Banc rénové 3D

Des jeunes pour rénover les parcs de Bichkek

Face à des parcs très peu entretenus dans la capitale du Kirghizstan, des jeunes prennent en main le mobilier urbain. Une cure de jouvence bienvenue pour les Bichkekois.

Bichkek et son million d'habitants est connue pour ses nombreux espaces verts, à la fois dans son centre et dans ses banlieues. Des rangées d'arbres à la couronne luxuriante y émerveillent les étrangers comme les habitants. Mais toute cette verdure côtoie une infrastructure très imparfaite, faute d'entretien : passages piétons effacés, bancs cassés, poubelles rouillées, lampadaires et aires de jeux détruits.

La mairie s'efforce d'améliorer l'aspect de la ville, mais peine à répondre à tous les besoins, d'autant que ses interventions semblent plus réactives que pro-actives. La vice-maire, Altinaï Omoubekova, a affirmé que les services de la ville faisaient de leur mieux pour assurer le maintien des infrastructures existantes avec le peu d'employés dont ils disposent.

Une redécoration à base de motifs en 3D

C'est dans ce contexte que de nombreux jeunes militants prennent en main l'aménagement urbain. Certains d'entre eux ont mis sur pieds à Bichkek un projet qui a permis la rénovation complète de 6 bancs et 4 poubelles d'un parc sur le boulevard Molodoï Gardia, ainsi que leur décoration avec des motifs 3D.

Le projet « Parc 3D » s'est déroulé avec le soutien de la fondation Soros-Kirghizstan, dans le cadre du projet « Promotion des idées de diversité et activisme urbain via les médias et l'art » du programme « Liberté d'information ».

Lire aussi sur Novastan : La vie dans les parcs et les allées de Bichkek

Grâce au travail commun de volontaires, menuisiers et peintres, le parc situé au croisement des rues Molodoï Gardia et Tchouï a été nettoyé, puis ses bancs et poubelles réparés et redécorés.

Un projet promu par le service culturel de Bichkek

Ce projet a été promu par le service culturel de la ville. L'un des ses objectifs majeurs est de faire comprendre aux jeunes volontaires toute la difficulté de la restauration du mobilier urbain, trop souvent utilisé de façon inappropriée, et sciemment détérioré. A sa manière, cette opération permet de faire évoluer les mentalités des habitants de Bichkek en leur enseignant l'importance du respect des infrastructures.

Lire aussi sur Novastan : Parcs et espaces verts urbains dans la CEI : histoire, etat des lieux et perspectives

« Nous voulons avoir une ville belle et bien entretenue, dans laquelle l'héritage est valorisé, et où nous sommes ouverts aux nouvelles idées, qui nous permettent de vivre avec notre temps » affirme l'organisateur du projet, Noursoultan Soulaimanov. Après la rénovation, les prochaines étapes du programme visent à attirer l'attention des habitants et des autorités locales sur l'entretien et le respect de l'espace public.

Faire de Bichkek une ville moderne

Beïcen Kariev, doyen de la chaire de design et d'architecture de l'université slave de Bichkek en est persuadé : une ville moderne ne peut pas se passer des initiatives de ses habitants. Toutefois, convient-il, il est indispensable d'être prudent, pour éviter, que ces initiatives aboutissent sur des dégradations. « L’État fait un travail qui se voit dans toute la ville. Le goût et l'éducation des personnes compétentes doivent satisfaire un public aussi large que possible. Si ce travail est effectué de façon non professionnelle, les ouvrages peuvent être mal acceptés. Il faut donc être très attentif lors de la mise en place de ce genre d'initiative » décrit-il.

Parc Bichkek enfantKariev assure également que ce sont les graffitis en particulier qui provoquent le plus de questions et de débats. Selon lui, tous les habitants ne les apprécient pas. « Une telle initiative doit être débattue et réfléchie. Car parfois, elle peut même apparaître comme une détérioration », souligne-t-il.

Des réactions contrastées

Interrogés, les habitants réagissent au projet de façons très différentes. « J'aime beaucoup l'idée. J'ai été surprise quand les bancs ont disparu, pensant qu'on les avait tout bonnement sciés puis volés. Quand je les ai vus ainsi, réparés et décorés, j'ai été vraiment épatée », affirme Aïjamal Baktybekova, une étudiante d'une des universités locales qui se détend dans le parc. « J'ai été encore plus ébahie lorsque que j'ai su que travail avait été fait par des volontaires de mon âge. » sourit-elle.

Lire aussi sur Novastan : Kök Jailoo, le démantèlement d'un parc national au Kazakhstan

Cependant, pour Alymkan Omypaliev, retraité et également usager du parc, les choses pourraient encore être améliorées. « Les poubelles installées dans le parc ne me plaisent pas. Je suis toutefois heureux que les bancs aient étés restaurés et que les jeunes ne cassent plus leurs barres en s'asseyant sur les dossiers. » Avant de conclure : «  Le but d'éducation, a, dans une certaine mesure, été atteint. »

Beghimai Sataeva
Journaliste pour Novastan.org au Kirghizstan

Traduit du russe par Mathieu Marion

Relu par Marion Biremon et Etienne Combier

Banc rénové 3D
Beghimai Sataeva
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *