Sooronbaï Jeenbekov Président Kirghizstan

Kirghizstan : ce que l’on sait de Sooronbaï Jeenbekov et de sa famille 

Partager avec

Le nouveau Président kirghiz, entré en politique en 1996 et ancien Premier ministre, remplacera Almazbek Atambaïev le 24 novembre prochain.

Novastan reprend et traduit ici un article publié initialement par Kaktus.media.

Grand vainqueur de l’élection présidentielle du 15 octobre dernier, Sooronbaï Jeenbekov est le nouvel homme fort au Kirghizstan. Officiellement décrit comme « héritier » de l’actuel président Almazbek Atambaïev, Sooronbaï Jeenbekov est depuis plus de 20 ans présent sur la scène politique kirghize.

Agé de 58 ans, Sooronbaï Jeenbekov est originaire du district de Kara-Koulja, dans la région (l’oblast) d’Och, dans le sud du pays. En 1976, il devient professeur de russe puis dirige une ferme collective près d’Ouzgen à la fin de l’URSS et durant les premières années de l’indépendance. À partir de 1996, il se lance en politique : il est élu trois fois député du Jogorkou Kenesh, le parlement kirghiz, et devient ministre de l’Agriculture en 2007.

Lire aussi sur Novastan : Présidentielle kirghize : Sooronbaï Jeenbekov, l’héritier du président

De 2010 à 2012, il dirige l’oblast d’Och. Il fait un bref passage à la tête du Service gouvernemental des ressources humaines, et devient chef de cabinet de l’actuel président du Kirghizstan. En mars 2016, Sooronbaï Jeenbekov accède au poste de Premier ministre. Après avoir présenté sa démission à Almabzbek Atambaïev l’été dernier, il se présente aux élections présidentielles avec la protection du chef d’Etat.

Le « meme » Jeenbekov

La sortie la plus mémorable de Sooronbaï Jeenbekov reste son fameux « Tchyk echikke ! », littéralement « Sors de là ! », qu’il avait prononcé le 20 juin dernier, au cours d’une réunion après les tremblements de terre dans les régions de Tchon-Alaysk et de Kadamdjaysk.

Almazbek Abdykarov, le dirigeant de l’organisation gouvernementale de travaux publics, n’avait alors su répondre à une question de Sooronbaï Jeenbekov, qui l’avait alors invité à quitter la salle sans ménagement. La phrase « Tchyk echikke ! » est depuis devenue un « meme » au Kirghizstan, comme dans la vidéo ci-dessous où Almazbek Abdykarov est remplacé par Omourbek Babanov, candidat malheureux à l’élection kirghize.

Une famille relativement discrète

La femme de Sooronbaï Jeenbekov, Aigul Jeenbekova, est probablement femme au foyer. Le couple a deux enfants, un fils et une fille. Cette dernière, Baktigul, étudie à l’Université slave russo-kirghize dite « Université Boris Eltsine » de Bichkek, et s’est mariée l’an dernier au fils du député Aliarbek Abjaliev. Le nouveau Président kirghiz a également un petit-fils, Aliaskar, mais préfère garder sa famille dans la sphère privée.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : quand la politique s’invite au village

Plus largement, la famille de Sooronbaï Jeenbekov compte une dizaine d’enfants. Son aîné, Kantoro Toktomamatov est mort récemment, à l’âge de 69 ans. Il était docteur en sciences économiques et recteur de l’université d’Etat Djalal-Abadsky.

Un frère influent en politique

Son cadet, Asylbek Jeenbekov, âgé de 53 ans, était porte-parole de la 5ème législature du Parlement kirghiz, où il est encore député pour le parti SDPK, le parti présidentiel. Après l’accession de son frère aîné au poste de Premier ministre, Asylbek a dû se résoudre à quitter sa position. La carrière politique d’Asylbek Jeenbekov a été particulièrement remarquée après qu’il ait permis la création de salles de prière dans le parlement kirghiz. Bien qu’il soit le plus jeune membre du clan Jeenbekov, il est souvent considéré comme le plus influent.

Son troisième frère, Jusulbek, porte le nom de Sharipov. Il a 62 ans, et occupe le poste d’ambassadeur de la République du Kirghizstan au Koweït, au Maroc, en Jordanie et au Bahreïn. On compte également deux autres frères connus : Iskender, décédé récemment, et Jyralbek, qui vit dans l’oblast d’Och.

Les sœurs de Jeenkebov restent toutefois dans l’ombre, malgré l’intérêt médiatique accru des médias kirghiz.

Un patrimoine modeste

D’après sa déclaration de revenus, Jeenbekov aurait gagné 870 000 soms, soit un peu moins de 11 000 euros. Il a également précisé qu’il détient une maison de 160 m², une datcha de 60 m² et 48,04 hectares de surface agricole. On y compte 1700 pommiers, 2000 peupliers, un « wagon-domik » (une petite pièce aménagée dans un wagon), ainsi qu’un tracteur MT3-80. On ignore si les revenus de la vente de ses propriétés ont été déclarés, ou s’il en a fait don.

Ses proches ont gagné bien davantage : près de 2,4 millions de soms, soit près de 30 000 euros. Ils possèdent un appartement de 64 m² et une surface agricole de 10 hectares. L’an dernier, ils comptaient encore 66,6 hectares de pâturage. L’examen de la déclaration de revenus a montré que ces pâturages sont en location depuis 2015.

 Traduit du russe par Rémi Constant

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Sooronbai Jeenbekov en juin 2017, encore Premier ministre du Kirghizstan.
gov.kg
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *