Jaz-Ketchou

Kirghizstan : à Jaz-Ketchou, la vie sans électricité

Partager avec

Dans le village de Jaz-Ketchou, dans le sud-ouest du Kirghizstan, il n’y a jamais eu d’électricité. La population locale essaie de rester optimiste et a même trouvé un moyen de regarder des films à la maison.

Novastan reprend et traduit ici un reportage du site kirghiz Kloop.

La route s’arrête au village de Kyzyl-Ounkour. Il faut ensuite monter à cheval et se frayer un chemin à travers les montagnes et les forêts de noyers pendant environ trois heures. C’est seulement alors que l’on arrive à Jaz-Ketchou, un des établissements humains les plus isolés au monde.

Des gens vivent ici depuis le début du XXème siècle environ, mais la manière de vivre et l’organisation des habitants du village n’ont presque pas changé, en grande partie parce que Jaz-Ketchou n’a toujours pas d’électricité. Alors que des révolutions, des réformes et des élections ont eu lieu dans tout le pays, pour les habitants du village les problèmes principaux ont toujours été l’électricité et l’hivernage.

Coupés du monde

Meïmanaly Kadyrov, qui a environ 50 ans, est né à Jaz-Ketchou et y habite encore. « Maintenant, nous avons des générateurs à essence, mais ils sont provisoires. Ils consomment beaucoup de carburant » se plaint-il.

Lire aussi sur Novastan : Les Kirghiz plus gourmands en électricité que les Allemands

À cause de l’isolement et de l’absence d’infrastructure les habitants du village reçoivent les nouvelles avec un gros retard.

Maison de Jaz-Ketchou

La civilisation n’a pas tout de même pas totalement ignoré Jaz-Ketchou. Bien qu’il soit extrêmement difficile de parvenir au village, certains éléments de progrès technique et scientifique y sont néanmoins présents : par exemple, depuis dix ans il y a de plus en plus de générateurs grâce auxquels les habitants peuvent charger des téléphones portables. Certains sont même allés plus loin et ont installé des panneaux solaires sur leur terrain. « Nous regardons la télé, des DVD » raconte Meïmanaly Kadyrov avec fierté.

Des câbles à travers les forêts de noyers

Ce village n’est pourtant pas oublié de tous. Le maire Zamirbek Misirkoulov raconte que le Premier ministre Sooronbay Jeenbekov a abordé la question de l’électricité dans le village. Mais le problème est, comme toujours, l’argent : le ministère de l’Energie a déclaré que l’électrification de Jaz-Ketchou coûterait 32 millions de som (environ 400 000 euros).

L’éloignement du village, situé à environ 20 kilomètres de la localité la plus proche, explique ce prix élevé. En effet, les câbles électriques doivent être posés sous terre dans un endroit montagneux sans route. En outre, les célèbres noyers de la région de Jalal-Abad, où se trouve le village, sont un obstacle à l’enterrement des câbles électriques.

Une voiture à Jaz-Ketchou

Taalaïbek Deleev, l’akim (gouverneur) du district de Bazar-Korgon, espère que ce problème sera bientôt réglé. « Si tout se passe bien, l’électrification du village va faire partie du programme du gouvernement », annonce-t-il. Mais les habitants du village entendent ce même discours depuis environ 10 ans.

Un avenir incertain

Il faut s’attendre à ce que Jaz-Ketchou connaisse une large émigration. Le nombre d’habitants varie constamment entre 500 et 1000 personnes, beaucoup d’entre eux passant l’hiver dans des lieux où il y a l’électricité.

Ecole de Jaz-Ketchou

De plus, les conditions de vie sont très difficiles pour les jeunes, car les bâtiments de l’école locale menacent de s’écrouler et qu’il est dangereux de les chauffer l’hiver puisqu’ils sont en bois.

Lire aussi sur Novastan : 10 kilomètres à pied : comment les enfants kirghiz se rendent à l’école

Le chef des opérateurs forestiers Rakhmanali Kadyrov est l’une des rares personnes qui habitent à Jaz-Ketchou toute l’année. Ce qui le retient ici est son terrain. Et bien qu’il ait chaque jour des affaires peu ordinaires à régler, comme le remplissage des lampes, il n’a pas l’intention de quitter son lieu natal : « Nos parents ont vécu ici sans électricité, comme nous. C’est la vie ».

Akmaral Biymourzaïeva
Traduit du russe par Martine Noussan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram !

Le village de Jaz-Ketchou, au Kirghizstan
Akylai Masirkoulova
Une maison typique à Jaz-Ketchou
Akylai Masirkoulova
Une des rares voitures du village
Akylai Masirkoulova
L’école du village
Akylai Masirkoulova
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *