Ferghana Ouzbékistan Kirghizstan Tadjikistan

Incident frontalier entre le Kirghizstan et le Tadjikistan dans la vallée du Ferghana

Un incident frontalier a eu lieu entre le Kirghizstan et le Tadjikistan le 20 juillet dernier. Deux gardes-frontières kirghiz ont étés arrêtés par les autorités tadjikes, puis relâchés.

D’après un article paru sur Sputnik, un accrochage frontalier a eu lieu le 20 juillet dernier à la frontière entre le Kirghizstan et le Tadjikistan dans l’enclave tadjike de Vorukh, à l’intérieur de la province kirghize de Batken, dans le sud du Kirghizstan. Deux gardes-frontières kirghiz ont étés arrêtés, un acte que Bichkek a qualifié d’« illégal ». Ces derniers traversaient la route de transit Kichemich-Aksaï qui passe par l’enclave.

Lire aussi sur Novastan : Les frontières en Asie centrale : importation du système européen

« Pendant la détention, les gardes-frontières tadjiks se sont comportés de manière agressive et ont infligé de légères blessures à l’un des gardes-frontières du Kirghizstan » rapporte le communiqué de presse du service kirghiz des pompiers.

Les détenus libérés

L’incident a rapidement donné lieu à des négociations bilatérales entre les deux partis. Le média kirghiz KGinform rapporte que les détenus ont été libérés et rapatriés au Kirghizstan.

Lire aussi sur Novastan : Le Tadjikistan et l’Ouzbékistan sont tombés d’accord sur leur frontière et leur régime de visas

Le représentant frontalier du Tadjikistan a par ailleurs présenté ses excuses par rapport à l’incident, et la situation frontalière entre les deux États s’est à nouveau calmée, comme le rapporte Kaktus Media.

Des séquelles de l’époque soviétique

Plusieurs enclaves entre les différents pays de l’Asie centrale existent suite au découpage des frontières de Staline. A l’époque, ces Républiques faisaient toutes parties de l’URSS, mais l’indépendance de ces dernières après 1991 a créée de nombreux contentieux frontaliers entre les nouveaux États.

La vallée de Ferghana, dont fait partie la province kirghize de Batken, est la plus affectée, car trois pays s’y partagent des enclaves : le Kirghizstan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan.

Lire aussi sur Novastan : Chavkat Mirzioïev propose des “frontières ouvertes” avec le Kirghizstan

L’incident du 20 juillet dernier est le plus récent accrochage frontalier entre Bichkek et Douchanbé. Le dernier en date a eu lieu le 4 juin dernier entre les gardes-frontières des deux États dans le district kirghiz de Leilek, lui aussi dans la province de Batken.

Lire aussi sur Novastan : Un incident frontalier a opposé des militaires tadjiks et kirghiz

La délimitation définitive des frontières en Asie centrale est l’objectif de plusieurs chefs d’États de la région, notamment du président ouzbek, Chavkat Mirzioïev. Depuis son arrivée au pouvoir en novembre 2016, ce denier a connu plusieurs succès. Cependant, malgré des avancées considérables, les accrochages demeurent fréquents, principalement dans les zones enclavées.

Karl Haddad
Rédacteur pour Novastan à Bichkek

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

La vallée du Ferghana connaît des problèmes entre Ouzbeks, Kirghiz et Tadjiks depuis l’indépendance.
Evgeni Zotov
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *