Jeux mondiaux nomades : corruption autour de l’Hippodrome au Kirghizstan

L’hippodrome de Cholpon-Ata, symbole des Jeux mondiaux nomades organisés par le Kirghizstan en septembre prochain, aurait été l’objet d’enrichissements suspicieux. 

Novastan reprend et traduit un article originellement publié sur le média kirghiz indépendant, Kloop.kg.

C’est un nouveau scandale de corruption qui agite le Kirghizstan. Selon le service de lutte contre la corruption du Comité national de sécurité nationale du Kirghizstan, le prix de la construction de l’hippodrome de Cholpon-Ata, où se déroulent les Jeux mondiaux nomades, a été surestimé. En particulier, en raison de l’absence de documentation de pré-projet, les dépenses ont été artificiellement augmentées de plus de 1 milliard de soms (environ 12,6 millions d’euros), d’après un audit préliminaire publié le 28 mai dernier.

Les Jeux mondiaux nomades, organisés tous les deux ans depuis 2014, ont pour l’heure été uniquement hébergés par le Kirghizstan. L’évènement sportif valorise les sports nomades, notamment le Kök-Börü, et s’articule autour d’un hippodrome, cœur des Jeux. Quatre entreprises françaises ont participé à la construction de l’hippodrome, terminée en 2016, mais ne sont pas mentionnées dans le communiqué du Comité national de sécurité kirghiz.

Lire aussi sur Novastan : Les Jeux mondiaux nomades enflamment le Kirghizstan

Après le scandale de corruption autour de la centrale de chauffage de Bichkek, celui autour du musée d’histoire nationale et des arbres achetés par la municipalité de Bichkek à des prix suspects, cette corruption autour de l’hippodrome est le dernier scandale de corruption en date qui implique des acteurs économiques et politiques en place sous la présidence d’Almazbek Atambaïev, qui a laissé sa place en octobre dernier. Le nouveau président kirghiz, Sooronbaï Jeenbekov, semble vouloir « nettoyer » de façon publique cet héritage.

De l’argent gagné sur chaque étape des travaux

Le service de presse du Comité national de sécurité nationale du Kirghizstan a signalé que le contrat avec l’entrepreneur pour la construction de l’hippodrome a été conclu sans devis de conception, ce qui a fait passer le coût de la construction de 480 millions (6 millions d’euros) à 1,5 milliard de soms (18,9 millions d’euros).

Lire aussi sur Novastan : Corruption : l’Asie centrale très mal classée

En outre, selon les informations préliminaires des services spéciaux, les coûts de certains travaux ont été surestimés de 10 millions de soms (126 000 euros), et le contractant n’a pas soumis de justifications financières (des factures) pour quelques 144 millions de soms (1,8 million d’euros).

L’examen du Centre républicain de certification kirghiz a montré que la route goudronnée, pour laquelle plus de 31 millions de soms (390 680 euros) ont été dépensés, ne correspond par aux standards nationaux et sa durée de vie sera inférieure à ce qu’elle doit être à cause de la mauvaise qualité de sa construction.

De plus, selon le Comité national de sécurité nationale, l’entrepreneur en charge de la construction de l’hippodrome a dépensé inutilement 9,7 millions de soms (122 250 euros) pour l’élimination des conséquences de la coulée de boue d’août 2016 à l’hippodrome. Cette question aurait dû être réglée par le ministère des Urgences à ses frais, et non par l’entrepreneur qui a pu artificiellement élever les coûts de cette opération.

L’enquête se poursuit et le Comité national de sécurité nationale devrait bientôt engager des poursuites judiciaires contre l’entreprise en charge de la construction de l’hippodrome.

Une entreprise principale bénéficiaire des contrats public en 2016

Cette entreprise, c’est la société « SMU-3 », qui fait partie du groupe DSC « Azat ». Cette même société a été engagée dans la conception du Musée d’histoire national pour sa reconstruction. Les députés du parti Ata Meken estiment que le coût des travaux dans le musée a également été surévalué, et le bureau du procureur général a promis de faire un contrôle.

SMU-3 a également installé le monument de Manas sur la place Ala-Too à Bichkek, la plus grande place de la capitale kirghize. En 2017, elle a remporté un appel d’offres pour la construction d’une maison pour les employés du Comité d’État pour la sécurité nationale pour un montant de 46,5 millions de soms (590 000 euros). Plus tôt, la même entreprise a remporté un appel d’offres pour la construction d’une maison pour 90,2 millions de soms (1,1 million d’euros) pour le même Comité de sécurité nationale qui l’accuse aujourd’hui.

Lire aussi sur Novastan : Le pouvoir au Kirghizstan, une histoire de famille

Rien que pour l’année 2016, l’entreprise SMU-3 a reçu 1,42 milliard de soms (17,9 millions d’euros) de contrats publics et est ainsi devenue l’une des principales bénéficiaires de l’argent public kirghiz.

Les Jeux mondiaux Nomades : un trou financier

En 2016, les autorités ont ainsi dépensé 1,5 milliard de soms (18 millions d’euros) pour la construction de l’hippodrome de Cholpon-Ata, dans l’est du pays, et la reconstruction des infrastructures pour les deuxièmes Jeux mondiaux nomades. L’Agence d’Etat pour l’Architecture et la Construction a déclaré que l’hippodrome correspondait aux normes internationales.

Lire aussi sur Novastan : Succès des deuxièmes Jeux nomades, et après ?

Pour la construction de l’autoroute menant à l’hippodrome sur les bords du lac Yssyk-Koul, les autorités ont coupé l’allée de platanes de plus de 700 arbres, ce qui a provoqué une large réaction publique. Les autorités avaient alors promis de planter de nouveaux arbres et de faire de la place pour des événements culturels, mais jusqu’à présent ils ne l’ont pas fait. Les premiers Jeux mondiaux nomades ont eu lieu en 2014 et restent encore les plus chers de l’histoire, avec un peu plus de 200 millions de soms (2,5 millions d’euros) dépensés.

L’hippodrome semble attirer les affaires de corruption. Lors des travaux de réparations du lieu pour les premiers Jeux nomades, le bureau du procureur général a déclaré en décembre 2014 que les organisateurs avaient dilapidé environ 11 millions de soms (139 000 euros) dans les travaux. La réparation de l’hippodrome avait alors été réalisée par la société « Temir Kanat ».

En novembre 2017, le tribunal municipal de Bichkek a condamné le directeur de la société Temir Kanat, Erkinbek Mergenbayev, à six ans de prison avec confiscation de ses biens. Selon l’enquête, les sièges de l’hippodrome « ont été importés de Chine par contrebande, de sorte que les droits de douane n’ont pas été payés ». Reste à savoir si SMU-3 connaîtra un sort similaire, deux annéees après les faits.

Aidaï Erkebaïeva
Journaliste pour Kloop.kg

Traduit du russe par la rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

L’hippodrome de Cholpon-Ata au Kirghizstan a accueilli les Jeux mondiaux nomades en septembre 2016.
Jérémy LONJON
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *