Législatives France 2017

Élection présidentielle : tout est prêt pour les 3 millions de votants kirghiz

À l’approche de l’élection présidentielle kirghize, le pays tente tant bien que mal de mettre en place à l’aide des nouvelles technologies un système pour éviter les fraudes. Explication en questions sur les conditions d’un vote au suspens inédit dans la région.

Qui va voter ?

Le 15 octobre, les citoyens du Kirghizstan de plus de 18 ans qui ont passé l’enregistrement biométrique pourront se rendre aux urnes entre 8 heures et 20 heures. 3 025 902 votants sont enregistrés selon le Service d’enregistrement d’État. Cependant, tous les Kirghizs ne pourront pas voter à cause de ce système biométrique mis en place depuis 2014. « Selon le Comité national de statistiques, il y a 3,8 millions de citoyens âgés de plus de 18 ans dans le pays. On peut ainsi en conclure qu’environ 800 000 personnes qui n’ont pas passé l’enregistrement ne pourront pas voter » a ainsi précisé le président du Service d’enregistrement, Dastan Dogoïev au service kirghiz de Radio Liberty/ Radio Free Europe, Azattyk.

Ce programme d’enregistrement biométrique lancé en 2014 permet l’utilisation des empreintes digitales pour vérifier l’identité du votant. La nouvelle base de données inclut des informations biographiques basiques et des données biométriques comme les empreintes digitales des dix doigts, une photo d’identité et une signature. Le but affiché étant de réduire la possibilité de fraudes lors du vote.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : la campagne présidentielle est lancée

Bien que le gouvernement soit positif sur ces changements et ces nouvelles technologies, certains citoyens craignent pour la sécurité de leurs données dans un pays où perdre quelque chose d’essentiel arrive à tout le monde. En 2015, le Service d’enregistrement avait ainsi perdu une clé USB contenant des données biométriques. Des activistes et avocats pour les droits de l’homme ont porté un dossier devant les tribunaux contre l’obligation d’enregistrer les données biométriques, affirmant que cet acte constituait une violation de la vie privée et une loi anticonstitutionnelle. Néanmoins, la Chambre constitutionnelle de la Cour suprême kirghize a maintenu le système.

Où les Kirghiz pourront-ils voter?

Les citoyens devront voter dans le bureau de vote de leur lieu de résidence. Par exemple, si un votant originaire d’Och vit temporairement à Bichkek, il devra retourner à Och s’il n’a pas fait de demande de dérogation avant le 30 septembre.

En raison du grand nombre d’étudiants quittant les campagnes et petites villes pour étudier à Bichkek, le gouvernement a demandé aux directeurs d’universités et aux commandants d’unités militaires d’assister la commission éléetorale territoriale de Bichkek dans l’organisation du vote. Les étudiants et soldats pourront ainsi voter dans la capitale kirghize sans retourner dans leur ville d’origine.

Sooronbaï Jeenbekov Elections Kirghizstan

Par ailleurs, l’application de géolocalisation 2GIS Bishkek travaillera main dans la main avec les commissions électorales locales pour aider les électeurs à trouver leur bureau de vote à Bichkek et en partie dans les régions de Chui et Issyk-Koul.

Comment les électeurs pourront-ils voter?

Les membres de la commissions électorale et les opérateurs réaliseront l’identification des votants grâce à leurs données biométriques et personnelles en utilisant une machine spéciale. « Au total, près de 9500 opérateurs seront mobilisés dans l’identification des votants » selon le vice-premier ministre Duishenbek Zilalieïev cité par Sputnik.kg.

Le votant devra cocher manuellement le candidat pour lequel il veut voter dans un isoloir, avant de glisser sa voix dans l’urne électronique. Cette urne dernier-cri peut lire et compter en direct les voix pour chaque candidat. Si cette dernière ne fonctionne pas le jour J, les bulletins seront placés dans une réserve à lecture automatique de voix. En dernier recours seulement, une urne traditionnelle sera utilisée.

Initialement, 14 candidats s’étaient présentés à l’élection. Le 25 septembre, le coprésident du parti Ata-Jourt, Kamchybek Tachiev s’est retiré en annonçant son soutien au candidat gouvernemental du parti social-démocrate Sooronbaï Jeenbekov. Le 7 octobre, s’était au tour de Bakyt Torobaïev de se retirer en faveur du candidat de l’opposition Omourbek Babanov.

Lire aussi sur Novastan : Présidentielle kirghize : qui soutient qui ?

La Commission électorale centrale avait alors annoncé que les bulletins étaient déjà imprimés en conformité avec la loi électorale et qu’il était impossible de les réimprimer dans les temps pour l’élection. Malgré des tentatives d’être à la pointe de la technologie électorale, les membres de la Commission électorale devront donc rayer manuellement les noms des deux candidats qui ne sont plus en course sur plusieurs millions de bulletins.

Anastasiia Shevtsova
Journaliste pour Novastan à Bichkek

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Les élections législatives se sont achevées en France le 18 juin 2017.
Rama
Sooronbaï Jeenbekov est également très présent dans les rues bichkekoises.
Clara Marchaud
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *