Fanfare Kirghizstan Bichkek Anniversaire 140 ans

Bichkek, la capitale du Kirghizstan, fête ses 140 ans

Le 29 avril dernier, la capitale kirghize Bichkek a fêté son 140ème anniversaire. Le conseil municipal a organisé des événements culturels et un défilé, et décoré rues et places de la ville. Mais de fait, la ville a plus de 140 ans. Qu’a-t-on célébré exactement ce jour-là ?

Novastan traduit ici un article originellement publié sur notre version allemande.

A l’occasion du 140ème anniversaire de Bichkek, le 29 avril dernier, les habitants de la capitale du Kirghizstan ont pu profiter de concerts de musique classique et de jazz, et des groupes internationaux de danse pour la jeunesse. Une exposition de photos « Pichpek – Frounzé – Bichkek » a rappelé l’histoire de la ville, qui porte ces trois noms depuis sa fondation. Les citoyens ont aussi pu visiter des expositions d’art et de jardins organisées par l’entreprise municipale « Bishkekselenchoz ».

Lire aussi sur Novastan : Pichpek, Frounzé, Bichkek : la ville dont il est impossible de ne pas tomber amoureux

Le soir, des groupes de danse internationaux, un groupe de cirque et l’Orchestre philharmonique national ont défilé sur la place d’Ala-Too, la grande place de la capitale. Ensuite, il y a eu un concert avec des musiciens de pop kirghize et un spectacle de danse avec les participants du festival international « Nariste ».

Kirghizstan Bichkek Fête Anniversaire 140 ans Kirghizstan Bichkek Fête Anniversaire 140 ans

Ces événements commémoraient le 29 avril 1878. Cependant, tous ceux qui connaissent l’histoire de Bichkek savent que la ville est plus ancienne que cette date, qui ne correspond pas à son anniversaire. Quel événement a donc été retenu ? Pour répondre à cette question, il faut se pencher sur la manière dont la ville est née.

Une forteresse pour suivre les déplacements des nomades

Le secteur de Bichkek est aujourd’hui l’un des plus fertiles de la région, grâce aux rivières Ala-Archa et Alamedin qui se jettent dans le Tchouï, un fleuve qui forme la frontière actuelle entre le Kirghizstan et le Kazakhstan. La région était déjà peuplée il y a plus de 20 000 ans. Du Xème au XIIème siècle, plusieurs villes de la vallée de Tchouï servaient, entre autres, de stations des routes de la Soie. Dans les environs de l’actuelle Bichkek se trouvait la ville de Dchoul. Mais au XIIIème siècle, les Mongols ont détruit tous les bâtiments, et ce n’est qu’au XIXème siècle que la ville a été repeuplée.

Lire aussi sur Novastan : Dasmia, une nouvelle architecture kirghize ?

En 1825, un commandant de l’armée du Khanat de Kokand, une ville de la vallée de Fergana, Lyachkor Koumbeli, fait construire une forteresse en briques d’argile dans l’actuelle Bichkek. Khan Mouhammad Ali (Madali Khan) voulait ainsi contrôler les déplacements des nomades et des voyageurs et percevoir les taxes des caravanes de passage. Les murs de la forteresse avaient dix mètres d’épaisseur et cinq mètres de hauteur. A proximité, un peuplement s’est rapidement développé dans lequel environ un millier de personnes vivaient déjà au milieu du XIXème siècle. Les habitants du Kokand appelaient la forteresse « Pichpek », du nom d’un fouet pour la production du Koumys, du lait de jument fermenté.

Soulèvement sous Baitik Baatyr

En 1860, une tribu kirghize locale s’est rebellée contre la domination du Kokand et a conquis la forteresse avec l’aide des troupes russes, mais le Kokand a pu la reprendre peu de temps après. En 1862, un autre soulèvement est organisé sous la direction de Baitik Kanai uluu (Baitik Baatyr). Il demande de nouveau de l’aide aux troupes russes de Verniy (aujourd’hui Almaty au Kazakhstan). Une unité de 1400 soldats et d’artillerie du général Gerassim Kolpakowski se rend à Pichpek et assiège la forteresse. Le 24 octobre, les habitants du Kokand et les insurgés kirghiz ont détruit la forteresse par vengeance.

Fort Pichpek Bichkek Vestiges Ruines Kirghizstan

Il est toutefois possible de visiter aujourd’hui les vestiges de cette ancienne forteresse au nord du centre-ville, sur la rue Kuznetshnyaya Krepost.

Pichpek devient la capitale du district

Les soldats russes sont par la suite restés dans la vallée de Tchouï et ont construit une base militaire près de la forteresse détruite en 1864. La région faisait alors partie de la région (oblast) de Semirechje (pays des sept cours d’eau), dont la capitale se trouve à Verniy et appartient au district de Tokmok, à 60 kilomètres à l’est. Tokmok était une autre ancienne forteresse de Kokand conquise et détruite par les troupes russes.

Lire aussi sur Novastan : Bichkek, des monuments à l’abandon ?

Tokmok a été endommagée à plusieurs reprises par des inondations dues à la fonte des neiges dans le Tchouï. Par conséquent, l’administration de l’oblast a décidé de transférer l’administration de la zone située entre les monts Chuei et Tian Shan à Balyktchy, sur la rive ouest du lac Yssyk-Koul. Après la visite du gouverneur général Constantin von Kaufman dans la région en 1870, il choisit de faire de Pichpek la capitale du district. Toutes les institutions et les fonctionnaires administratifs se sont ensuite installés sur les rives d’Ala-Archa et d’Alamedin.

L’endroit a commencé à se développer rapidement. En 1871, les planificateurs de l’armée russe ont élaboré un plan de la ville qui comprenait déjà le réseau de rues à angle droit qui forme encore le centre aujourd’hui. Beaucoup de ces rues portent le nom de leurs bâtiments les plus importants, comme les rues caserne, hôpital, cuisine, cimetière. D’autres ont été nommés d’après la nationalité ou la profession de leurs habitants, par exemple les rues Tatar, Doungane, citoyen ou marchand. D’autres encore d’après les lieux vers lesquels ces rues conduisaient, par exemple Tachkent, Verniy et Sokuluk. Après la révolution de 1917 et l’indépendance du Kirghizstan en 1991, la plupart de ces rues ont été renommées. Ce site (en russe) montre des photographies de l’histoire de la ville.

Lire aussi sur Novastan : Sept raisons d’aimer Bichkek

Bien que l’administration ait été déplacée à Pichpek, le district s’appelait encore Tokmok. Ce n’est que le 29 avril 1878 que Gerassim Kolpakovsky, entre-temps promu gouverneur militaire de la région de Semirechje, a officiellement accordé à Pichpek le statut de capitale de district. Cette décision a marqué le début du développement de Pichpek comme première ville européanisée sur le territoire de l’actuelle République du Kirghizstan, et cette date qui est célébrée aujourd’hui comme l’« anniversaire » de la ville.

Cet article a été réalisé grâce aux informations de meria.kg, tourkg.com et cda.kg, ainsi que du guide architectural Bichkek réalisé par Henning Hraban Ramm et Benedikt Viertelhaus.

Anastasiia Shevtsova
Journaliste pour Novastan à Bichkek

Folke Eikmeier
Rédacteur en chef de Novastan

Traduit de l’allemand par Anne-Chloé Joblin

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Une fanfare de rue célèbre les 140 ans de Bichkek, la capitale du Kirghizstan.
Anastasia Chevstova
Une exposition horticole a eu lieu durant les célébrations.
Anastasia Chevstova
Une troupe de cirque célèbre les 140 ans de Bichkek.
Anastasia Chevstova
Les ruines du fort de Pichpek, au nord de Bichkek.
Folke Ekmeier
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *