La semaine de la mode au Kirghizstan : plus qu’un simple show

La Fashion Week kirghize est certainement un des événements les plus importants de la région lorsqu’il s’agit de haute couture. C’est aussi bien un show qu’un concours sérieux. Pour de jeunes créateurs, c’est une chance de trouver une plateforme de publicité pour leurs œuvres ; pour les grands couturiers – une bonne occasion de démontrer leur savoir-faire. Cette grande fête de la mode kirghize a rassemblé des centaines des spectateurs de la capitale du 2 au 7 avril 2012.

En quoi consiste la Semaine de la Mode ? Depuis sept ans déjà, chaque printemps et chaque automne, les habitants de Bichkek ont la chance de voir exposés les travaux de jeunes couturiers talentueux. A chaque fois, cet événement abonde en surprises et en découvertes intéressantes. Sans aucun doute, la Fashion Week au Kirghizstan est une fête de la beauté, des talents et, bien évidemment, de la haute couture centre-asiatique. Et la dernière en date n’a pas échappé à la règle. Tout ce que les spectateurs ont pu voir sur le podium est le résultat du travail de quelques dizaines de personnes (50 au total). Et tout cela rien que pour offrir des plaisirs inoubliables à la foule venue au show. Les grands couturiers du Kirghizstan, comme Dilbar Ashimbaev, Galina Boïkova, Tatyana Vorotnikova, Aïdaï Asangulova, Madina Tapaeva composaient le jury, qui devait juger de dizaines de collections. Le choix des meilleures était très difficile, chaque collection étant originale, intéressante et belle à sa manière.

Les trois premiers jours de la compétition ont été dédiés à la présentation de ces collections de mode. Ensuite, une journée a été consacrée aux fabricants de vêtements locaux et aux marques mondiales représentées à Bichkek. Selon la tradition, pour le cinquième jour étaient gardés en réserve des travaux des célèbres couturiers du Kirghizstan. Enfin, au dernier jour de la Fashion Week, toutes les collections gagnantes ont brillé sur le podium. Voici quelques-unes d’entre elles : le premier prix dans la catégorie «événements sociaux» a été attribué à Aïjan Rysalieva avec sa collection de «Ademi». C’est Alexandra Sadykova, étudiante en 4ème année de l’Université Slave Kirghizo-Russe, qui a obtenu le prix de la meilleure collection pour enfants avec sa réalisation «Wild Child». La collection dans les styles de « hippie » et de « shanti » de la couturière Varvara Litovnik a remporté la première place dans  la nomination « les affaires courantes ». Enfin, le Grand Prix a été obtenu par deux collections dans la catégorie « Réalisation industrielle » – « Aimez-vous le bleu …? » d’un artisan des « oeuvres à tissu », Gulzat Orchunova, et « L’infant lunaire » dans la catégorie « Les travaux d’auteur» de la jeune couturière Marina Klug.

1
Collection « Ademi ». Crédit : fashionweek.kg

2
Collection « Ademi ». Crédit : fashionweek.kg

3
Collection « L’infant lunaire ». Crédit : fashionweek.kg

4
Collection « L’infant lunaire ». Crédit : fashionweek.kg

5
Collection « L’infant lunaire ». Crédit : fashionweek.kg

6
Collection « Shanti ». Crédit : fashionweek.kg

7
Collection « Aimez-vous le bleu …? ». Crédit : fashionweek.kg

8
Collection « Wild Child ». Crédit : fashionweek.kg

Cette dernière collection s’est avérée véritablement exceptionnelle. Les robes cousues par Marina ont immédiatement fortement impressionné. Tout d’abord, j’étais émue par la patience dont elle avait fait preuve pour créer ces chefs d’œuvres. Ces sept robes brodées à la main (!) et au crochet, sans aucune couture, décorées de strass, ne méritent vraiment que les plus grands éloges. Tous les accessoires  – boucles d’oreilles et bracelets – sont également fabriqués à la main. Mais le plus important est que l’on peut porter toutes ces robes aussi bien dans la vie quotidienne qu’à l’occasion de soirées officielles. Le fait que juste après le show, certains spectateurs aient déjà été intéressés par l’achat de cette collection est bien une preuve de son succès. Et c’est effectivement une réussite méritée, surtout si on prend en compte à quel point le travail effectué était minutieux. La création de cette collection a pris quatre mois. Marina Klug, mannequin à ses heures, ne fait ses études qu’en troisième année de la Faculté d’Architecture et du design de l’Université Slave Kirghizo-Russe. Elle aime tricoter depuis longtemps, et à l’école déjà elle savait ce qu’elle voulait devenir plus tard – une grande couturière. Après une excellente évaluation du jury, notre jeune femme couturière a encore de nouveaux plans, des idées intéressantes auxquelles nous pouvons nous attendre pour la prochaine Fashion Week.

Au-delà de tout cela, la Semaine de la Mode n’est pas seulement un concours de design, mais aussi des séminaires pour les couturiers, les master-classes pour les photographes. Chaque Semaine de la Mode est intéressante et unique à sa façon, où l’on a la chance d’y découvrir de nombreuses surprises agréables.

Elena POLIAKOVA
Journaliste pour Francekoul.com
Etudiante au département du journalisme international à l’Université Slave Kirghizo-Russe

Traduit par Artiom ISMAÏLOV

Relu par Florian COPPENRATH

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *