Belek Foodtruck Kirghizstan France Cuisine Paris Ile-de-France

Belek, le foodtruck kirghiz qui veut conquérir Paris

Partager avec

Un franco-kirghiz, ancien de la légion étrangère, a construit de ses mains une charrette en bois pour vendre des produits kirghiz en Île-de-France. Novastan l’a rencontré dans son atelier.

Faire rentrer le Kirghizstan dans le cœur des Français grâce à la nourriture. C’est le pari qu’a fait Belek Mamatkoulov, un franco-kirghiz de 34 ans établi à Saint-Ouen, en région parisienne. Son projet : construire un foodtruck vendant des samsas, une spécialité kirghize à base de pâte feuilletée et de viande, un peu partout en Île-de-France.

Dans son atelier à Saint-Ouen, le foodtruck ressemble plutôt à une charrette massive d’environ 3 mètres de long et de haut et lourde de 500 kilos. Avec fierté, Belek Mamatkoulov explique l’avoir construite « à 90% » de ses mains, la hotte en métal exceptée. L’ensemble forme un objet impressionnant, tout en bois et agrémenté de formes kirghizes sculptées.

Belek Foodtruck Kirghizstan France Cuisine Paris Ile-de-France Charrette Bois Belek Foodtruck Kirghizstan France Cuisine Paris Ile-de-France Charrette Bois

La spécificité des samsas kirghizes est qu’elles sont cuites dans un four au feu de bois, collées sur les parois en argile. Pour le reproduire, le néo-entrepreneur a récupéré un baril d’essence qu’il a recouvert d’argile et de laine à l’intérieur. Le résultat permet au foodtruck de se rapprocher le plus possible d’une nourriture encore méconnue en France.

Un projet devenu obsession

Ce projet fou est devenu l’obsession de Belek Mamatkoulov. Né à Kazarman, dans le centre du pays, la capitale kirghize, il devient d’abord officier militaire au Kirghizstan avant d’arriver en France en 2009. Il s’engage alors pour la légion étrangère, qu’il termine en 2014 avec sa nationalité française. Il s’inscrit ensuite aux Arts et Métiers pour devenir ingénieur en travaux publics, ce qu’il devient finalement en juillet 2017 avec un premier emploi dans un bureau d’études dans les Yvelines.

Lire aussi sur Novastan : Que mange-t-on au Kirghizstan ?

Belek Mamatkoulov Foodtruck France Kirghizstan

Mais rapidement, ce projet de foodtruck se dessine dans son esprit. Dès l’hiver 2017, Belek Mamatkoulov planche sur les plans de la charrette avant de quitter son emploi et se mettre à plein temps sur le foodtruck.

Un crowdfunding lancé

Si la charrette est montée sur roues, celles-ci ne sont pas capables de supporter de longs trajets. Aussi, Belek Mamatkoulov cherche à lever 10 000 euros pour s’acheter une camionnette pour déplacer la charrette, qui est entièrement démontable. Le franco-kirghiz a ainsi lancé une campagne de financement participatif sur Ulule.

Samsa Kirghizstan France Belek

En creux de cette idée folle, on trouve une envie. « Je veux emporter le Kirghizstan, qui me manque, et le ramener pour le partager », explique Belek Mamatkoulov, qui a pu utiliser l’atelier solidaire de Saint-Ouen pour construire sa charrette. Son premier lieu envisagé : l’esplanade du Louvres. A son évocation, le franco-kirghiz sourit de toutes ses dents. « Je sais que je vais avoir des problèmes, mais je veux essayer quand même, c’est ma première intuition », explique-t-il.

« Chaque jour, il y a une fête quelque part »

Plus largement, Belek Mamatkoulov envisage de se déplacer dans divers évènements, d’abord en Île-de-France, pour proposer sa cuisine, qu’il prépare avec sa femme. « Chaque jour, il y a une fête quelque part », ajoute-t-il, philosophe.

Lire aussi sur Novastan : Les festins kirghiz, insensés et impitoyables

Pour l’heure, la campagne de financement participatif bat de l’aile, avec quelques centaines d’euros récoltés. Si la cible n’est pas atteinte, cela ne fera pas reculer Belek. « Il n’y a pas de marche arrière possible, je trouverai toujours une solution », affirmait-il à ce sujet avant le lancement de cette campagne. L’homme est habité par son projet. Il faut dire que son entreprise s’appelle Belek, ou « cador » en kirghiz.

Etienne Combier
Co-fondateur de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Belek Mamatkoulov veut faire découvrir la nourriture kirghize aux Français.
Etienne Combier
La charrette a été presque entièrement construite par Belek.
Etienne Combier
Le foodtruck a une hotte afin d’évacuer la fumée du four.
Etienne Combier
Belek Mamatkoulov est un ancien de la légion étrangère.
Etienne Combier
Belek veut vendre des samsa, des pains kirghiz fourrés à la viande.
Belek Foodtruck
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *