il chaque année à un thème spécifique, ou est-ce que l’on peut proposer une idée qui ne serait pas liée à un sujet particulier ?

Il n’y a pas de restrictions concernant le thème du projet présenté. Il s’agit en effet précisément d’assurer une diversité. Cependant, on observe une tendance : les projets présentés concernent souvent les sciences naturelles ou la politique. Mais en principe, tout est possible.

Comment fonctionne Falling Walls en tant que concours international ?

Dans le monde entier, il y a ce que l’on appelle des « Science Labs », qui portent dans leur nom le lieu organisateur de la compétition. Dans notre cas également : Falling Walls Bichkek. Chaque année, notre concours a lieu dans 100 endroits différents. Le gagnant de l’endroit où s’est tenu le concours concerné va ensuite en finale à Berlin, où il affronte ses 99 concurrents issus du monde entier.

Fallin Walls Lab 2014 Moritz Zaiss Berlin

Les trois meilleurs de cette finale ont ensuite la chance, lors de la conférence Falling Walls qui a lieu le jour suivant, de présenter leur projet à des personnes importantes des secteurs politique et économique. C’est bien sûr un énorme tremplin pour leur carrière.

Pourquoi Falling Walls a-t-il choisi la ville de Bichkek ?

Falling Walls est un projet financé par le DAAD (le ministre de l’enseignement supérieur allemand, ndlr). C’est pourquoi nous sommes aussi incités, en tant que collaborateurs du DAAD, à emmener Falling Walls dans une ville où nous voyons un certain potentiel. Et, à Bichkek, il y a suffisamment d’étudiants susceptibles de s’y intéresser.

Pourquoi les intéressés devraient-ils candidater à ce concours malgré la forte concurrence ?

Nous concevons Falling Walls comme une opportunité pour nos participants de se faire un réseau. Il est tout à fait possible que de potentiels employeurs soient aussi assis dans le public, et qu’ils fassent un casting des jeunes et motivés participants, et même de leurs idées, depuis la scène. Ainsi, on ne doit pas nécessairement gagner le concours pour avoir du succès dans cette compétition.

Les intéressés ont encore quelques jours pour s’inscrire au concours. Vous trouverez toutes les informations importantes sur la participation à Falling Walls ici.

Julius Bauer
Rédacteur en chef de Novastan

Traduit de l’allemand par Anne-Chloé Joblin

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram !

Le concours international Falling Walls veut faire tomber les murs de la connaissance et proposer des idées originales.
Benjamin Pritzkuleit
Moritz Zaiss présente son idée de projection moléculaire lors de la finale à Berlin devant Kay Herschelmann (Falling Walls Foundation)
Falling Walls
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *