Femme Campagne Clichés Dos Âne

Cinq mythes sur l’Asie centrale

Pauvreté, URSS, campagnes et volonté de tout quitter pour la Russie… Ces clichés sont très répandus de par le monde lorsque l’Asie centrale est mentionnée. La région reste finalement très méconnue. Qu’en est-il donc réellement de ces idées reçues sur l’Asie centrale postsoviétique ?

Novastan reprend et traduit ici un article publié initialement par Kaktakto.

Pour le commun des mortels, l’Asie centrale est un point d’interrogation sur la carte du monde. Pour beaucoup, l’Asie centrale se résume à son passé soviétique, à la pauvreté de sa population qui mange ce qu’elle trouve, circule uniquement à dos d’âne et dont l’unique désir est de partir travailler en Russie.  Le site internet russe Kaktakto s’est attaché à démonter ces clichés un par un.

Une région pauvre

Asie centrale âne cliché

Dans les faits, peu de personnes dans la région vivent dans des taudis et se servent de leurs mules comme moyen de locomotion. Dans les villes, la population vit comme en Russie, dans de grands immeubles d’architecture soviétique, de type HLM, en préfabriqué, ainsi que dans des maisons individuelles neuves. Dans les villages, les habitants vivent surtout dans des maisons de plain-pied telles qu’il est possible d’en trouver dans les autres pays de l’espace postsoviétique.

Lire aussi sur Novastan : Ouzbékistan : la construction en plein boom

En ce qui concerne les transports, il est assez surprenant de voir, en sillonnant les rues d’Almaty au Kazakhstan ou de Bichkek, la capitale kirghize, le nombre de véhicules de franchissement. Peu de villes russes ou européennes peuvent prétendre à une telle abondance de jeeps aux moteurs surpuissants.

Ce phénomène s’explique par le fait que presque tous les locaux rêvent depuis l’enfance d’une imposante voiture, blanche ou noire, quitte à se priver de tout pour fendre au plus vite les immenses étendues de la région au volant de leur fantasme à quatre roues. Le code de la route n’est d’ailleurs pas une nécessité puisque les ratés qui se contentent de berlines cèdent le passage aux chauffards écervelés et à leurs bolides surélevés.

Migrer en Russie ?

Asie centrale drapeau russe cliché

Les travailleurs migrants d’Asie centrale sont légions en Russie : chaque année, des dizaines de milliers de personnes y débarquent à la recherche d’un emploi.

Lire aussi sur Novastan : Le nombre de migrants en Russie s’est fortement réduit

La majorité d’entre eux agit toutefois par nécessité. Les États d’Asie centrale accusent un gros déficit de postes à pourvoir, de sorte que les citoyens aux qualifications limitées éprouvent des difficultés à y trouver un travail avec un salaire décent. En Russie, le niveau de vie est plus élevé et les gens ne se bousculent pas pour obtenir les emplois les moins bien rémunérés, selon les critères locaux. Pour les travailleurs migrants d’Asie centrale, cet argent suffit à nourrir leur famille.

Une région peu connectée ?

Asie centrale téléphone portable cliché

Les réseaux de téléphone et d’Internet seraient-ils médiocres en Asie centrale ? C’est un mythe. Le réseau mobile est très correct dans la majorité des États de la région, voire nettement meilleur qu’en Russie dans certains pays comme le Kirghizstan. Malgré le relief montagneux, le réseau mobile aspire à s’y étendre partout. La 4G est disponible sur tout le territoire kirghiz pour un prix très abordable.

Lire aussi sur Novastan : Internet au Tadjikistan : vers un monopole ?

La majorité des habitants d’Asie centrale possède un smartphone, les utilisateurs de réseaux sociaux sont nombreux et la région est en fait très semblable aux pays développés dans ce domaine.

Thé et riz pilaf à tous les repas

Asie centrale tasse de thé cliché

L’Asie centrale compte autant d’amateurs de thé noir ou de café que de thé vert. Dans les capitales et les grandes villes fleurissent cafés, bars et restaurants.

Lire aussi sur Novastan : « It’s a bar with no name! » : comment le No Name Bar est devenu un lieu incontournable de la capitale kirghize

Les monuments de la gastronomie locale peuvent y être savourés, mais il est aussi possible d’y découvrir les cuisines européenne, chinoise, coréenne, etc.

Contrairement aux idées reçues, les Centrasiatiques ne mangent pas de riz pilaf tous les jours. Il s’agit d’un plat de fête préparé dans une grande marmite et qui est partagé avec la famille et les proches. De façon plus générale, les repas se composent de soupes, de salades, de porridge et d’autres mets européens.

Une région dangereuse, notamment pour les Russes ?

Asie centrale tête de mort cliché

En aucun cas les Russes ne sont opprimés dans les États d’Asie centrale. Beaucoup d’entre eux sont nés dans la région et y vivent sans rencontrer le moindre problème. Sitôt qu’un arrivant est de bonne composition, les habitants lui réservent un accueil chaleureux et la nationalité est un détail sans la moindre importance.

Lire aussi sur Novastan : Pourquoi les anciennes républiques soviétiques détestent tout ce qui est russe

L’importance de l’insécurité est également très exagérée. Il n’y a pas plus d’agressions ou de vols en Asie centrale que dans la plupart des villes russes ou européennes. En cas de problème, demander de l’aide aux passants est vivement recommandé. Les Centrasiatiques feront tout pour aider du mieux qu’ils le peuvent.

Alexandre Chabaline
Rédacteur pour Kaktakto

Traduit du russe par Pierre-François Hubert

Édité par Chloé Déchelette

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir
notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Une femme dans la campagne kirghize : contrairement aux clichés, elle ne se déplace pas à dos d’âne
UN Women Europe and Central Asie
Un cliché répandu sur l’Asie centrale veut que les habitants de la région se déplacent à dos d’âne.
Kaktako
Toute l’Asie centrale en Russie ? Rien n’est moins sûr.
Kaktakto
Contrairement aux idées reçues, les réseaux fonctionnent très bien en Asie centrale.
Kaktakto
Il est faux de penser que les Centrasiatiques ne boivent que du thé.
Kaktakto
La sécurité des Russes ne serait pas garantie en Asie centrale.
Kaktakto
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *