Temir Sariev Ministre Candidat Président Kirghizstan

Kirghizstan : l’ex-Premier ministre candidat aux prochaines élections présidentielles

Les prochaines élections présidentielles au Kirghizstan auront lieu en novembre 2017. L’ex-Premier ministre Temir Sariev, leader du parti politique Akchoumkar, a fait savoir, lors d’une conférence de presse tenue à Bichkek le 4 février dernier, qu’il se portera candidat à ces élections.

L’actuel président, Almazbek Atambaïev, au pouvoir depuis 2011, est le quatrième président kirghiz depuis l’indépendance du pays. Il a succédé à Askar AkaïevKourmanbek Bakiev (tous deux en exil, respectivement à Moscou et en Biélorussie) et Roza Otounbaïeva, dirigeante provisoire du Kirghizstan après la révolution de 2010.

Lire aussi sur Novastan : Roza Otounbaïeva ou l’intermède du salut national en Kirghizie

La présidentielle à venir sous l’influence d’une nouvelle constitution

L’année 2016 a été marquée par le référendum de novembre qui avait pour but de valider les changements apportés à la constitution. Vivement critiquées par la société civile et les partis d’opposition Ata-Meken et Onuguu-Progress, les modifications apportées ont été largement approuvées, avec 80% des suffrages. Ces changements semblent constituer un retour en arrière en termes de progrès sociaux et politiques et ainsi balayer cinq années d’avancées démocratiques dans le pays.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : la réforme de la constitution approuvée à 80%

Au delà d’un renforcement des mœurs conservatrices (avec l’interdiction du mariage homosexuel ou la possibilité de déchéance de citoyenneté) et de la consolidation d’un système parlementaire où les pouvoirs du Premier ministre se voient renforcés, la nouvelle constitution répond à une seule vision, celle d’Almazbek Atambaïev, qui aurait « modifié le système pour son propre intérêt », selon les mots d’Erica Marat, professeure à l’Université de la Défense nationale à Washington.

Lire aussi sur Novastan : Référendum au Kirghizstan : « Atambaïev a modifié le système pour son propre intérêt »

La politique d’Almazbek Atambaïev a longtemps été caractérisée par son ouverture, tant sur le plan politique que sur le plan social. L’épisode du référendum fait écho aux règnes de ses prédécesseurs, caractérisés par leur omnipotence dans la sphère politique. C’est dans ce contexte que Temir Sariev a décidé de se présenter aux élections présidentielles de 2017.

Qui est Temir Sariev ?

Âgé de 54 ans, Temir Sariev a officié en tant que Premier ministre sous la présidence d’Almazbek Atambaïev d’avril 2015 à avril 2016. Au final, Temir Sariev a dû quitter le gouvernement suite aux allégations de plusieurs parlementaires l’accusant de corruption.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : le premier ministre démissionne

Avant cela, le futur candidat aux élections présidentielles de 2017 a été député au Jogorkou Kenech (Parlement kirghiz) de 2000 à 2007, puis ministre adjoint au ministère des Finances d’avril à juin 2010 avant d’être ministre de l’Economie de 2011 à 2015.

Lire aussi sur Novastan : Entreprendre au Kirghizstan : quelles difficultés ?

Ce n’est pas la première fois que Temir Sariev se porte candidat à de telles élections. En 2009, il était déjà entré dans la course à l’élection présidentielle de 2010 face à Almazbek Atambaïev et Toktayim Oumetalieva.

En plein débat sur le référendum, l’ex-Premier ministre avait également averti les membres du gouvernement sur la nécessité de prendre en compte les critiques de la société civile vis-à-vis des changements constitutionnels, sans toutefois critiquer ouvertement la nature du référendum.

Pourtant, un autre projet de loi, très polémique, a été vivement critiqué par Temir Sariev : la loi sur l’enregistrement des visiteurs étrangers dans un délai de 5 jours était, selon lui, tout à fait contraire au principe d’un régime sans visa et à la politique d’ouverture et de développement touristique menée par Bichkek.

Lire aussi sur Novastan : Le Parlement kirghiz annule finalement l’enregistrement des visiteurs étrangers

Quels sont les autres candidats potentiels ?

Comme le souligne l’expert politique Kairat Osmonaliev, Temir Sariev est une figure politique bien connue de la société kirghize, avec de l’expérience. Il a su éviter toute discorde d’importance avec Almazbek Atambaïev.

Toujours selon Kairat Osmonaliev, en plus de l’ex-Premier ministre kirghiz, plusieurs personnalités politiques pourraient succéder à l’actuel président. C’est le cas de l’ancien président du Parlement kirghiz, Assilbek Jeenbekov, très populaire dans le sud du Kirghizstan. Il est également le frère de Sooronbaï Jeenbekov, l’actuel Premier ministre du pays.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : Soronbay Jeenbekov nommé Premier ministre dans la continuité

Parmi les favoris, le nom d’Omourbek Babanov, à la tête du parti de coalition Respoublika-Ata Jourt (aujourd’hui divisé) et figure de l’opposition dans le pays, revient souvent. Bien que distant du pouvoir en place, Omourbek Babanov n’a tout de même pas hésité à afficher son soutien à certaines décisions prises par Almazbek Atambaïev, notamment en ce qui concerne le référendum constitutionnel. De plus, une rumeur très répandue indiquerait que l’actuel président kirghiz et son parti, le SDPK, s’apprêtaient à soutenir Omourbek Babanov lors des prochaines élections présidentielles.

Lire aussi sur Novastan : Sur fond de réforme constitutionnelle, la reconfiguration du paysage politique kirghiz

Enfin, une autre figure de proue de l’opposition fait figure de candidat potentiel : Bakyt Torobaïev. Leader du parti d’opposition Onuguu-Progress, ce dernier manque toutefois d’expérience sur la scène politique nationale, ce qui pourrait lui être défavorable.

Avec l’annonce de la candidature de Temir Sariev, c’est une figure politique bien connue des citoyens kirghiz qui entre en campagne. Il rejoint la liste d’anciens hommes ayant été aux responsabilités lors des précédentes mandatures et souhaitant accéder à la fonction suprême : Omourbek Babanov (lui-même ancien Premier ministre), Assilbek Jeenbekov, etc.

Au-delà de la question d’un éventuel manque de renouvellement du personnel politique au Kirghizstan, la candidature de Temir Sariev pourra-t-elle permettre au pays d’ouvrir une nouvelle période de son histoire après 25 ans d’indépendance ?

Lire aussi sur Novastan : Le Kirghizstan fête ses 25 ans d’indépendance

S’il est élu, l’ex-Premier ministre kirghiz aura déjà fort à faire s’il veut tenir la promesse qu’il a martelée lors de sa conférence de presse du 4 février 2017 : unifier pour de bon le nord et le sud du pays et effacer les divisions qui ont déjà causé tant de torts aux citoyens du Kirghizstan.

Pablo Garcia
Rédacteur en chef adjoint de Novastan

Jérémy Lonjon
Rédacteur en chef de Novastan

Temir Sariev, ex-Premier ministre et candidat à l’élection présidentielle du Kirghizstan
Kglive
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *