Lac Merzbacher Mystère Paysage

Il s’en va et puis revient : le mystérieux lac Merzbacher

Partager avec

Le Kirghizstan est riche d’une nature magnifique et unique. En plus des nombreux glaciers, le pays regorge de forêts, de pâturages et de lacs naturels. L’un d’entre eux est très particulier : il s’agit du lac Merzbacher. En effet, il n’est pas toujours là. Explication de ce phénomène

L’article qui suit a été rédigé dans le cadre du partenariat de Novastan avec le Lycée Goethe (école n°23) de Bishkek, par des élèves de Seconde.

Le lac glaciaire Merzbacher est le plus célèbre des lacs « disparus ». Un tel phénomène est également visible en Islande, en Suisse et au Groenland, mais le lac Merzbacher est particulièrement mystérieux. En effet, il disparaît toujours au même moment. Et, malgré de nombreuses recherches, les chercheurs n’ont pas encore pu découvrir tous ses secrets.

Au début du siècle dernier, plus précisément en 1903, le géographe allemand Gottfried Merzbacher a effectué une expédition au Kirghizstan. Ses premières explorations le conduisirent à ce lac, situé entre deux glaciers à 3 500 mètres d’altitude, qu’il trouva complètement empli d’eau. Les chercheurs ont été étonnés lorsqu’ils virent l’eau disparaître à grande vitesse. En quelques heures seulement, le lac avait disparu.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : à 3 600 mètres d’altitude, sur le glacier qui menace Bichkek

Environ 28 ans plus tard, un autre groupe de chercheurs a été témoin d’un cas semblable où un lac avait disparu et n’avait laissé que des morceaux de glace derrière lui. Les membres de l’expédition ont raconté que l’eau s’était écoulée dans une crevasse avec des grondements et qu’elle avait même effrayé leurs chevaux.

Comme à l’époque de Gottfried Merzbacher, le lac disparaît encore régulièrement aujourd’hui et se remplit ensuite de nouveau. Cependant, ces dernières années, il s’est vidé puis reconstitué avec une telle régularité que les scientifiques sont confrontés à l’inexplicable. Chaque année, entre juillet et début août, le lac de Merzbacher se remplit.

Avec un déversement de 2 000 mètres cubes d’eau et de boue à la seconde, le lac se fraie un chemin à travers les montagnes. C’est à peine imaginable, mais l’eau cherche une route qui est de fait bloquée par un immense glacier. Elle s’écoule le long de la vallée, traverse les masses de glace, se cherche un passage dans et sous les couches de glace accidentées jusqu’à ce qu’elle soit finalement emportée au pied du glacier, là où la rivière Engiltchek prend sa source.

De magnifiques paysages dans les environs

L’un des participants d’une expédition dans la zone en 2010, Sergueï Chekoldine, décrit ses impressions sur ce mystérieux lac : « Lorsque nous avons marché sur le glacier jusqu’au lac, l’eau avait déjà disparu. Malheureusement, nous n’avions pas d’équipement spécial pour escalader le glacier. C’est pourquoi nous sommes restés sur le rivage où nous avons profité de la vue sur le splendide paysage, avec les glaciers blancs à l’arrière-plan. Je voulais aussi prendre une photo de la montagne Khan Tengri dans les couleurs rouges du coucher de soleil, mais je n’y suis pas parvenu. Mais j’y retournerai ! »

De nombreuses agences de voyage kirghizes proposent des visites guidées du lac Merzbacher. Peut-être qu’un jour, l’un des alpinistes participants pourra en découvrir les secrets.

Melina Ganziï et Viktoria Fomina
Élèves de l’école n°23 à Bichkek

Traduit de l’allemand par Anne-Chloé Joblin

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Le lac Merzbacher, mystère inexpliqué du paysage kirghiz
Julia Neelmeijer
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *