Recours Travail Enfants Problème Kirghizstan

Kirghizstan : lutter contre le travail des enfants

Le Kirghizstan est le pays avec le plus haut taux de travail des enfants d’Asie centrale et d’Europe orientale, selon les données de l’Organisation internationale du Travail. C’est pour lutter contre ce phénomène qu’une réunion de cette organisation s’est tenue à Bichkek en novembre 2017.

Novastan traduit un article initialement paru sur Kaktus Media.

La réunion du 6 novembre 2017 visant à lutter contre le travail des enfants au Kirghizstan s’est tenue à Bichkek en présence de représentants de différents secteurs de l’industrie du pays qui cherchent à créer des conditions favorables afin d’abolir le travail des enfants.

Différents plans de prévention ont été mis en place dans ce cadre afin d’empêcher le recours à de telles pratiques et pour identifier les domaines de la production faisant massivement appel à des employés mineurs. C’est le cas tout particulièrement dans l’agriculture, l’industrie textile, le tourisme ou la construction.

Le Kirghizstan doit respecter les normes internationales

Selon les statistiques recueillies par l’OIT, 27,8% des enfants âgés de 5 à 17 ans sont embauchés dans des métiers qui ne sont pas adaptés pour des personnes de leur âge et de leur condition. Bien qu’il y ait déjà eu des avancées dans le domaine de la protection face au travail des enfants, les mauvais exemples sont légions dans le pays. Un problème qu’il est devenu d’autant plus urgent de régler depuis l’accession du Kirghizstan au statut de GSP+ pour l’accès au marché de l’Union européenne (UE).

Le statut de GSP+ ne permet pas seulement d’importer des produits originaires du Kirghizstan vers l’UE exemptés de droits de douane. L’obtention de ce statut impose certaines conditions à Bichkek, comme le respect des normes en matière de droits de l’Homme, d’écologie ou de conditions de travail.

Loin du compte

« Cela fait longtemps que nous faisons face au problème du travail forcé et du travail des enfants au Kirghizstan. Mais notre réunion a permis une prise de conscience globale avec la participation de représentants de tous les secteurs d’activité du pays. Tout ceci ne dépend pas uniquement du nouveau statut accordé par l’UE au Kirghizstan. Le pays a des obligations qu’il doit respecter à l’échelle internationale. », a souligné Amina Kourbanova, coordinatrice nationale de l’OIT au Kirghizstan.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : quels droits pour les enfants ?

Le Kirghizstan est pour l’instant loin du compte. « Malheureusement, les données montrent que le Kirghizstan a la plus haute proportion de travail des enfants en Europe orientale comme en Asie centrale. Dans le pays, un enfant sur trois travaille. Et des enfants âgés de 6 à 13 ans sont employés pour des activités potentiellement dangereuses. », a ajouté Amina Kourbanova.

Traduit du russe par Jérémy Lonjon
Rédacteur en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Le recours au travail des enfants constitue un grave problème au Kirghizstan, selon l’OIT.
Novastan
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *