Almazbek Atambaïev Chavkat Mirzioïev Kirghizstan Ouzbékistan Visite officielle Arrivée

Chavkat Mirzioïev au Kirghizstan : une visite historique

Partager avec

Les 5 et 6 septembre derniers, Chavkat Mirzioïev, l’actuel président de l’Ouzbékistan, s’est rendu au Kirghizstan. Il y a rencontré son homologue kirghiz, Almazbek Atambaïev, ainsi que plusieurs officiels du Kirghizstan. Par le nombre d’accords signés, particulièrement concernant les frontières, et les déclarations d’amitié échangées, cette visite constitue une première dans l’histoire de la région.

Le président ouzbek, Chavkat Mirzioïev, s’est rendu en visite officielle au Kirghizstan les 5 et 6 septembre derniers. Cette visite semble avoir dépassé toutes les attentes concernant le renforcement des relations bilatérales entre les deux pays voisins d’Asie centrale. Il s’agissait de la première pour un président ouzbek depuis 17 ans.

L’épineuse question des frontières

Cette visite a été l’occasion de régler de manière quasi-totale la question sensible de la délimitation des frontières entre les 2 pays. Les négociations ont également donné de l’espoir quant à la mise en place d’une réelle coopération régionale dans le domaine économique.

Lire aussi sur Novastan : Chavkat Mirzioïev propose des « frontière ouvertes » avec le Kirghizstan

Au cours de la visite du chef de l’Etat ouzbek, les discussions ont notamment porté sur la démaracation de 85% de l’ensemble de la frontière séparant les deux pays. Une question des plus sensibles puisque de nombreuses enclaves ouzbèkes se trouvent en territoire kirghiz et que les tensions entre Kirghiz et Ouzbeks ont été particulièrement violentes au cours des dernières années, notamment après la révolution de 2010 et les massacres interethniques dans la région d’Och.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan et le Kirghizstan parviennent à un accord sur mille kilomètres de frontières

Le Kirghizstan et l’Ouzbékistan partagent une frontière de près de 1 170 kilomètres. Les deux pays ont dorénavant officialisé et réglé cette question.

Almazbek Atambaïev Chavkat Mirzioïev Kirghizstan Ouzbékistan Visite officielle

Mais au-delà du règlement des tensions frontalières, la visite de Chavkat Mirzioïev a constitué une surprise puisque ce dernier a mentionné la volonté de l’Ouzbékistan de s’impliquer dans le développement des projets hydroélectriques actuellement à l’étude ou en construction au Kirghizstan et de coopérer avec Bichkek sur cette question à l’avenir.

Une coopération renforcée dans le domaine énergétique

Il s’agit d’un véritable retournement de situation lorsque l’on sait que le premier président ouzbek Islam Karimov, décédé il y a un an, a toujours été viscéralement opposé à ces projets, estimant qu’ils allaient mettre à mal le secteur agricole en Ouzbékistan, encore très important aujourd’hui, notamment pour ce qui est de la culture du coton.

Lire aussi sur Novastan : Ouzbékistan : le nouveau président veut d’abord plaire à ses voisins

Chavkat Mirzioïev et son homologue kirghiz n’ont pas manqué de se couvrir mutuellement d’éloges au cours de cette rencontre, cherchant à incarner le rapprochement entre les deux pays après des années de stagnation dans les relations bilatérales. « C’est un jour que nos deux peuples ont attendu depuis 25 ans. Le mérite en revient au président Chavkat Mirzioïev. Il me considère comme un ami et je le considère également comme tel. Nous serons à jamais des amis et des frères », a déclaré Almazbek Atambaïev en marge de la rencontre.

Almazbek Atambaïev Chavkat Mirzioïev Kirghizstan Ouzbékistan Visite officielle Rencontre

Chavkat Mirzioïev a quant à lui insisté sur la nature historique de cette rencontre au plus haut niveau. « Ce qui a été construit par nos ancêtres, notre devoir de vivre en amitié, en harmonie et en paix, tout cela est désormais entre les mains de la jeune génération. »

Mais, au-delà de l’enthousiasme affiché, les résultats de la rencontre peuvent finalement sembler modestes. Le Premier ministre kirghiz, Sapar Issakov, a déclaré, non sans fierté, que des accords bilatéraux avaient été passé entre des entreprises des deux pays pour un montant total de 115 millions de dollars. « Ces accords seront prochainement formalisés et signés. Et ce n’est qu’une première étape », a déclaré Sapar Issakov.

Les chefs d’entreprises ouzbeks venus en délégation au Kirghizstan à la faveur de la rencontre entre les deux chefs d’Etats sont notamment à la tête de firmes dans les domaines de la construction, de l’industrie et des produits cosmétiques.

Développer les échanges commerciaux

Le président de la chambre de commerce du Kirghizstan, Marat Charchekeïev, a annoncé que les échanges bilatéraux entre le Kirghizstan et l’Ouzbékistan pour la première moitié de l’année 2017 se sont élevés à près de 170 millions de dollars. Soit le double de ce qui avait été annoncé en 2016 à la même période.

Le président ouzbek veut aujourd’hui décupler ces échanges. « Je ne me lasse jamais de répéter que si nous aidons les entreprises au lieu de leur mettre des bâtons dans les roues, elles trouveront leur propre voie. Et quand nous parlons de faire passer nos échanges commerciaux à 500 millions de dollars, est-ce peu ou beaucoup ? Je pense personnellement que c’est peu », a-t-il déclaré lors de sa rencontre avec le Premier ministre Sapar Issakov.

Poignée Chavkat Mirzioïev Almazbek Atambaïev Kirghizstan Ouzbékistan Visite officielle

Chavkat Mirzioïev a également mentionné la possibilité de construire une usine d’assemblage de voitures au Kirghizstan, ou encore de créer des coentreprises gérées par des ressortissants des deux pays dans le domaine du textile.

Lire aussi sur Novastan : Comment le Kirghizstan s’approprie l’Union économique eurasiatique

La volonté de l’Ouzbékistan de lancer des coentreprises avec le Kirghizstan, mais également avec le Kazakhstan, est en lien avec le fait que Bichkek fait partie de l’Union économique eurasiatique, zone de libre-échange constituée notamment à l’initiative de la Russie. L’Ouzbékistan n’y est pour l’heure pas membre. La création de coentreprises permettrait donc aux entreprises ouzbèkes d’obtenir un meilleur accès aux marchés russes afin d’y déployer leurs produits.

Kambarata ou comment tourner le dos au passé

Mais la principale avancée réside dans les déclarations du chef de l’Etat ouzbek quant à la station hydroélectrique Kambarata-1 au Kirghizstan. Il a ainsi déclaré : « Nous construirons la station de Karambata ensemble. Elle nous est aujourd’hui indispensable et nous en avons besoin. Nous devons le faire de façon raisonnée afin que le projet soit avantageux pour l’Ouzbékistan comme le Kirghizstan. »

Lire aussi sur Novastan : La Chine va construire des barrages hydroélectriques au Kirghizstan

C’est un retournement total par rapport aux positions autrefois défendues par l’Ouzbékistan et son président, Islam Karimov, totalement opposé à la construction de barrages risquant d’affecter l’agriculture ouzbèke.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan actuel ne plairait pas à Islam Karimov

La station hydroélectrique de Kambarata-1 au Kirghizstan est censée être capable de produire 1 860 mégawatts. Le projet s’est cependant interrompu en 2015 lorsque l’entreprise russe United Energy System s’est retirée du projet. A présent, une entreprise publique chinoise a repris la construction. À l’heure actuelle, les coûts pour la finalisation du projet s’élèveraient à 2 milliards de dollars selon certaines estimations.

La force des symboles

La cordialité de la rencontre entre Chavkat Mirzioïev et Almazbek Atambaïev est en soi une véritable avancée dans les relations bilatérales kirghizo-ouzbèkes. En effet, en 2013, l’actuel président kirghiz avait eu des mots très durs vis-à-vis d’Islam Karimov, insinuant notamment attendre le décès de ce dernier pour régler la question des frontières entre les deux pays. Une déclaration peu diplomatique que les officiels ouzbeks comme kirghiz se sont bien gardés de remettre à l’ordre du jour il y a une semaine.

Almazbek Atambaïev Chavkat Mirzioïev Kirghizstan Ouzbékistan Visite officielle Signature

Mais, au-delà des petites phrases, la partie la plus importante des discussions ayant porté sur la démarcation de la frontière entre le Kirghizstan et l’Ouzbékistan, les effets concrets de l’accord se sont tout de suite faits sentir. Des milliers de citoyens ouzbeks et kirghiz, des deux côtés de ladite frontière, se sont rendus à la réouverture du principal point de passage entre les deux pays.

C’est un symbole particulièrement fort lorsque l’on se souvient que 12 des 15 postes-frontières le long de la ligne de démarcation avaient été fermés suite aux massacres de 2010 au Kirghizstan.

Jérémy Lonjon
Rédacteur en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegram,Linkedin ou Instagram !

Almazbek Atambaïev a accueilli son homologue ouzbek à l’aéroport international Manas au Kirghizstan.
President.kg
Almazbek Atambaïev, à gauche, et son homologue ouzbek Chavkat Mirzioïev
President.kg
Almazbek Atambaïev (à gauche) et Chavkat Mirzioïev ont partagé des moments de complicité en public.
President.kg
Les deux présidents n’ont pas tari d’éloges l’un sur l’autre.
President.kg
Plusieurs accords couvrant de nombreux domaines ont été signés, notamment sur la question des frontières entre les 2 pays.
President.kg
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *