Russie Drapeau

La Russie veut renforcer et étendre sa base militaire de Kant au Kirghizstan

La Russie veut renforcer et étendre la base militaire de Kant, afin qu’elle puisse couvrir les régions du sud du Kirghizstan, a annoncé le vice-président de la Douma, Viktor Zavarzin, en visite dans la capitale kirghize.

Novastan reprend et traduit un article originellement publié sur l’agence de presse kirghize AkIPress.

Depuis plusieurs mois, la Russie réfléchissait à la construction d’une seconde base militaire au Kirghizstan. Finalement, comme le rapporte l’agence de presse kirghize AKIPress, Moscou devrait étendre sa base actuelle à Kant, dans l’est du pays.

« La base (à Kant), afin d’être pleinement une base militaire, doit pouvoir assurer la sécurité dans cette région. La base est située dans un endroit unique. Dans le cadre de l’OTSC et de la coopération bilatérale, elle remplit une tâche stratégique », a déclaré Viktor Zavarzin, le vice-président du parlement russe le 19 juin dernier. Viktor Zavarzin a profité d’un déplacement à Bichkek lors d’une réunion de la commission interparlementaire sur la coopération avec le Jogorku Kengech, le parlement kirghiz, et l’Assemblée fédérale de Russie, pour faire sa déclaration.

Kant doit également couvrir le sud du Kirghizstan

Le vice-président de la Douma a également expliqué pourquoi la Russie a l’intention de renforcer sa base militaire au Kirghizstan. « Nous avons une vision commune entre l’état-major général des forces armées du Kirghizstan et le ministère de la Défense de la Russie, mais cela reste votre prérogative, pas la nôtre. C’est (aux députés kirghiz) de décider. Nous voulons renforcer et développer des parties de cette base, afin de couvrir aussi le sud et tout ce que vous voulez », a affirmé Viktor Zavarzin.

Lire aussi sur Novastan : Une seconde base militaire russe pourrait être construite au Kirghizstan

L’homme politique russe a demandé à l’état-major général des forces armées du Kirghizstan d’examiner les dispositions prises avec le ministère de la Défense de la Fédération de Russie et la manière dont l’état-major mettrait en place ces nouvelles dispositions.

« Il faut travailler et aller de l’avant »

« Personne n’est immobile. Tout le monde devrait toujours être dans une dynamique avec des avantages pour le Kirghizstan et la Russie et pour toute la région. C’est un sujet très sérieux. Regardez attentivement cette question. Nous développons de nouveaux modèles d’équipements militaires, nous sommes prêts à livrer et à organiser la sécurité », a expliqué Viktor Zavarzin.

« Il y a un an, nous avons évoqué le sujet. La loi est signée, il y a encore des problèmes techniques. Travaillons. Maintenant, polissez tous ces points de discussions. Au travail et allons de l’avant », a-t-il lancé aux députés kirghiz. « Au Kirghizstan, il n’y a pas eu de problèmes dans les débats et à la Douma, pas une seule question ne s’est posée. Nous devrions être fiers de cette relation. Je soutiens la ratification de cet accord et j’appelle mes collègues kirghiz à suivre de près la mise en œuvre de cet accord, à suivre et surveiller », a affirmé le vice-parlement de la Douma aux députés du Jogorku Kengech.

Lire aussi sur Novastan : Les relations Russie-Kirghizstan au plus bas 

L’accord entre la Russie et le Kirghizstan sur le développement de la coopération militaro-technique a été signé à Moscou le 20 juin 2017. En 2018, il a été approuvé par l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie.

Article traduit du russe par la rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Kant pourrait devenir plus importante pour les Russes au Kirghizstan.
Dmitry Dzhus
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *