Omourbek Babanov Premier ministre Politique Kirghizstan Candidat Présidentielle

Kirghizstan : Omourbek Babanov, candidat malheureux à la présidentielle

Ancien Premier ministre, Omourbek Babanov a terminé loin derrière son rival Sooronbaï Jeenbekov à la présidentielle kirghize. L’homme d’affaires, l’un des plus riches du Kirghizstan, ne compte cependant pas arrêter la politique. Portrait.

Novastan reprend et traduit ici un article initialement publié par Kloop.

C’est le candidat déchu de cette élection présidentielle du 15 octobre : Omourbek Babanov, 47 ans, n’a récolté que 33,8% selon des résultats encore partiels, contre 54,7% pour son rival pro-gouvernemental Sooronbaï Jeenbekov.

Le représentant du parti Respublica-Ata Jurt, étiqueté « candidat d’opposition » par le gouvernement d’Almazbek Atambaïev et son héritier Sooronbaï Jeenbekov, a reconnu sa défaite ce lundi 16 octobre. « Je remercie les électeurs, toutes les personnes qui souhaitaient un changement », a affirmé le candidat, rapporte l’Agence France Presse. « Le temps nous montrera qui a raison et qui a tort », a ajouté l’ancien Premier ministre (2011-2012).

Ce revers ne signifie cependant pas que l’homme de Talas, dans le nord-ouest du pays, quitte de sitôt le devant de la scène politique kirghize.

Une formation d’agronome

Omourbek Toktogoulovitch Babanov est né le 20 mai 1970 dans le village de Chimkent, district de Kara-Buura, aux confins de la province de Talas. Il accomplit son service militaire dans l’Armée Rouge en 1988.

Son père, Toktogoul Babanov, est agriculteur et député du Soviet Suprême de la République Socialiste Soviétique de Kirghizie. Il souhaite que son fils unique se consacre également à l’agriculture et l’envoie se former à l’académie d’agronomie Timiriazev de Moscou en faculté de biotechnologie. Cette académie a accueilli sur ses bancs plusieurs futurs ministres soviétiques, gouverneurs russes et chefs d’entreprises.

Omourbek Babanov Archives Kirghizstan Politique Présidentielle

En 1995, deux ans après être sorti de la « Timiriazev », Omourbek Babanov s’installe à Taraz, dans le sud du Kazakhstan, où il dirige pendant plusieurs années trois entreprises : « Arlan », « Business Oil » et « Kir-Kor ».

Des entreprises encore actives

Aujourd’hui « Arlan » est active dans le tourisme et possède un hôtel éponyme à Taraz. La deuxième entreprise distribue du carburant, notamment pour les services publics locaux, pendant que « Kir-Kor » travaille dans l’immobilier.

«Le travail dans le secteur privé m’a permis d’acquérir trois grands compétences : penser de manière structurée, être efficace, et avant toute chose, savoir travailler avec les gens, avec les gens ordinaires».

En 1998, Omourbek Babanov rentre du Kazakhstan pour devenir représentant spécial au Kirghizstan de la société kazakhe de raffinage et transformation de produits pétroliers «ChimkentNefteOrgSyntez» («CNOS»). Un an plus tard, il est nommé directeur adjoint de l’entreprise pétrolière publique kirghize « Munaï », dirigée par Bakirdin Subanbekov, alors responsable des affaires intérieures pour la province de Tchouï, dans le nord du Kirghizstan.

Une forte activité à la fin des années 1990

La société Munaï a été créée en 1999 par décret du premier Président kirghiz, Askar Akaïev (1991-2005) pour « stabiliser l’approvisionnement en produits pétroliers, améliorer l’efficacité des infrastructures existantes et assurer la bonne perception des revenus associés au pétrole dans le budget de l’État ».

Omourbek Babanov Académie Timiriazev Moscou Kirghizstan

Omourbek Babanov travaille ainsi un an à Munaï. Puis il prend la direction de la compagnie « Kirghizkhlopok », construite sur la base de l’usine de coton Djalal-Abadsk. La majorité des actions de « Kirghizkhlopok » appartient alors au groupe industriel russe Alliance.

Pendant quatre ans, jusqu’en 2004, Babanov dirige l’entreprise de coton, tout en assurant la représentation à Bichkek, la capitale kirghize, de la société «Chimkentnefteorgsyntez», rebaptisée « PetroKazakhstan Oil Product ».

En parallèle, à partir de 2002, Omourbek Babanov suit à distance les cours de l’académie d’Economie nationale russe. Il obtient son diplôme de la Grande école de finance et de management en 2005. De 2004 à 2005, il est membre du conseil de direction de « Munaï Mirza », société de distribution de combustible du Kazakhstan, en situation de monopole sur ce marché. Cette activité dans le pétrole lui vaut d’être régulièrement présenté dans la presse du début des années 2000 comme un magnat du secteur.

Une entrée politique remarquée

En février 2005 le Parlement entame sa troisième législature. Omourbek Babanov entre comme député pour le district de Kara-Buura dès le premier tour. Deux semaines avant la révolution des Tulipes, qui forcera Askar Akaïev à quitter précipitamment le pouvoir, il fait partie des élus qui prennent la tribune et appellent à « ne pas céder aux provocations » lorsque les candidats de l’opposition commencent à contester les résultats des élections.

La révolution renversera Askar Akaïev pour mettre à sa place Kourmanbek Bakiev (2005-2010). Durant cette législature, Omourbek Babanov se distingue par ses critiques envers le nouveau gouvernement et ses échanges vifs avec le vice-Premier ministre Daniyar Üsenov. Le natif de Talas participe activement aux meetings de l’automne 2006 et du printemps 2007, lorsque les forces de l’opposition réclament la démission du président Kourmanbek Bakiev.

Premier chef du gouvernement après la transition

Malgré ces différends, le Président kirghiz le nomme premier vice-Premier ministre en 2009, mais, attaché à son engagement dans l’opposition, Omourbek Babanov démissionne cette même année.

En 2010, la famille Bakiev quitte le pouvoir et s’enfuit après une nouvelle révolution au Kirghizstan. Durant la période de transition, la présidente Roza Otounbaïeva nomme à nouveau Omourbek Babanov au poste de premier vice-Premier ministre. En octobre 2011, alors qu’Almazbek Atambaïev est élu président du Kirghizstan, Omourbek Babanov devient Premier ministre par interim.

Omourbek Babanov Roza Otounbaïeva 2011 Roses Transition

Après les progroms anti-ouzbeks de 2010 survenus à Och, dans le sud du pays, Omourbek Babanov crée le parti « Respublica », qui obtient 13% des voix aux élections législatives.

Un mandat mouvementé

Au cours de son mandat au poste de Premier ministre, Omourbek Babanov a plusieurs altercations avec les députés du Parlement kirghiz, le Jogorkou Kenech. En raison de divergences de vues, deux des partis de la coalition gouvernementale finissent par lui retirer leur soutien. Il est contraint à la démission le 1er septembre 2012.

«Par nationalisme, j’entends l’amour pour son peuple, un esprit patriotique»

Quatre ans plus tard « Respublica » s’associe au parti de Kamtchybek Tachiev, donnant naissance au mouvement «Respublica — Ata-Jurt».

«Dans notre pays, le pouvoir appartient au seul peuple. Le président doit tout faire pour que le peuple vive mieux. Il doit se consacrer corps et âme à son service.»

Omourbek Babanov Kamtchybek Tachiev Politique Kirghizstan Présidentielle

En 2015, Omourbek Babanov est le premier candidat sur la liste « Respublica-Ata Jurt » aux législatives. Il reprend du service au Jogorkou Kenech. Le 1er juillet 2017, le conseil national de son parti propose sa candidature à la présidentielle. Au moment de l’inscription, il choisit de se présenter comme candidat sans étiquette.

Après les résultats de cette élection présidentielle, l’avenir d’Omourbek Babanov n’est pas tracé. Encore député au parlement kirghiz, il aura pu bénéficier d’une large visibilité durant cette élection qu’il pourra probablement faire fructifier.

Altinaï Aïbek Kizi

Traduit du russe par Serge Gadbois

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Omourbek Babanov, ancien Premier ministre du Kirghizstan et deuxième de l’élection présidentielle de 2017.
Service de presse du gouvernement kirghiz via Kloop
Omourbek Babanov dans sa jeunesse avec son père Toktogul.
Photographie d’archives
Omourbek Babanov (au centre) avec les enseignants de l’académie Timiriazev et les membres de l’Ambassade du Kirghizstan à Moscou.
Service de presse de l’académie via Kloop
Omourbek Babanov offre un bouquet de roses à Roza Otounbaïeva en 2011, alors présidente de la période de transition.
Kloop
Omourbek Babanov et Kamtchybek Tachiev à l’occasion de la réunion de leurs deux partis.
Kloop
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *