Kirghizstan : la base militaire russe officiellement agrandie

L’accord concernant la base militaire russe au Kirghizstan a été modifié de façon à mieux représenter la réalité. Il permettra à la Russie d’exploiter légalement plus de terres kirghizes, moyennant un montant plus important reversé à Bichkek.

L’accord stipulant les conditions d’allocation des terres kirghiz à la base militaire russe a été amendé le 17 février dernier. A l’origine, selon le média kirghiz Novosti Bichkeka, la superficie des terres louées par la partie russe était de 866,2 hectares, mais la base militaire occupait en réalité 924,52 hectares. Ce chiffre a donc été augmenté et avec lui le montant du loyer annuel reversé au gouvernement kirghiz, qui équivaut maintenant à près de 4,8 millions de dollars (4,2 millions d’euros). La part de loyer impayée par la Russie devrait également être remboursée.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

La base militaire comprend aujourd’hui la base aérienne de Kant et le centre de communication de Panfilov, tous deux autour de Bichkek, la capitale, ainsi que le centre de test d’armes anti sous-marines de Karakol, sur les rives du lac Issyk-Koul et le laboratoire sismique de Mailuu-Suu, dans l’ouest du pays.

Lire aussi sur Novastan : La Russie veut renforcer sa base militaire à Kant au Kirghizstan

L’allocation de l’aérodrome de Kant a également provoqué la révision du texte. Transféré temporairement à la Russie en 2003, il devait être définitivement placé sous juridiction russe en cas de travaux sur la base. L’accord a par conséquent été amendé afin d’assurer la souveraineté kirghize sur l’aérodrome, les Forces armées y stationnant deux avions AN-26. En outre, l’utilisation de drones (UAV) russes a été introduite dans l’accord.

La présence militaire russe reste importante en Asie centrale

La Russie a déployé ses forces militaires au Kirghizstan et au Tadjikistan. Au Kirghizstan, la base de Kant a été allouée aux forces de la Fédération à partir de 2003. Elle accueille 11 avions Su-25, deux avions de transport militaires deux An-26 et 2 hélicoptères Mi-8. Plus largement, les amendements de l’accord sur la base de Kant pourraient signifier l’arrêt des pourparlers sur l’implantation d’une seconde base russe dans le pays. Stratégique de par sa proximité avec la vallée de Ferghana, l’aérodrome fait l’objet de travaux de réhabilitation visant à renforcer son efficacité.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Au Tadjikistan, on retrouve une partie de l’armée de terre russe avec, notamment, 30 chars et plus de 350 véhicules d’infanterie. 7 000 soldats russes sont également présents sur le territoire tadjik depuis le retrait de l’Afghanistan en 1989. L’accord militaire entre Douchanbé et Moscou avait été signé en 1999 et devait prendre fin en 2014 mais les autorités ont décidé en 2012 de le prolonger jusqu’en 2042.

Agathe Guy
Rédactrice pour Novastan

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

La base militaire de Kant est utilisée par les forces aériennes russes.
Pilot Brent
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *